close

Joignez-vous à Never Apart

close

Les peintures de Claire Milbrath dégagent naïveté et charme

Claire Milbrath is no stranger to the Montreal arts community— as Editor-In-Chief of Editorial Magazine, she has helped carve out a niche that has its finger very much on the pulse of an integral part of our city’s subculture. The visual direction used in Editorial is perhaps a logical extension of Claire’s own artistic prose as a painter. We had a chat with her about her process and the ideas behind crafting the persona of the fictional character ‘Gray’, her « passively promiscuous » subject.

Tout d’abord, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre démarche en tant que peintre?

J’aime regarder les peintures classiques pour l’inspiration. J’aime Maurice Denis, Caravage. Je collectionne des images qui inspirent une ambiance et une scène. Avant de commencer une peinture, je vais rassembler peut-être 10-12 images, peintures, échantillons de couleurs, et des captures d’écran de films, généralement des mélodrames. Une fois que je commence la peinture, je ne peux rien voir parce que ça me décolle. Mon point de vue est déjà tellement déformé que je n’ai pas besoin de quelqu’un d’autre. Je choisis une musique qui correspond à l’ambiance, balayant généralement des partitions romantiques comme John Barry, mais pas toujours. Quand j’ai peint « Evening Dream », j’ai écouté les « Heroes » de David Bowie pendant les quatre premiers jours.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les mondes et les situations dans lesquels vous dépeignez vos sujets et sur l’humour intégré dans les peintures?

Le monde de Poor Grey est limité à ce que je peux peindre, donc pas de voitures, pas de femmes, jusqu’à ce que j’apprenne comment. Si c’est une blague existentielle, je joue à Dieu. Gray n’agit jamais. Il est généralement totalement immobile, ne vous attendez pas à ce qu’il sorte de la toile. Ses aventures sexuelles sont tout ce qu’il a vraiment. Il est piégé, mais je ne pense pas qu’il partirait s’il le pouvait.

Y a-t-il beaucoup d’utilisation de symboles dans votre travail? Y a-t-il des significations cachées dans certains contenus?

Je ne veux pas attribuer des significations spécifiques à chaque chose, car je veux qu’elles soient ouvertes à l’interprétation. Mais oui j’aime les messages cachés. J’aime référencer des éléments spécifiques des peintures du canon de l’histoire de l’art, cela me fait mal dans le bon sens.

Parlez-nous un peu de Gray: Qui est-il? Pourquoi existe-t-il? Pourquoi choisissez-vous de le représenter comme vous le faites? Est-il récemment converti gay?

Le pauvre Gris est un homme sans but et anxieux. Il est né gay, c’est une partie de sa personnalité. Cependant, il n’était pas toujours sexuellement actif. Jusqu’à ce que je commence à explorer ma propre sexualité, et ai trouvé que mes interactions avec les hommes étaient honnêtement naïves. J’ai commencé à insérer Grey dans des scènes hyper sexualisées pour essayer de reprendre le contrôle de ma propre identité sexuelle, tout en espérant que j’aurais abandonné les normes de genre auxquelles je me sentais lié en travaillant dans l’industrie de la mode.

Les gens sont très curieux au sujet du genre et de la sexualité de Poor Gray, quand le genre a été quelque chose que j’espérais ignorer délibérément dans mon travail. Je ne veux pas être une autre femme artiste travaillant sur ma féminité. Le gris est androgyne, tout comme le joueur de luth du Caravage, considéré comme un portrait de femme pendant des siècles.

Caravaggio, Lute Player, c. 1596

Nous avons parlé brièvement de Grey, peut-être une projection de vous-même – Claire Milbrath dans une expérience de vie alternative. Pouvez-vous nous en parler un peu?

À bien des égards, Gray est un autoportrait. Je canalise mon anxiété, mon oisiveté, mon agoraphobie et ma sexualité à travers lui. Je ne sais pas pourquoi, ou si c’est utile.

Le nom que nous avons donné à votre émission de groupe est assez brusquement intitulé «We Live In A Fantasy» – regarder vos peintures est très cathartique: comme si vous avez capturé l’essence d’un «rêve éveillé». Combien joue la fantaisie?

Je suppose que le monde que j’ai créé est un fantasme. Dans mon fantasme, Grey (moi) se repose, rêve de jour. Dans le fantasme de Gray, il visite des piscines extravagantes et des villas, en ayant des rencontres sexuelles romantiques.

Qu’y a-t-il dans l’expérience homosexuelle masculine qui vous intéresse? Et pourquoi, malgré l’érotisme manifeste de certaines de vos toiles, choisissez-vous de dépeindre et d’imprégner vos sujets d’une telle pureté et innocence?

Cette question est difficile à répondre mais importante à poser. Les rencontres de Gray sont plus sur le retrait du corps féminin sexualisé de l’équation, pour créer une scène idyllique, sans sexe pour moi-même à explorer. Je pense souvent à la fiction slash (fanfiction masculine / masculine). La plupart des auteurs derrière le porno Kirk / Spock étaient des femmes. Il ne s’agit pas forcément d’un fantasme homoérotique, mais d’une emphase sur le caractère, en ajoutant des traits féminins (innocence, douceur) à une expérience sexuelle masculine. Je me rapporte aux auteurs de fiction de slash et leur désir de voir une relation sexuelle entre égaux libérés des rôles de genre hiérarchiques.

Quoi d’autre avez-vous en réserve pour l’avenir?

Mon prochain spectacle solo débutera en novembre à Steve Turner Contemporary à Los Angeles. Il s’inspire du premier roman d’Aldous Huxley, « Crome Yellow », une satire sur la futilité de la classe supérieure. Je suis vraiment excité par le travail, je ne peux pas attendre.

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.