close

Join Never Apart

close

Eve Thomas and Richmond Lam Talk Poster Boys

Written by

Stephanie Braun
April 11th, 2016

Recall the inside of your sister’s middle school locker in the 90’s. Bedroom walls, agendas, and closets used to be adorned with posters of famous pre-pubescent boys cut out from magazines like Tiger Beat–thoughtfully arranged by enchanted young girls (and probably some boys). Whatever happened to those iconic posters of baby-faced celebrity boys in overalls, bearing roses and looking at the camera with a look that said “I choose you as my date to the dance”?

Artists Richmond Lam and Eve Thomas have recreated these teen heartthrobs of yore in their latest exhibition at Never Apart called Poster Boys. While the subjects in the portraits evoke the uncanny resemblance to the 90’s posters that so many girls coveted, what’s remarkable is that all the subjects are women. Poster Boys is a comical and maybe even creepy collection of women posing as young boys, trying to appeal romantically to young girls.

The idea of collaborating on this project came about last year, when the two artists traveled together and bonded over their long exotic road trips. For Thomas, a magazine writer and editor, this photoshoot is somewhat of a departure from her other work, although she says humour and kitsch often finds its way into her art. Her only similar project would be would be a musical she produced based on the 90’s show, Degrassi Junior High. She’s currently working on a video game called #selfcare, which launches this spring. It’s Montreal photographer Lam’s first collaboration with another artist, and for him, the experience has been a refreshing challenge as both had to go beyond their own vision of what Poster Boys should be.

The concept of women posing as boys pose to capture the teen female gaze begs many questions. Why do/did young girls have it so bad–to the point of obsession–over stars like JTT, and was this poster-collecting craze unhealthy, or just a hobby that enabled female bonding? How are gay men supposed to react to the exhibit? What about this playful female-to-boy trans component? Teen girl magazine Tiger Beat was recently bought out, which also prompted Thomas to wonder if these kinds of corny boy star posters are still relevant to today’s 6th grade girl.

“Just discussing the project or showing images to friends has already revealed to me how it affects people differently, often based on their gender, age and sexual orientation. It’s actually tough to describe the project to people who’ve never read Tiger Beat or Bop, or watched TGIF shows. They’re like, ‘Oh, fun!’ but they don’t really get it. Then you have someone who crushed on Devon Sawa or wanted to marry JTT and they don’t need any explanation, they just get it–the aesthetic, the concept, all of the feelings and issues it stirs up,” explains Thomas.

While shooting, both Lam and Thomas discussed how strange it was to try and get into the minds of 90’s magazine editors, and how they decided these shirtless boy poses were what a little girl might want. Were these hairless boys what girls really desired, or were the teenybopper magazines shaping their desire? “It’s hard to come up with a conclusion, but I find that perhaps during the sexual exploration period of adolescence and the teen idol imageries were probably a mix of relatability and desire for the opposite sex,” says Lam.

Choosing the models for the project started with a somewhat vague open call over Facebook. “Our network of friends is quite diverse so it was relatively easy to find the right people to participate. I’m glad to see that our friends really placed their trust on us without knowing too much about the project,” says Lam. Pairing models with boys was a ton of work, an enormous puzzle. Thomas built a shot list and a spreadsheet, and spent hours fretting over which star and model would work best together, and then chose one or two iconic poses.

“I knew I couldn’t just have the models come in and improvise, since we had such a long shoot, plus I hadn’t worked with most of them before. I actually thought simply getting everyone to show up would be a lot of work as it is – there are 17 models – but every single model turned up, and a lot of them stayed the whole day to get made up and into character. People seemed to have fun watching everyone transform while kicking back and listening to the Backstreet Boys and Hanson play on a loop,” mentions Thomas.

Some of the photographs are exact replicas of poses and outfits from the teen magazines (and are probably easily recognizable by some ex die-hard fans), but you won’t find the name of the inspiration or the original photos in the exhibit. “It’s more about the vibe, the idea of the boy, than about the specific Hollywood star. There’s sort of this idea that these boys were interchangeable within their ‘types’–the jokers, the hunks, the poets–I mean, half of their names start with a J,” says Thomas. “The photos are inspired by boy stars but they aren’t exact copies. I just want to hit people, to make them amused and uncomfortable.”

“It was quite funny to try to emulate a certain photography style that is really not my own,” Lam says, while explaining how they got the models to recreate the teen idol poses. It was a challenge to get the adult female models to “unlearn” how they normally pose in photographs. Many of them remarked how weird it was to have their face shot straight on. “We had the inspiration images on set–not just to recreate them, but because the poses were so foreign to the models,” explains Thomas.

Ultimately, Poster Boys conjures a mixture of confusion, bemusement, nostalgia, and of course, it evokes important questions about the female gaze. Throughout the process, Thomas reveals she continually questioned how girls’ obsession with these boys seems to differ from how young boys desired women. She suggests, “Attraction is often a point in someone’s favour, instead of against them. I don’t think you can overstate the importance of empathy, either, across gender (or genders). If children raised as boys, and then adult men, are not considering girls’ or women’s interior worlds until they, say, fall in love or, god forbid, have a daughter, how can they ever catch up?”

Eve Thomas et Richmond Lam discutent de Poster Boys

Rappelez-vous l’intérieur du casier d’école de votre soeur dans les années 90. Les portes de chambre, les agendas et les placards étaient habituellement décorés avec des posters de jeunes garçons pré-pubères célèbres, découpés de dans des magazines tels que Tiger Beat et joliment disposés par des jeunes filles sous le charme (et probablement par quelques garçons aussi). Qu’est-il donc arrivé à ces posters iconiques de jeunes vedettes au visage d’ange portant des salopettes, tenant des roses et jetant un regard à la caméra qui voulait dire « C’est toi que j’amène à la danse. »?

Les artistes Richmond Lam et Eve Thomas ont recréés ces adolescents tombeurs d’autrefois dans leur toute dernière exposition à Never Apart intitulée Poster Boys. Bien que les sujets des portraits évoquent une troublante ressemblance avec les posters des années 90 sur lesquels tant de filles jetaient leur dévolu, ce qui est remarquable est justement le fait que ces sujets soient tous des femmes. Poster Boys est une collection comique et peut-être même troublante de femmes posant en tant que jeunes hommes, essayant de plaire à de jeunes filles.

L’idée de collaborer à ce projet a vu le jour l’an dernier, lorsque les deux artistes ont voyagé ensemble et ont tissé des liens durant leurs longs voyages exotiques. Pour Thomas, une rédactrice et éditrice de magazines, cette séance photo est sensiblement à l’opposé de ses autres oeuvres, même si elle remarque que l’humour et le kitsch sont souvent présents dans son art. Le seul de ses projets s’y apparentant serait une comédie musicale qu’elle a produite,(mets une virgule) basée sur la série des années 90, Degrassi Junior High. Elle travaille présentement à un jeu vidéo intitulé #selfcare qui arrive ce printemps. Pour le photographe montréalais Lam, ceci est sa première collaboration avec un autre artiste et il a trouvé que l’expérience fut un défi des plus stimulants, tous deux ayant dû aller plus loin que leurs visions individuelles de ce que Poster Boys devait être.

Le concept de femmes posant en tant que garçons pour capturer le regard féminin adolescent soulève de nombreuses questions. Pourquoi les jeunes filles avaient, ou ont encore, tant le béguin, jusqu’à l’obsession, pour des vedettes comme JTT, la folie des collections de posters était-elle malsaine ou simplement un passe-temps qui favorisait les liens entre filles? De quelle façon les hommes gais doivent-ils réagir à l’exposition? Qu’en est-il de cette ludique composante trans fille à garçon? Le magazine pour adolescentes Tiger Beat a récemment été racheté, ce qui a poussé Thomas à se demander si ces genres de posters de jeunes garçons vedettes ringards importent encore à la fille de 6e année moderne.

« Le simple fait de discuter du projet ou de montrer des images à des amis m’a déjà fait comprendre comment il affecte les gens différemment, selon leur genre, âge et orientation sexuelle. Il est difficile de décrire le projet à quelqu’un qui n’a jamais lu Tiger Beat ou Bop, ou n’a jamais vu des émissions TGIF. La réaction est de trouver ça amusant, sans trop comprendre. Et puis celles qui avaient le béguin pour Devon Sawa ou qui voulaient épouser JTT n’ont pas besoin d’explications, elles comprennent instantanément tout, l’esthétisme, tous les sentiments et les jeux que cela provoque, » explique Thomas.

Durant la séance, Lam et Thomas ont discuté à quel point il était étrange de se mettre dans la tête d’un éditeur de magazines des années 90 et de décider que ces garçons torse nu étaient ce dont les petites filles rêvaient. Ces garçons imberbes étaient-ils vraiment ce que les filles désiraient, ou était-ce plutôt ces magazines qui façonnaient leurs désirs? « Il est difficile d’arriver à une conclusion, mais je pense que durant la période d’exploration sexuelle à l’adolescence et dans l’imagerie d’idole des jeunes, on trouve probablement un mélange d’affinités et de désir pour le sexe opposé, » dit Lam.

La sélection des jeunes femmes mannequins pour le projet a débuté avec un appel ouvert légèrement vague sur Facebook. « Nos cercles d’amis sont assez variés, alors trouver les bonnes personnes pour participer fut relativement facile. Je suis fier de voir que nos amis nous ont fait confiance sans trop en savoir sur le projet, » ajoute Lam. Jumeler les jeunes femmes mannequins avec des garçons a nécessité beaucoup de travail, c’était un énorme casse-tête. Thomas a créé une liste de tournage et une feuille de calcul, a passé des heures à se tracasser sur quelle vedette et quel mannequin iraient le mieux ensemble et a sélectionné une ou deux poses iconiques.

« Je savais que je ne pouvais pas simplement demander aux jeunes femmes d’arriver et d’improviser, étant donné que nous avions une très longue séance de prévue et que je n’avais jamais travaillé avec la majorité d’entre elles.Je m’étais même dit que le seul fait de s’assurer qu’elles viennent toutes serait déjà beaucoup de boulot, il y a dix-sept mannequins, mais elles sont toutes venues et plusieurs d’entre elles sont restées toute la journée pour se faire maquiller et travailler leur personnage. Tout le monde a semblé s’amuser à voir les mannequins se transformer tout en écoutant les Backstreet Boys et Hanson en boucle, » mentionne Thomas.

Certaines des photographies sont des répliques exactes de poses et de tenues vestimentaires de magazines pour adolescentes (quelques anciennes mordues arriveront peut-être même à les reconnaître), mais vous ne retrouverez pas le nom de l’inspiration ou les photographies originelles dans l’exposition. « C’est plutôt sur l’essence et l’impression, l’idée du garçon au lieu de la vedette hollywoodienne précise. Il y a cette idée que tous ces garçons étaient interchangeables à travers leur créneau: les blagueurs, les beaux gosses, les poètes… Allez, la moitié de leurs noms commençaient avec un J, » raconte Thomas. « Ces photographies sont inspirées par des garçons vedettes, mais ne sont pas des copies exactes. Je veux simplement surprendre les gens, les amuser et les rendre mal à l’aise. »

« C’était franchement drôle d’essayer d’imiter un style de photographie qui n’est pas le mien, » dit Lam, en expliquant comment ils ont obtenus des mannequins les poses classiques d’idoles des jeunes. C’était un défi de faire que des jeunes femmes mannequins adultes désapprennent la façon dont elles prennent habituellement la pose en photo. Plusieurs d’entre elles ont fait la remarque à quel point il était étrange de se faire photographier le visage directement de face. « Nous avions les images d’inspiration sur le plateau, et ce pas seulement pour les recréer, mais parce que les poses étaient étrangères aux mannequins. » explique Thomas.

Au final, Poster Boys évoque un mélange de confusion, de perplexité, de nostalgie, et bien sûr il soulève aussi d’importantes questions sur le regard féminin. Thomas révèle que tout au long du processus, elle s’est continuellement questionnée sur la manière dont l’obsession qu’ont ces filles envers ces garçons diffère de la façon dont les jeunes hommes désirent les femmes. Elle suggère que « l’attirance est souvent un point en faveur de quelqu’un, plutôt que contre. Je ne crois pas qu’on puisse surestimer l’importance de l’empathie, entre genre (ou genres). Si des enfants élevés en tant que garçons, et puis des hommes adultes, ne prennent en considération le monde intérieur des filles ou des femmes qu’au moment seulement où ils tombent en amour ou ils ont une fille, comment peuvent-ils donc rattraper ce retard.

View Comments

Comments (1) (Hide)

  1. Great writeup, hope I can make the opening this weekend! I remember going to female friends’ houses as a preteen and seeing all of these posters on their walls, and wondering why there was never any Asians…

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.