close

Joignez-vous à Never Apart

close

L’histoire de Wiggle

Catégories


Wiggle est un festival extravagant d’art portable et de performance célébrant toutes les formes d’expression et de créativité. Deux décennies plus tard, il demeure une plate-forme vitale autant pour des artistes émergeants que pour des stylistes, des designers, des interprètes et des artistes établis, étant tous réunis dans un événement annuel extraordinaire. Avec Michael Venus, directeur général de Never Apart, aux commandes, House Of Venus fête le 25e anniversaire de Wiggle le 1er mai au Musée des Beaux Arts de Montréal et le 18 mai au centre Never Apart.

Inaugurée à Windsor en Ontario comme soirée de levée de fonds aux débuts des années 90, l’équipe de House Of Venus s’est finalement relocalisée à Vancouver en 1996, créant chaque année un chaos franchement glamour en réunissant plusieurs des esprits créatifs les plus brillantes de la ville dans l’esprit de l’imagination et sous la forme d’une perruque! La création de quelque chose de magnifique à partir d’objets recyclés ou de choses liées à la terre rarement incorporés à une coiffe, fabuleusement réalisé et conçu à partir de quasi presque rien, représente la glam-alchimie de Wiggle. Les spectateurs enthousiastes qui reviennent chaque année sont souvent eux-mêmes des oeuvres d’art sur pattes, donnant ainsi la chance à chacun d’Avoir la sensation de faire partie du spectacle. Les artistes, les designers et les stylistes sont encouragés à contribuer à des créations dans le volet mode en soumettant des perruques et des pièces d’ensemble avant-gardistes.

Initialement né du besoin d’un forum où des jeunes avec des idées créatives non-conventionnelles pourraient être mis en valeur, Wiggle attire depuis ses débuts une foule diversifiée incluant des rock stars telles que Michael Stipe du groupe R.E.M., Alanis Morrisette et Deborah Harry, tête d’affiche du groupe Blondie. Wiggle peut aussi se vanter d’avoir accueilli quelques-unes des figures marquantes du drag, comme l’habituée de Wigstock Lady Bunny, Miss Guy de The Toilet Boys, Perfidia de Patricia Fields et la vedette de la télévision Candis Cayne qu’on a récemment vue dans Dirty Sexy Money et I am Cait.

Avec le désir d’inciter le changement, Wiggle et House of Venus ont été encouragés et soutenus par Michael Venus qui, depuis le début, avait prévu que cet événement se rendrait jusqu’à une vingtième année, et même au-delà. Le but a toujours été d’offrir aux spectateurs un échappatoire à la réalité banale du quotidien et de leur donner la chance d’être inspirés par un endroit sans limites, basé sur la mode, l’art et la fantaisie, et où les genres sont fluides et les prestations sont purement novatrices. Une fois l’étincelle de Wiggle allumée, il a prospéré comme par enchantement au delà de toutes attentes et est toujours l’événement le plus couru en ville. Grâce au soutien constant des nombreux talents et des amateurs du spectacle, Wiggle ne cesse d’évoluer et de s’épanouir.

Ayant moi-même pris maintes fois part à Wiggle en tant que mannequin et interprète au cours des différentes années, je peux témoigner du fait que les coulisses sont tout aussi spectaculaires que ce qui est présenté sur la scène principale. On y trouve une armée de maquilleurs, de coiffeurs, d’habilleurs, d’interprètes, de perruquiers, de costumiers et d’équipes techniques qui ont tous la même mission de partager et d’appuyer les talents de chacun. Les innombrables heures de dévouement, d’excellence créative et d’amour pour le glamour haut en couleur a élevé la vision initiale de House Of Venus à un niveau galactique de développement communautaire progressif et inclusif.

Après vingt ans, Wiggle débute un nouveau chapitre au Centre Never Apart de Montréal et, en 2019, célèbrera son 25e anniversaire au Musée des beaux-arts.

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.