close

Joignez-vous à Never Apart

close

Entrevue : Enregistrements écologiques ambisoniques de la forêt tropicale

Nous avons discuté avec James Benjamin, l’un des artistes à l’origine de l’exposition Ecological Ambisonic Recordings 001 : Rainforest et du disque vinyle en édition limitée qui accompagne l’exposition, lancée aujourd’hui sur notre boutique en ligne.

Parlez-nous un peu de vous et des personnes qui ont travaillé sur ce projet.

JB : Je m’appelle James Benjamin, et je suis producteur et ingénieur du son à la tête de Breakglass Studios ici à Montréal depuis dix ans. En 2017, j’ai collaboré pour la première fois avec Danica Olders, en lui fournissant une bande-son originale immersive et expérientielle pour ses pièces de sculpture portables pour Wiggle à Never Apart. C’est également en 2017 que je me suis rendu pour la première fois dans la réserve de jaguars de la forêt tropicale primaire du Costa Rica avec Jan Schipper (Arizona Centre for Nature Conservation) et Jose F. Gonzalez-Maya (ProCAT) pour enregistrer plusieurs centaines d’heures de sons ambisoniques, dans le but de documenter un habitat naturel sain et de commencer à étudier comment des enregistrements comme celui-ci pourraient être utilisés scientifiquement en conjonction avec des algorithmes pour faire des choses comme documenter la vie sauvage et établir des comparaisons avec le son d’autres environnements et états de l’environnement.

C’était assez étonnant de se retrouver dans la forêt tropicale avec ces chercheurs, presque complètement hors du réseau Internet et des médias sociaux, etc. La nuit, après des journées entières passées dans la forêt tropicale, nous traînions, buvant du rhum panaméen, et nous avons commencé à avoir de longues discussions sur la façon dont ce serait cool si, en plus de la recherche scientifique, nous pouvions utiliser ces enregistrements pour créer des installations immersives qui pourraient voyager dans le monde entier à des fins de sensibilisation et d’éducation. Ce fut le début de l’initiative Ecological Ambisonic Recording. En 2019, Danica et moi avons participé à une résidence d’artiste appelée Can Serrat dans une petite ville de montagne en Espagne appelée El Bruc, où nous avons rencontré et collaboré avec Chipp Jansen (King’s College, étudiant en doctorat en robotique). Il est intéressant de noter que cette expérience a été aussi assez «off the grid» (hors de la civilization) , avec un accès limité à Internet et de nombreuses soirées tardives, cette fois-ci avec du vin espagnol bon marché. À la fin de la résidence, nous avons convaincu Chipp de se joindre au projet en fournissant une aide précieuse pour le codage des patchs Max nécessaires pour alimenter l’installation immersive.

Ces sons ambisoniques ont été enregistrés sur le versant pacifique des montagnes de Talamanca au Costa Rica, dans la zone tampon du parc international de la paix et de la réserve de la biosphère de La Amistad. Quelle est votre relation avec le Costa Rica et pourquoi avez-vous choisi cet endroit en particulier ?

JB : Cela correspond donc très bien aux objectifs de certaines des organisations partenaires impliquées dans ce projet. La Fondation Mikelberg, en collaboration avec le Centre pour la conservation de la nature de l’Arizona et ProCAT, finance et gère une station de recherche dans cette région des montagnes de Talamanca au Costa Rica. Le but de l’organisation, ainsi que de la station de recherche, est de promouvoir et de protéger les couloirs de migration des jaguars au Costa Rica ainsi que dans toute l’Amérique centrale et du Sud. La plupart des gens ne s’en rendent pas compte, mais les Jaguars migrent chaque année du Mexique vers l’Argentine. Ils traversent littéralement à la nage le canal de Panama! La déforestation, les coupes à blanc et la présence de braconniers ont rendu cette migration essentielle de plus en plus difficile au fil du temps, et les jaguars sont désormais une espèce menacée. En tant que grand prédateur, leur survie continue est d’une importance cruciale pour la santé de l’écosystème dans son ensemble. Je ne peux pas dire grand-chose de plus sur la réserve de jaguars de Las Alturas, où se trouve la station de recherche, si ce n’est qu’il s’agit d’une propriété privée de 32 000 acres qui offre une protection cruciale aux jaguars sous la forme de gardes armés qui patrouillent à plein temps dans l’immense territoire. Les responsables de cette réserve veillent à ne pas diffuser trop d’informations sur leurs activités, car cela peut en fait aider les braconniers et d’autres voisins potentiellement dangereux.

Pour ceux qui ne connaissent pas, qu’est-ce que l’enregistrement ambisonique en format B ?

JB : L’enregistrement ambisonique est un format de son surround pleine sphère. Je ne m’étendrai pas sur les aspects techniques, mais en tant que spécialiste des studios d’enregistrement, l’une des choses que je trouve vraiment intéressantes dans l’enregistrement ambisonique, c’est qu’il utilise des configurations et des techniques d’enregistrement par microphone stéréo qui existent depuis très longtemps. Certaines personnes ont peut-être entendu parler d’une technique permettant de créer une profondeur stéréo supplémentaire dans un enregistrement appelé « mid-side ». Cette configuration d’enregistrement utilise deux microphones, l’un avec un diagramme de réponse cardioïde, et l’autre avec un diagramme de réponse en forme de huit disposé dans une position très spécifique. Lors du mixage, si vous « placez » le signal du microphone cardioïde au centre de votre mixage, puis prenez le signal du chiffre huit, le dupliquez et placez une copie à gauche de votre mixage, puis inversez la phase de l’autre copie et faites un panoramique vers la droite de votre mixage, vous pouvez obtenir une image stéréo super large et détaillée.

L’enregistrement ambisonique développe cette technique avec quatre microphones disposés très précisément dans ce qu’on appelle un format tétra. Avec ces quatre signaux mono enregistrés, un algorithme complexe peut extrapoler le son provenant d’un nombre infini de haut-parleurs placés n’importe où autour d’un point d’écoute central dans une sphère tridimensionnelle complète. De cette façon, un auditeur placé au centre de la sphère peut entendre exactement ce que l’enregistreur a « entendu » dans sa position d’enregistrement initiale.

La face A du disque est intitulée «de 5h à 5h25», et la face B «de 17h à 17h25». Pouvez-vous nous parler du format et des titres choisis ?

JB : Les pistes et les titres de « 5AM TO 5:25 AM » et « 5PM TO 5:25 PM » sont très littéraux ! Pour l’installation dans la galerie, et qui est disponible via une visite en ligne sur Facebook, l’idée est qu’il s’agit d’une boucle de 24 heures de son de forêt tropicale, et que quel que soit le moment de la journée où vous découvrez l’installation, vous entendrez le même moment de la journée dans la forêt tropicale au Costa Rica. Pour le support de l’album vinyle, nous étions naturellement beaucoup plus limités en termes de temps, 25 minutes étant à peu près la durée la plus longue recommandée pour une face vinyle. Nous avons choisi 5 heures du matin et 5 heures du soir comme moments propices pour presser le vinyle, car il s’agissait de moments de transition dans la journée, remplis de beaucoup de sons et d’éléments sonores différents. J’ai également aimé la symétrie de la mise en place des deux faces opposées d’une journée de 24 heures sur les faces d’un album vinyle : lever et coucher du soleil, ou aube et crépuscule. Juste à l’intérieur de ces deux faces de 25 minutes, nous pouvons entendre une merveilleuse gamme de la faune et de la nature. Il y a une variété d’oiseaux, des moments de paix et de tranquillité, des moments où le vent se lève vraiment et provoque un grand remue-ménage dans les arbres et les feuilles environnants, et nous pouvons même entendre des animaux passer devant le micro, brosser des feuilles et faire des pas en passant.

Pouvez-vous nous parler de certains des artistes et chercheurs qui vous ont inspiré par le passé ? Je me souviens ici du travail du World Soundscape Project, de Hildegard Westerkamp.

JB : J’adore le travail de Hildegard Westerkamp ! J’écoutais justement son album Transformations. Des morceaux comme Kits Beach Soundwalk et Beneath the Forest Floor ont une énorme influence sur moi. Le projet World Soundscape est également un point de référence très intéressant. L’attention que porte Schafer à la question de la pollution sonore et son objectif de documenter ce qu’il appelait les « bons » et « mauvais » environnements acoustiques dans des enregistrements stéréo dans les années 60 et 70, reflète à bien des égards nos objectifs de documenter les écosystèmes sains et malsains de manière ambisonique. L’un de mes artistes préférés est James Turrell. Notre approche de la lumière dans l’installation, et son utilisation pour aider à désigner le temps, s’inspire fortement des premiers travaux de Turrell à l’hôtel Mendota.

Tous les bénéfices de l’enregistrement sont reversés à l’Initiative pour l’enregistrement écologique ambiant (Ecological Ambisonic Recording Initiative). Pouvez-vous nous en dire plus sur cette organisation et sur le travail qu’elle effectue ?

JB : L’Ecological Ambisonic Recording Initiative a pour objectif de compiler et de distribuer des enregistrements de terrain d’espèces menacées dans divers environnements du monde, à des fins de recherche scientifique, de sensibilisation et d’éducation. Plus nous pourrons documenter ces environnements, plus nous pourrons extrapoler scientifiquement à partir des enregistrements, et plus nous pourrons présenter ces environnements à des fins artistiques et de sensibilisation. Le prochain environnement que nous aimerions documenter est la forêt nuageuse de Colombie, habitat de l’ours des Andes. Aujourd’hui plus que jamais, une telle documentation est un outil inestimable pour la sensibilisation et la conservation au niveau mondial.

Parlez-nous de la réalisation de ce disque : où a-t-il été pressé ?

JB : J’ai fait toute la sélection et le montage, ainsi que le mixage et le mastering des masters en vinyle aux studios Breakglass ici à Montréal, avant d’envoyer les masters finis à une société appelée Mobineko basée à Londres. C’était vraiment excitant de recevoir les disques par la poste, et encore plus excitant de mettre l’aiguille sur le disque et d’entendre le son que nous avions enregistré au plus profond de la forêt tropicale primaire, qui arrivait sur les haut-parleurs.

Comment pensez-vous que ce genre de travail sur le paysage sonore peut contribuer à la conservation de la forêt ? Que suggérez-vous aux personnes qui souhaitent s’impliquer davantage ?

JB : Je pense que la sensibilisation et l’éducation sont des outils clés pour un travail de conservation efficace. Il est préférable que nous ne perturbions pas ces endroits éloignés, et ce ne sont donc pas les endroits les plus faciles à visiter. Ce genre d’outil offre une fenêtre sur une expérience autrement inaccessible. En même temps, il existe aussi des applications de recherche scientifique très intéressantes pour ces banques d’enregistrements ambisoniques.

Si quelqu’un souhaite contribuer au projet, que ce soit en termes de financement, ou pour suggérer des collaborations, que ce soit pour l’initiative d’enregistrement ambisonique écologique directement, ou pour soutenir le travail général de pro CAT à la station de recherche, il peut m’envoyer un e-mail à [email protected]

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.