close

Joignez-vous à Never Apart

close

Rencontrez Non/Being, un collectif queer avant-gardiste à Montréal

Écrit par

Leticia Trandafir
mars 14th, 2020

Catégories



Diana Baescu, Simon Rock et Heather Mitchell sont le noyau actuel de Non/Being, un réseau queer construit à partir des sentiments et des moments partagés dans les sous-sols des raves d’entrepôts et les «chat room» de fin de soirée. Ayant débuté par une série d’événements appelée Vault—dont une fameuse rave dans un tunnel—Non/Being a évolué en une plateforme pour explorer les idées de communauté, du «queer», du trans et de l’éphémère à travers l’art, la musique et la construction de mondes alternatifs. J’ai parlé à Diana et Heather de leur prochaine compilation de collecte de fonds, de leur premier grand festival et de ce sur quoi iels travaillent actuellement.

Qu’est-ce Non/Being et qui sont ses membres fondateur.e.s ?

Diana [alias D. Blavatsky]: Non/Being est la gorgée d’eau froide que l’on prend dans une bouteille que l’on partage et que l’on fait passer aux gens avec qui on danse depuis six heures.

En se concentrant sur les processus liminaires de l’art, de la perception et de l’organisation communautaire, Non/Being est un studio de recherche qui s’intéresse à nos états d’être.

Si la réalité est que l’état le plus authentique d’une personne ne peut être catégorisé et que notre moyen actuel de perception de soi provient d’une codification complexe de normes, alors le caractère queer/trans en tant que concept/mouvement/manière d’être situe «l’existence humaine» comme une expérience (trans)itoire et éclipse les binaires oppositionnels qui ont été tissés dans la toile-même de nos réalités actuelles.

À travers la désincarnation et notre mouvement constant à travers différentes formes corporelles, Non/Being examine la manière dont les corps interagissent entre eux et avec eux-mêmes dans leurs différents états et contextes.

Je viens de passer les 45 dernières minutes à parcourir de vieux journaux intimes afin de localiser le point exact où Non/Being a vu le jour. Bien que la première fois que Non/Being ait été cité soit le mercredi 31 octobre 2018, Non/Being en tant que concept étais déjà un aspect intime de mes expériences vécues en tant qu’individu dissociatif non-binaire. En luttant contre les réalités et les perceptions de la société dès mon plus jeune âge, j’ai souvent été confronté.e à des sentiments intenses d’isolement et de solitude, résultant de mon détachement général envers moi-même et des autres. Combinaison d’un détachement des formes d’interaction incarnées et désincarnées, Non/Being est né de mon désir personnel de mieux me comprendre et de comprendre les autres—ou de réfléchir de manière plus large aux raisons pour lesquelles ces sentiments de compréhension et de connexion étaient si importants pour l’expérience humaine au départ.

En partie rêve de fièvre, en partie curiosité, Non/Being sous sa forme actuelle s’est développé organiquement comme une extension de moi-même et de mes parcours personnels en tant que développeur.e créativ.e et communautaire, vers d’autres corps de pratique artistique, d’organisation communautaire et de guérison.

Devenant peu à peu un élément central de la série de raves, une de mes amies Maria [D-Grade] et moi avons co-fondé Vault, Simon et moi avons travaillé en étroite collaboration sur l’étoffement de Non/Being et sur la manière dont nous devrions le communiquer à un public plus large. Parce que les thèmes centraux de Non/Being sont si étroitement liés à mes expériences et souvenirs personnels, sa forme générale en tant que collectif peut parfois se perdre dans la façon dont j’interagis intimement avec ce dernier. En tant que personne faisant partie intégrante de Vault et d’autres aspects de mes pratiques créatives/communautaires, l’implication de Simon dans Non/Being a complexifié ses limites en tant que studio de recherche en expansion et (trans)itoire. Je ne pense pas qu’il y ait eu un moment précis où le Non-être est devenu Simon et moi, ou Simon, Heather et moi – il s’est simplement manifesté comme une réponse à nos relations croissantes dans d’autres parties de notre vie. Il est difficile de retracer les origines de ce genre de dynamique. Il est très rare dans la vie que quelque chose soit créé de manière isolée des autres aspects de notre personnalité et de nos réalités sociales. Et le début identifiable de quelque chose n’est pas aussi important que son développement et sa croissance continus, ou son état actuel.

Heather [alias Remote Access] : J’ai fini par faire partie de Non/Being grâce à mon parcours plus large d’engagement communautaire dans les scènes «afterhour» pendant et après mon déménagement de San Francisco à Montréal. Les personnes qui m’ont introduite à la scène sont Diana et Maria Wang [D-GRADE d’Australie] durant l’été 2018. J’avais du mal à vivre à San Francisco et j’ai décidé de passer l’été à Montréal pour être plus proche de chez moi et passer du temps avec des ami.e.s, dont Malaika Astorga [de Also Cool mag] qui m’a présenté Maria et Diana sur un balcon à la fin de l’été. J’étais couverte de piqûres de punaises de lit dues à une sous-location qui a mal tournée, et iels étaient en train de préparer la troisième Vault, la série de raves queer qu’iels avaient cofondée quelques mois auparavant. Quelques jours plus tard, Maria m’a demandé de faire des visuels pour la prochaine et, bien que je n’avais jamais fait de visuels pour une rave auparavant, j’étais enthousiaste à l’idée d’expérimenter ma pratique artistique dans ce nouveau contexte.

J’ai été impressionné par Vault et par ces deux personnes incroyablement inspirantes, créatives et motivées—qui m’ont fait sentir valorisé.e et à l’aise dans une communauté dont je ne connaissais pas l’existence auparavant. La «femme-posivitity» (mise en avant de ce qui est femme), l’aspect queer, l’énergie artistique et la gentillesse de l’espace qu’iels créaient à travers Vault m’ont inspirée à un moment où je me sentais très déprimée et découragée par le monde créatif et le monde en général.

Cette Vault a débouché sur une autre collaboration dans le cadre de l’événement dérivé suivant qu’iels ont organisé, DATATRASH, pour lequel j’ai suggéré de créer un site web interactif afin de le promouvoir et de le nommer d’après le livre que je lisais à l’époque «Data Trash: The Theory of Virtual Class» d’Arthur Kroker. Après DATATRASH, j’ai continué à collaborer avec les deux pendant mon retour à San Francisco et j’ai programmé un site web et/ou un travail visuel pour chaque Vault depuis, m’impliquant de plus en plus dans l’organisation des événements ainsi que le temps a passé. Mon implication plus profonde dans Vault et Non/Being s’est également développée comme une extension naturelle de mes amitiés avec Diana, Maria, Simon, et Matt Sperdakos [de Cyberia, un autre collaborateur central dans l’existence de Vault].

L’année dernière, quand je suis retourné.e à Montréal, Diana m’a dit qu’iel était en train de créer un collectif appelé Non/Being avec Simon, comme une extension des intentions de Vault, et iels m’ont demandé si je voulais en faire partie. Ma réponse a été bien sûr oui.

Vous posez quelques questions importantes avec Vault Unlocked et je voulais avoir vos réponses personnelles:

Que signifie la communauté dans vos réalités de vie ?

D : J’ai grandi avec une dynamique familiale s’apparentant à une meute de loups, tissée serrée. La confiance et le soutien partagés avec mon entourage, ce qui a toujours été extrêmement important pour moi. En considérant la communauté comme l’expansion de ces relations de confiance et de soutien, la communauté dans ma réalité est la réunion de réseaux alternatifs destinés à remplacer et à reconstituer les structures sociales plus larges qui continuent à nous faire défaut dans notre vie quotidienne. La communauté est la sécurité que je ressens lorsque je suis entourée de visages familiers et d’intentions sur une piste de danse à 5 heures du matin. C’est la liberté que je ressens lorsque je peux expérimenter avec moi-même et avec les autres—de manières et dans des espaces qui ne sont pas disponibles autrement. La communauté est une confiance que je porte dans ma façon de me déplacer dans le monde, une sorte de sécurité présente dans le fait de savoir qu’il y a des gens vers qui je peux me tourner et qui partagent et comprennent mes perspectives et mes luttes. C’est un réconfort partagé de pouvoir me montrer sous mon vrai jour, comme je n’ai jamais pu le faire pleinement avant de m’installer à Montréal. Qu’il s’agisse de ce signe de solidarité partagé lorsque vous êtes défoncé et que vous passez devant quelqu’un que vous connaissez (qui est également défoncé) dans l’allée des collations au PA sur Parc—ou d’un message privé sur Instagram en fin de soirée à un.e  aîné.e de la scène quand vous avez besoin de conseils—la communauté est un engagement partagé à grandir et à se soutenir mutuellement dans une société qui ne cherche qu’à nous aliéner davantage.

Heather: Pour moi, la communauté a toujours été les relations entre les gens qui rendent le monde un peu moins infernal. Des relations qui font que toutes les personnes impliquées se sentent un peu moins seules dans le monde, et soutenues dans leur lutte pour la survie ou le bonheur. Dans ma réalité vécue, ma première communauté a été un forum artistique en ligne sur conceptart.org lorsque j’étais une queer incroyablement solitaire de 11 ans dans la campagne ontarienne profonde. Les utilisateurs avaient leur propre fil de discussion «carnet de croquis» où illes pouvaient poster des dessins d’entraînement, des peintures, et se donner mutuellement des critiques, des encouragements et des ressources. Les personnes qui ont nourri mon art précoce dans ces forums m’ont donné une lueur d’espoir que je pouvais appartenir à quelque part dans ce monde, et que je devais continuer à y vivre. J’ai depuis réalisé que c’était une vision utopique d’une certaine manière—une vision de générosité sans fin et de croissance partagée entre étrangers en ligne. Cette première expérience a façonné mes idées de communauté depuis lors, et c’est l’idéal auquel je me réfère pour construire une communauté dans ma vie actuelle. Faire partie de la communauté des DJ et des after-hours de Montréal est ce qui se rapproche le plus de ce que j’ai vécu à cette époque, et je me sens très chanceu.se d’avoir trouvé cette communauté spéciale qui me nourrit et m’accepte. Je suis tellement reconnaissante de pouvoir donner et recevoir de l’amour avec autant d’artistes extraordinaires.

Comment pouvons-nous étendre ces sentiments particuliers que nous partageons pendant les raves à d’autres facettes de notre vie et de nos réseaux sociaux ?

D: Je suis heureu.se que nous ayons pu répondre à ces questions après que le festival Vault:Unlocked ait eu lieu. Bien que c’était tout récent—cette expérience a clairement concrétisée, tant en moi-même qu’au sein des membres de nos communautés raves plus larges, les moyens par lesquels nous pouvons étendre les sentiments spéciaux que nous partageons sur la piste de danse à d’autres aspects de nos vies et de nos réseaux sociaux. LA COMMUNICATION ET LA COLLABORATION SONT ESSENTIELLES. Nous avons besoin de nous parler les uns aux autres. Loin des médias sociaux, et en dehors des contextes des raves/événements. Parler face à face, être dans le même espace, partager du temps et de l’énergie, voilà ce qui renforcera et enrichira nos vies en tant qu’individus et communautés de personnes. Les principaux processus sociaux d’accumulation de capital et de valeur sociétale sont basés sur des méthodes isolées de réussite individuelle. Tant que nous ne nous rencontrerons pas tou.t.e.s et que nous ne partagerons pas nos bases de connaissances, nos expériences et nos ressources, nous ne pourrons même pas commencer à effleurer la surface de l’imbrication profonde entre ces modes d’être capitalistes et notre façon d’interagir et de nous organiser socialement. L’énergie et les sentiments partagés pendant les raves sont si particuliers parce que nous partageons physiquement le temps et l’espace les uns avec les autres dans la célébration et l’expérimentation. Pour que ces sentiments se développent au-delà des pistes de danse, nous devons travailler ensemble sur des voies de collaboration émotionnelles, physiques et éducatives. Le festival Vault: Unlocked n’aurait pas pu avoir lieu sans le soutien et la contribution de la centaine de personnes impliquées. Et plus nous travaillerons à une meilleure compréhension mutuelle, plus nos réseaux de soutien, de partage des ressources et d’éducation se renforceront.

«L’énergie et les sentiments partagés pendant les raves sont si particuliers parce que nous partageons physiquement le temps et l’espace les uns avec les autres dans la célébration et l’expérimentation. Pour que ces sentiments se développent au-delà des pistes de danse, nous devons travailler ensemble sur des voies de collaboration émotionnelles, physiques et éducatives.»

Heather: Je pense que souvent la leçon la plus précieuse que la rave peut nous donner est de fournir une réalité alternative dans laquelle nous pouvons expérimenter ce que c’est que de se sentir à l’aise et libre en soi et en paix avec notre être physique, et donc de se sentir plus connecté.e aux autres. Je pense que plus nous apportons tou.t.e.s cela dans notre vie quotidienne, plus ce que nous apprenons des raves peut avoir une grande portée. Et lorsque le collectivisme et l’énergie que la rave favorise sont appliqués à des mouvements qui modifient positivement la politique gouvernementale, augmentent l’accès aux ressources pour ceux qui en ont besoin, ou fournissent un soutien émotionnel à ceux qui luttent, ils ont une portée bien plus grande qu’un bon parti.

En outre, je pense que la rave nous apprend à ne pas prendre la loi trop au sérieux et mettre en question notre respect envers l’autorité structurelle. Les systèmes du monde d’aujourd’hui ne fonctionnent manifestement pas en faveur de notre bien-être… Ils doivent être collectivement et significativement rejetés et refaits. Mais il est tellement ancré en nous de suivre les règles et les lois. C’est une leçon importante que de ressentir ce que c’est que d’enfreindre les règles et les normes dans un but de curiosité, d’expression de soi et de joie collective.

Vous mentionnez l’importance de la connaissance communautaire et du partage des ressources. Pouvez-vous nous dire quelles sont les connaissances et les ressources dont les communautés dont vous faites partie actuellement ont le plus besoin ?

D: Contrairement à d’autres centres culturels urbains comme New York et Berlin, Montréal cultive une sorte de caractère transitoire dans la façon dont les gens interagissent avec elle, ce qui rend difficile la mise en place d’une infrastructure créative/artistique à long terme. Composées principalement d’étudiants et divisées par les différences culturelles et linguistiques évidentes entre les populations francophones et anglophones de Montréal, nos communautés s’élèvent et se déplacent en réponse au sentiment général d’impermanence qu’éprouvent de nombreuses personnes qui vivent dans cette ville. Je ne vis ici que depuis trois ans et demi, et je suis sûr.e qu’il y a des membres de la communauté qui peuvent mieux répondre aux besoins plus larges de nos diverses scènes artistiques et culturelles, mais ce qui semble le plus urgent pour la capacité de nos communautés actuelles à croître et à s’épanouir, c’est le manque d’espaces établis, sûrs et durables, dans lesquels nous pourrions nous rassembler et travailler. Les communautés ne peuvent pas exister sans espaces partagés, et comme le marché du logement et l’infrastructure de la ville de Montréal changent rapidement, non seulement nous nous trouvons confrontés à des problèmes d’installation d’espaces, mais beaucoup d’entre nous luttent pour obtenir des logements et des studios stables.

En limitant notre capacité à nous réunir physiquement et à nous engager dans des espaces importants pour le développement de nos communautés, les structures sociales traditionnelles conservent le pouvoir qu’elles ont sur nos modes de partage des ressources, de création de réseaux éducatifs et de divertissement, ce qui renforce notre dépendance continue et notre allégeance monétaire à leurs points de valeur établis. La déconnexion entre les niveaux de responsabilité des organisateurs, des DJ/interprètes et des participants aux raves sur des questions communautaires plus larges serait secondaire par rapport aux espaces qui, selon moi, font le plus cruellement défaut dans nos réseaux de partage des connaissances et des ressources. Il existe une répartition claire du pouvoir au sein des communautés d’artistes en fonction de la capacité que vous engagez ou contribuez à la scène, mais de telles structures de valeurs capitalistes ne font que marchandiser davantage nos pratiques artistiques et communautaires. Bien que le temps et un engagement accru montrent souvent des niveaux plus profonds de fiabilité individuelle, afin de construire des structures communautaires solides et à long terme, nous devons partager la responsabilité en équilibrant la façon dont les gens contribuent à, et consomment, les différents aspects de nos scènes/corps de travail. Pour revenir à mon point de vue sur la communication et la collaboration, nous devons déconstruire les signaux d’influence afin d’établir des voies plus explicites pour la résolution de problèmes à l’échelle de la communauté.

Qu’est-ce qui motive la transition d’activités axées davantage sur les événements/festivals avec Vault, vers une orientation plus podcast, mix, album et journalistique avec Non/Being ?

D : Chaque moyen d’expression et de communication a ses avantages et ses inconvénients. Bien que je croie profondément au pouvoir des rassemblements physiques (qu’il s’agisse de raves, de festivals ou de réunions communautaires), il est important d’étendre ces manifestations de manière à offrir un développement et un suivi futurs. Il y a eu tant de conversations incroyables que j’ai eues lors de raves, ou de moments de soutien et de solidarité communautaires dont j’ai été témoin de différentes manières, mais malgré tout ce que certains d’entre nous aimeraient pouvoir faire, nous ne pouvons pas exister perpétuellement dans ces moments à 5 heures du matin sur la piste de danse, et avec cette vérité, vient la question de… que va-t-il se passer ensuite ?

Parlez-nous de la compilation que vous lancez, Certified Reality (Réalité Certifiée). Quelle était la motivation derrière cette compilation et comment avez-vous choisi les artistes?

D : Certified Reality est en cours de réalisation depuis 10 mois. Destinée à ancrer notre futur travail dans des fondations collectives de collaboration et de conscience sociale, cette compilation rassemble divers artistes du monde entier dans le but de collecter des fonds pour l’organisation Rainbow Railroad. En élargissant la portée et les liens établis lors de la synthèse Non/Being, ces intentions situeront notre rassemblement initial dans le but de contribuer au bien-être accru des personnes LGBTQIA2S+ à travers le monde.

En choisissant des œuvres de 25 artistes sonores du Canada, des États-Unis et d’Europe, dont la plupart s’identifient à la communauté LGBTQIA2S+, cette compilation passe par divers genres et styles de production électroniques. En interpretant le genre «électronique» dans son sens le plus large, Non/Being, invite chaque artiste à créer une pièce en réflexion/réponse aux expérimentations plus larges de Non/Being autour de la perception et de la construction de la réalité. Plaçant le processus, la fugacité et la résistance au centre de ce projet, Certified Reality agit pour faire diverger le flux d’informations communiquées par les institutions de pouvoir qui rendent compte des actes de violence envers les personnes LGBTQIA2S+ en réunissant des pratiques et des visions artistiques variées.

Il n’y avait pas de méthode systématique pour choisir les artistes que nous avons également contactés. Au cours des dix derniers mois, à différents moments, nous avons contacté des ami.e.s, des ami.e.s d’ami.e.s et des ami.e.s d’ami.e.s d’ami.e.s qui, selon nous, faisaient du bon travail et qui s’alignaient avec nos intentions et notre esthétique collective.

Heather: Nous avons tou.t.e.s fait collectivement une énorme liste d’artistes que nous voulions contacter et leur demander s’iels souhaitaient proposer un morceau pour l’album, le tout centré sur une vision commune du son que nous avions appris à reconnaître chez les un.e.s et les autres. Nous avons pris contact, par e-mail ou par les réseaux sociaux, et ceux/celles qui nous ont répondu et dont le travail correspondait au concept sont maintenant les 25 sur l’album.

Beaucoup de mes suggestions étaient des artistes que je ne connaissais pas du tout personnellement, mais dont le travail se démarquait dans ma collection de musique comme des œuvres puissantes et uniques que je voulais encourager ou avec lesquelles je voulais établir un lien d’une manière ou d’une autre. Un certain nombre de mes suggestions provenaient d’artistes que j’avais trouvés par le biais de Soulfeeder, une plateforme en ligne qui fait la promotion d’artistes internationaux underground émergents grâce à leur série d’albums Eaposting. Tous les albums sont des téléchargements gratuits axés sur la musique électronique expérimentale et présentent des talents émergents encouragés par leur communauté de plus de 8000 utilisateurs qui partagent de la musique et des ressources via un groupe Facebook. J’ai été très impressionné.e par leur modèle et leur philosophie, et les artistes d’Eaposting ont réalisé certains des meilleurs morceaux que j’ai entendus.

Parlez-nous du Rainbow Railroad, l’organisation à qui vous verserez les fonds de la compilation. Pourquoi avez-vous choisi celle-ci en particulier?

D : Créée en 2006, Rainbow Railroad est une organisation basée au Canada et aux États-Unis qui aide les personnes LGBTQI+ à trouver un refuge contre la violence, le meurtre ou la persécution perpétrés par l’état. Dans l’esprit du chemin de fer clandestin, Rainbow Railroad utilise les fonds collectés grâce aux dons pour mieux soutenir, fournir des informations accessibles et aider à organiser un transport sûr pour les personnes LGBTQI+ menacées dans le monde entier.

Le Rainbow Railroad a aidé plus de 500 personnes, avec 206 cas résolus seulement en 2017. En pleine croissance et contribuant de façon monumentale aux efforts humanitaires mondiaux, le Rainbow Railroad gère un service totalement transparent, avec des mesures de responsabilité prises pour la mise à disposition de rapports annuels publics et numériques.

Pendant les soulèvements communistes qui ont eu lieu à la fin des années 80 en Roumanie, mes parents ont vécu des pertes et des violences qui ont profondément influencé la façon dont j’ai été élevé en tant qu’immigrant.e de première génération au Canada. En tant que personnes ciblées en raison de leur orientation politique, de leur formation universitaire et de leurs pratiques journalistiques, l’impact de la violence étatique sur la circulation de l’information a toujours été une dynamique intimement liée à l’histoire et aux perspectives de ma famille… Bien qu’il se passe tellement de choses au Canada et que nous ayons pu faire don des recettes à tant de projets locaux à Montréal, je voulais choisir une organisation plus large, car nous avons des contributions d’artistes du monde entier.

Non seulement Rainbow Railroad parle de mon expérience profonde en tant que personne trans nonbinaire queer, mais ils s’efforcent également d’offrir une sécurité aux gens d’une manière qui a eu un impact direct sur ma famille. Il est difficile d’accumuler et de diriger le flux d’argent vers des causes spécifiques à une époque où il semble y avoir tant de situations politiques importantes auxquelles se consacrer aussi—mais comme point de départ du travail que nous faisons non seulement en tant que collectif à Montréal, mais aussi en tant que réseau de ressources numériques plus vaste pour les créateurs et les communautés du monde entier—le Rainbow Railroad me semble être un bon premier pas.

«… l’avenir de Non/Being est fondé sur les espoirs et les objectifs que nous avons d’apprendre à prospérer et à s’épanouir dans un monde qui rend difficile l’idée même d’un avenir.»

Quels sont les espoirs et les rêves pour l’avenir du Non-être ?

D: Ha, c’est une drôle de question—je pense qu’il y a beaucoup de gens à notre époque qui ont beaucoup de mal à imaginer un avenir, ou qui ont du mal à se fixer des rêves—je ne sais pas exactement où je me situe par rapport à tout cela, mais l’avenir de Non-Being est basé sur les espoirs et les objectifs que nous avons d’apprendre à nous épanouir et à prospérer dans un monde qui rend tout cela difficile à imaginer en premier lieu.

Je n’ai jamais été du genre à projetter trop loin en avant—je pense que tant que nous nous consacrerons à des projets et des relations qui sont importants pour nous actuellement, les racines communautaires en elles-mêmes se développeront. Notre plus grand objectif pour Non/Being dans les deux prochaines années est d’établir un QG communautaire durable et un espace de studio. Je connais beaucoup d’humains et de développeurs/euses communautaires vraiment étonnant.e.s, et je veux donner corps à Non/Being de manière à ce que nous puissions redistribuer l’argent du gouvernement en demandant des subventions et en utilisant ces fonds pour payer les membres de notre communauté. Oui, nous voulons sortir de bons mixes et continuer à travailler sur des albums de compilation, mais plus important encore, les espoirs et les rêves de Non/Being sont consacrés à l’enrichissement de la vie et des réalités de nos ami.e.s et de nos communautés par la création de réseaux de soutien monétaire, éducatif et créatif.

Certified Reality sort le 8 mars 2020 sur la page Bandcamp de Non/Being

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.