close

Joignez-vous à Never Apart

close

Vernissage Hiver 2019

Location

Never Apart
7049 Rue St–Urbain
Montreal, QC H2S 3S4

Billets / RSVP

Gratuit
RSVP sur Facebook

Catégories d’événements


Rejoignez Never Apart pour le vernissage de cinq nouvelles expositions et le lancement de la programmation d’hiver 2019!

Les expositions d’hiver se tiendront du jeudi 17 janvier au samedi 6 avril.

Avec DJ Empress Cissy Low
Entrée gratuite.
Bar sur place, argent comptant seulement.

_________________________

➤ Michael Chambers Photography
Shadows to Silver/Nuance

«En tant qu’artiste, je me sers de ma caméra comme d’un outil pour revisiter les gens et mon environnement avec un regard nouveau. L’objectif est de célébrer les différents aspects de la condition humaine tout remettant en cause ses classifications. Sincèrement motivé par la capacité de l’appareil à saisir un moment précis dans le temps, j’ai entrepris d’illustrer des histoires à travers le cadre d’une image unique. Au fil de cet exercice, je suis devenu fasciné par la documentation de ces moments de fixité, par la distorsion des formes et par la réflexion de la lumière qui tend à créer des visions de solitude. Je constate que ma quête d’harmonie et l’impact du cours itératif de l’existence ont influencé la trajectoire de mon expression créative.

Je suis ici et nous sommes le présent tandis que l’histoire marche à nos côtés et que le futur se dresse devant nous.

Je souhaite capturer l’image de rêves qui bouleversent des instant de distractions quotidiennes. Altérer, refaçonner et danser à même le reflet de la lumière qui fait écho au son du silence, voilà mon objectif. La caméra..

J’ai choisi de photographier des sujets soit en noir et blanc, soit avec le kaléidoscope de personnages qu’est la couleur, sur un arrière-plan austère ou sur un ciel mouvementé. Ce saisissement de nos formes vulnérables face à un environnement hostile se veut une célébration de la survie humaine. La lumière et les ombres sont des éléments clés de ma pratique qui fonctionnent à la manière d’un dialogue d’où surgit des conflits et peut-être même des paradoxes.

Alors que je remets en cause la notion de narrativité en la réduisant en un simple cadrage, j’invite le spectateur dans mon voyage d’émotions; à travers l’évolution de l’obscurité de nos peurs et désirs qui transhument vers cette lumière qui reflète nos interprétations.»

➤ Kamissa Ma Koita
TransFormation
Massimadi Montréal · Festival des films et des arts LGBTQ afro

« Dans une perspective queer et décoloniale, j’interroge les vecteurs de domination sociale et les différentes formes de contrôle dans les sociétés modernes. Je me penche plus particulièrement sur la condition des groupes subalternes. Ma pratique expérimentale et indisciplinaire s’alimente de mon contexte sociopolitique, des féminismes, des mouvements altermondialistes et des cultures populaires. Mon approche intersubjective m’amène à travailler en collaboration et/ou en collectif et à réfléchir le corps social comme matériau.

La série TransFormation aborde la légitimité du genre décolonisé et son autodétermination. Le collage se veut ici une tactique de préservation de soi et de lutte. Découper. Segmenter. Déconstruire pour réassembler. L’aspect subversif des représentations de ces collages est sublimée par l’agentivité du genre comme outil de transformation social. Cela devient une manière de se créer un monde à nous, un espace temps où nous sommes des êtres à part entière et non des abominations.»

➤ Tobi Aremu
Negotiation
Massimadi Montréal · Festival des films et des arts LGBTQ afro

Réalisateur / Dir: Tobi Aremu
Interprètes/ Performers: Quenton Stuckey & Keith Alexander
Durée / running time: 6:33 min
Année / year: 2017
Pays / country: USA

Un court métrage artistique qui présente une exploration poétique de la masculinité au sein des hommes noirs à travers la danse contemporaine.

Dans le cadre de la 11e édition de Massimadi: festival des films et des arts LGBTQ+ afro, ce film sera présenté dans la salle de projection toute la durée de l’exposition d’hiver.

➤ Rojin Shafiei
I wait for the time / J’attends le temps

Rojin Shafiei est une artiste iranienne qui réside et travaille à Montréal. Dans ses vidéos, l’art est un véhicule de traduction des messages culturels et sert à présenter diverses subjectivités féminines. Elle aborde ces thèmes à la fois par une approche documentaire et par des symboles. Elle est principalement inspirée par l’observation des routines, celles des individus et des villes. Rojin a complété un baccalauréat en beaux-arts spécialisé en intermédias de l’Université Concordia en 2017 et a présenté ses œuvres aux Rendez-vous du cinéma québécois (Montréal), au Mzansi Women’s Film Festival (Johannesburg), au Limited Access Video Festival (Téhéran) et au Josiah Media Festival (San Antonio). En juillet 2018, elle a gagné le grand prix de la division Artup du Startupfest.

➤ Rihab Essayh
Délusions botaniques

Le projet Délusions Botaniques de Rihab Essayh présente une figure virtuelle qui tente d’attirer le spectateur dans son environnement stérile, ambigu et artificiel. Ce projet adresse le sujet des utopies non-viables, où la nature et la technologie semblent être en symbiose pour cultiver une idéologie des habitations futuristes, telle que l’expérimentation Biosphere 2 dans les années 1990 en Arizona.

Ce projet comporte les œuvres suivantes; Jardin automate, Jane et Bionautes, présentant un environnement botanique fait à partir de divers objets en Mylar et de projections qui mettent en scène un personnage féminin et ses pairs.

L’installation Jardin automate est calquée sur la structure de plantes que l’on trouve dans un jardin botanique, mais son aspect transparent et artificiel est inspiré du monde numérique. Les spectateurs sont plongés dans un environnement technologique où ils découvrent la nature dans un contexte de technologies futures et d’intelligence artificielle. Pour cet environnement, Essayh s’est inspirée de son questionnement sur la façon dont les plantes sont reproduites par l’animation numérique – un enchevêtrement d’images bidimensionnelles, en quelque sorte – et recourt de façon stratégique à des matériaux artificiels, comme le Mylar, l’acétate, le coroplaste et l’acrylique.

Jane est un tableau vivant accueillant le spectateur dans son sanctuaire botanique. Cette projection à la grandeur d’un mur présente une muse artificielle similaire mettant en scène un porte-parole en tant qu’une figure emblématique. La figure lorgne le spectateur avec son regard à la fois transperçant, mais serein. Le rendu de la muse linéaire fait un rappel à son environnement synthétique. En complément, Bionautes sont des figures ressemblant à des nymphes flânant dans l’espace de la galerie.

➤ House of Venus
Wiggle Rétrospective 25e anniversaire

La House of Venus est un collectif artistique multidisciplinaire canadien qui a été fondé à la fin de 1992. La mission du collectif est la création d’énergie positive par l’art et la culture. Durant les premières années de la House, les « Venus Kids » organisent des soirées thématiques, des défilés de mode et des spectacles dans la région de Windsor-Détroit avant d’ensuite partir pour Vancouver en 1995. Une fois sur la côte ouest, les Venus Kids approfondissent leur mission en explorant de nouvelles avenues de performances et d’activités médiatiques, incluant la création d’une maison de drag officielle et la production de plusieurs films et vidéos. Après vingt-ans passés à rehausser la culture queer underground canadienne, la House of Venus célèbre les moments marquants de son histoire avec une exposition d’artéfacts qui témoignent d’un quart de siècle d’efforts pour changer le monde.

Le festival Wiggle

Créé en 1994 par la House of Venus et le Conseil des arts de Windsor, Wiggle est à ses débuts un défilé de mode annuel et un spectacle artistique pour lequel divers artistes et designers créent de l’art portable. Le collectif est grandement inspiré par plusieurs designers comme Thierry Mugler et Jean Paul Gaultier, la Factory d’Andy Warhol et les scènes drag, vogue et club new-yorkaises. Suite à l’arrivée de la House of Venus à Vancouver, Wiggle devient un événement annuel de levée de fonds et une soirée légendaire de la côte ouest pendant presque deux décennies. Après vingt ans, Wiggle débute un nouveau chapitre au Centre Never Apart de Montréal et, en 2019, célébrera son 25e anniversaire au Musée des beaux-arts.

_________________________

Nous reconnaissons que la terre sur laquelle nous nous réunissions pour cet évènement est située en territoire autochtone, lequel n’a jamais été cédé. Nous reconnaissons la nation Kanien’kehá: ka comme gardienne des terres et des eaux sur lesquelles nous nous réunissons aujourd’hui. Tiohtiá: ke / Montréal est historiquement connu comme un lieu de rassemblement pour de nombreuses Premières Nations, et aujourd’hui, une population autochtone diversifiée, ainsi que d’autres peuples, y résident. C’est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l’avenir que nous reconnaissons les relations continues entre les Peuples Autochtones et autres personnes de la communauté montréalaise.

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.