close

Joignez-vous à Never Apart

close

15 questions avec Candis Cayne: Rain Valdez

Écrit par

Candis Cayne
novembre 11th, 2020

Rain et moi sommes devenues proches cet été durant la pandémie de la Covid-19. Nous avons passé chaque vendredi avec notre amie Jamie Clayton à traîner au bord de ma piscine, à parler d’industrie, de vie, d’amour et de tout ce qui est en lien avec la communauté trans.

Rain a une élégance discrète, mais ne vous laissez pas tromper par sa petite taille: elle est sûre d’elle, a un excellent sens de l’humour et est la première à vous dire ce que vous avez besoin d’entendre. Elle aide toujours sa communauté et, par le biais de sa société de production NOW MORE THAN EVER, a lancé le cours de théâtre Act Now destiné à celles, cielles et ceux sous l’égide trans. Je pense qu’être une personne polyvalente et accomplie est ce qui fait d’elle une écrivaine aussi douée. Comment dit-on déjà, « il faut dix ans pour réussir du jour au lendemain »? Et bien, Rain aura mis neuf ans et trois cent soixante-quatre jours. Le succès est bien méritée pour cette actrice, productrice et écrivaine. J’espère que vous apprécierez notre entretien!

1. Nous voulons savoir sur quoi tu travailles actuellement et comment la Covid-19 l’affecte.

Je travaille sur plusieurs projets. Nous sommes en fin de développement pour ma comédie romantique, mais à cause de la Covid, nous ne savons pas exactement quand nous pourrons commencer le tournage, car nous devons aller dans différents endroits qui exigent encore une quarantaine. Ce avec quoi je suis tout à fait d’accord, mais je pense que nous voulons attendre de voir les options que nous aurons l’an prochain.

2. Quel est ton premier souvenir d’apprentie actrice ou interprète?

Enfant, je dansais. Mon premier souvenir est donc d’être sur scène à chanter et à danser à l’école primaire. Je me souviens avoir vu ma famille dans la foule et ma mère qui me faisait signe. Je me suis arrêtée au milieu de la scène pour lui faire coucou de la main, ce que je n’étais évidemment pas censée faire, mais je ne pouvais pas ne pas saluer ma mère!

3. Qui sont tes influences majeures?

Lucille Ball, sans aucun doute. J’adorais regarder I Love Lucy avec ma famille. J’aimais beaucoup Sandra Bullock et Michelle Pfieffer. Je dis souvent que je suis la version trans de Sandra Bullock, ce qui fait généralement bien rire les gens. Espérons que c’est parce qu’ils sont d’accord!

4. Quelles sont tes passions en dehors du travail?

J’adore faire la cuisine et je viens de découvrir de nouvelles recettes végétaliennes. Je mangeais beaucoup de viande à la maison dans mon enfance, alors je dois apprendre de nouvelles façons de me faire à manger et c’est très amusant.

5. Tu es une fille des îles. Comment a été le fait de grandir dans ta culture en tant que fille trans?

J’ai grandi sur une île au sein d’une famille aux croyances traditionnelles fortes et aux points de vue religieux inébranlables. C’était très difficile. De manière générale, je me sentais très isolée parce que je ne connaissais personne comme moi. Je suis devenue une enfant tranquille, par nécessité, je crois, parce que je ne savais pas comment communiquer qui j’étais, surtout à des gens qui étaient très prompts à critiquer. Le binaire était une notion à laquelle les gens s’accrochaient vraiment et si vous étiez juste en dehors de ça, vous étiez quelque chose dont il fallait avoir honte ou vous méritiez d’être humilié.e. C’était un état d’esprit si limitatif, dépourvu de toute imagination, et le vivre au quotidien était une torture.

6. Quel conseil donnerais-tu à une personne qui veut se lancer dans l’industrie?

Faites-le dans un but précis et une vision claire du type d’interprète que vous voulez être et des types de rôles que vous voulez jouer. Oui, c’est un business mais ce doit être avant tout l’œuvre de toute une vie. Lorsqu’on s’engage à être acteur ou actrice, il faut aussi assumer les défis qui en découlent.

7. Si tu pouvais choisir une chanson thème, quelle serait-elle?

C’est une question difficile, car beaucoup me plaisent, mais je dirais Damn, I Wish I was Your Lover par Sophie B. Hawkins.

8. Ta nomination historique aux Emmy remonte à quelques mois, comment te sens-tu maintenant ?

Je crois que les mois qui ont suivi ma nomination demeureront un moment spécial que je chérirai pour le reste de ma vie. Cette expérience m’a beaucoup fait grandir. Cette industrie peut vous faire rêver de choses qui ne vous sont pas destinées. Et ma nomination me prouve que je m’en sors très bien. Je dois simplement continuer à être moi-même et les autres se mettront au diapason. Cette nomination comporte tellement de volets qui comptent pour moi et peuvent être moins importants pour certains, mais comme mon identité est politisée à ce point, ce genre de validation de la part de son industrie peut être très important à ce moment-là. Mais les choses sont revenues à la normale et maintenant c’est plutôt amusant de repenser à ce que j’ai eu la chance de faire avec mes amis.

9. Quelle est la meilleure partie de ton travail? Et la pire?

La meilleure partie est d’être sur le plateau de tournage parce que chaque jour est précieux et tout le monde le sait. Surtout lorsqu’on crée un art qui passionne toute l’équipe. La pire partie est l’attente. Surtout lorsqu’on se trouve entre deux emplois; les rôles pour les acteurs et les actrices trans sont déjà très rares. La patience est une vertu dans ce métier. On passe beaucoup de temps à attendre!

11. Quelle est ta couleur préférée?

Lavande et or.

12. En tant qu’écrivaine, quels sont tes styles d’histoires préférées à raconter ?

J’adore écrire des personnages du point de vue de l’autre parce qu’on a rarement l’occasion de voir ces histoires. Je trouve que certaines règles d’écriture établies par des auteurs cisgenres ne s’appliquent pas toujours aux personnages gais, trans ou faisant partie de l’autre. C’est donc amusant d’enfreindre certaines de ces règles.

14. Qui est l’homme de tes rêves?

Un homme que je trouve agréable à regarder et qui n’a aucun problème à ce que je sois moi-même et que je fasse ce que j’aime faire. Un homme qui m’inspire et que j’inspire en retour. Et un homme qui assume tellement bien sa masculinité qu’il est fier d’être avec moi et qu’il voit en moi la femme de ses rêves.

15. Quel est le projet de tes rêves?

D’avoir ma propre émission humoriste d’une demi-heure avec une femme trans philippine américaine comme personnage principal.

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.