close

Joignez-vous à Never Apart

close

Six Picks: Regularfantasy

Écrit par

Leticia Trandafir
juin 12th, 2019

Catégories



Liv Carmen alias Regularfantasy est devenue une figure incontournable de la communauté très soudée de musique dance de Vancouver. Regularfantasy se positionne comme une fine créatrice et anthologue de musique dance funky—allant de la house à l’Italo, en passant par le UK garage, le disco, le trance.

Baignant dans l’univers musical depuis l’âge de 16 ans grâce à des projets de reprises comme l’astucieux Cover-Girl, elle a découvert la facette électronique du genre durant la vingtaine. C’est son obsession pour l’échantillonneur MPC2000 XL d’un ami qui l’a amenée à explorer la dance ludique et des échantillons de disco comme moyen de faire l’équilibre entre les côtés sombres de son caractère.

regularfantasy a fait paraître de la musique sur plusieurs labels, dont 1080p, Mood Hut et 100% Silk. Son plus récent album, intitulé Sunsets and Sublets, est accompagné d’un vidéoclip éponyme. « J’aimerais faire plus de musique comme celle que je DJ, mais parfois la vie ne va pas dans ce sens !» Plush Management est l’évolution de Plush Throw, son projet de collaboration avec D. Tiffany, une autre artiste de Colombie-Britannique qui connaît beaucoup de succès.

Vancouver est la ville qui a façonné Regularfantasy en tant qu’artiste, en raison de la riche communauté musicale qu’on y trouve. « La scène underground y est forte parce que les gens y investissent beaucoup de temps et d’énergie. C’est un peu ironique parce que Vancouver n’est pas bien connue pour l’héritage de sa scène dance(même s’il s’y passait quand même pas mal de choses.) » Ayant récemment déménagé à Montréal, Liv espère avoir une base solide dans les deux villes. Elle explique, « J’ai l’impression que Montréal a un public pour la musique qui se situe entre l’électronique et l’auteur-compositeur-interprète et un je ne sais quoi. Et en ce qui concerne le DJing, il y a beaucoup de jeunes qui aiment danser, alors c’est toujours bon pour un DJ! »

regularfantasy se produira le 21 juin dans le cadre de la soirée NVA Solstice à Montreal. Découvrez ses six choix musicaux parmi la collection NVA:

Patrick Alavi — Power (Pete Martin/Piccioni Reconstruct Instrumental)

Label: Azuli Silver
Année: 2005
Origine: UK
Discogs

 

Je prends toujours la peine d’écouter les albums lancés par Azuli. Leur catalogue est énorme et évidemment il y a beaucoup de merde. Comme Azuli est/était un gros label, la majorité des disques ont été bien pressés et sont pas mal quétaines et pop, alors c’est toujours agréable, quand on écoute une pile de mauvais disques, d’écouter un petit Azuli. Quelques-uns de mes disques préférés à jouer sont sur ce label, parce qu’ils déchirent, mais j’ai beaucoup d’albums préférés. Cette chanson est plutôt mauvaise … mais la basse est…irrésistible.

Datura — Devotion (Karma Marga)

Label: Trance Records
Année: 1993
Origine: Italy
Discogs

 

Celle-ci avait une pochette très colorée, avec des dessins pixélisés style déesse, ce que je trouve à la fois très joli et super ringard et symbolise pour moi les années 90 (le début du graphisme et les emprunts sans discernement). C’est italien et j’écoute toujours des productions italiennes. Je pense qu’elle échantillonne une chanson indienne célèbre, mais je ne sais pas laquelle. Datura, c’était des bros italiens, alors ils étaient à fond dans l’appropriation culturelle. Mais c’est un morceau assez percutant, avec une ligne de basse qui emprunte à la new beat et l’Italo.

Remy & Sven — Silent Eruption

Label: Global Cuts
Année: 1992
Origine: Belgium
Discogs

Je n’ai pas pu résister aux couleurs de l’album, et j’ai d’autres disques sur Global Cuts qui n’étaient pas mauvais. Le titre est un peu bizarre (Silent Eruption), mais j’écoute toujours des trucs qui me font d’abord rouler des yeux – pour satisfaire ma curiosité. Je pense que le nom est censé susciter une émotion, mais ça rate un peu la cible. Mon son est peut-être basé sur le fait que j’écoute des choses auxquelles je réagis viscéralement. Cette chanson est plutôt chill et technique, et je vais absolument la jouer.

Transformer 2 Featuring Asli Tanriverdi — Just Can't Get Enough (Perpetual Dub Club Mix)

Label: DFC
Année: 1993
Origine: Italy
Discogs

Avec un nom comme « Just Can’t Get Enough »… ça sonnait un peu disco et je sais que Positiva est plutôt techno trance, alors si je peux écouter une chanson techno vocale qui donne dans ce genre-là, ça a du potentiel. J’ai aussi beaucoup aimé le graphisme simple. La chanson est OK.

Cirez-D — Diamond Girl

Label: Escape Records
Année: 2004
Origine: France
Discogs

J’adore la filter house («house filtrée» est ma blague préférée en ce moment). Ce genre a été rendu célèbre par des Français, donc quand je vois des noms français, je suis toujours curieuse de savoir si ça va être de la filter house. Et c’était un peu le cas! Cirez-D est Eric Prydz. J’aime la chanson Precious Little Diamond et cette chanson-ci y fait référence avec son titre, mais en utilise aussi un extrait. Cette chanson m’a vraiment rendu heureuse, elle traverse les genres. Je ne joue pas vraiment de filter house française pure et dure; j’aime bien les imitations ou les remixes qui s’en inspirent. J’aime les mixes d’inspiration disco et ce que j’appelle du faux Daft-Punk, mais beaucoup de ces albums bizarres ne sont même pas français. De toute façon, cette chanson bouge à fond. Je vais la jouer bientôt.

Orbital — Semi Detached

Label: Internal
Année: 1994
Origine: UK
Discogs

Orbital est un groupe classique, je savais que ça serait fou. Ça vaut la peine d’être écouté.

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.