close

Join Never Apart

close

20 Questions with David Suzuki

Written by

Emma Dora Silverstone-Segal
September 15th, 2016

For almost all Canadians, David Suzuki is a household name synonymous with the environment and conservation. Suzuki has been a pioneer, a leader and an activist for the environment his whole life.

My first encounter with Suzuki was about 20 years ago; he came to my all girls’ school to give a talk on conservation. One point from his presentation that always stuck with me was that his household only produced one small garbage bag of waste every month. I was in shock, unable to understand how a whole family could produce so little waste. The same amount that I produce in my kitchen almost everyday! Since than I have always been more aware of the daily waste I produce and how I am constantly trying to downsize it. I don’t know if I’ll ever get there, but only time will tell.

David Suzuki has dedicated his life to making everyone more aware of the carbon footprint they leave behind and the critical state that our earth is in. Talking about these hard topics with dire consequences is hard for people to relate to. The only thing we can do is keep trying. The following 20 questions were curated to show a different side of Suzuki and his very public persona.

What is your idea of perfect happiness?

Being with my grandchildren and my children. One of the happiest trips I’ve ever made in my life was with my two daughters and their husbands and their children, and we went to Moorea, which is next to Tahiti for 3 weeks. There was no disagreement or squabbling, everybody got along, and we were in the ocean every day. That to me was absolute joy.

What is your biggest regret?

I often think, I have had a number of offers, positions in government, of political opportunities, and I always turned them down. Now I look back and I think ‘gee, maybe 20 years ago I could of actually had an impact’. Well, it is a regret I have had, I didn’t take politics more seriously.

Well now with Trudeau in power, I have been reading your latest articles, and you seem to have a lot of faith in him, maybe you could still get involved?

Well, he called me right after he was elected and said “we’re friends right?”

That’s intense [laugh].

Well because I had a little tiff with him earlier because I said he was all over the map. He didn’t really have a strong sense of where he was going on the environment. He’s been fantastic, and now, you know, the hard decisions are going to have to be made. But, he’s made a number of good appointments and I’m very optimistic, especially compared to the last 10 years, with Harper, I mean those were very dark dark days.

However, you have been a bit critical of Trudeau not being tough enough.

He has done a lot of the right things, and he has to tip toe through a mine field of provincial politics. But, the reality is, he made a promise at Paris in December, and a commitment to 1.5 degree rise, and that means we’ve got to get off fossil fuels very very fast. And so, it doesn’t make sense that we are still arguing about pipelines, when there shouldn’t be pipelines at all! You know pipelines, railway expansion, coal ports, all of that should be off the table now. We’ve got to get working on renewable energy and if you build a pipeline for billions and billions of dollars, it means you’ve got to use those pipelines for years later. We’ve got to get off oil. Period. And so, there shouldn’t be any discussion of this kind.

Exactly. Its so frustrating that big business is still trying to push their own agendas for oil through pipelines and tar sands, when in reality they should be pushing to switch over to new forms of energy instead of exhausting already depleted resources.

I keep telling the fossil fuel companies, look, you’re energy companies, not oil companies, you’re energy companies, and surely you can embrace the energy of the 21st century, which has got to be renewable energy. Wind, solar, geothermal; these are the opportunities. Stop acting as if you’re just oil companies and that’s all you produce. You’re producing energy. Period.

What is your greatest accomplishment?

My children. Without a doubt. I am very very proud of my children, they are all good citizens, well educated, and I believe that they are the future and they care about the country and their community, and I am very proud of them.

Who or what inspires you?

Again, it’s my grandchildren. I look at them and there is so much innocence. They never asked to be born but having been born they give such great joy. And when I look at them and see the world that they are going to grow up in, because my generation, and the boomers that followed my generation, we partied as if there was no tomorrow, we though ‘oh wow this is all great, you know, grow, grow grow’ and we used up what are grandchildren had a right to enjoy. Clean air, clean water, forests and oceans filled with fish. All that is gone now. And that inspires me in the sense that I have huge obligation to do everything I can to improve the prospects for their future. So they are the source of my drive and my inspiration.

What fictional hero do you most admire?

Don Quixote. He tilted at windmills and everybody laughed at him, but he was a man who just kept on trying. He thought he was battling monsters and thought he was doing good, and I feel like Don Quixote, so I look to him I guess.

So, where’s your horse?

[Laughs].

Wondering if you get around Vancouver by horse and carriage? You wouldn’t have to burn any fossil fuels!

[Laughs]. Yeah, that’s what I could use!

What characteristics do you most value in a person?

Commitment. I admire people who are committed to something and devote their lives to that.

What is your state of mind at this very moment?

It vacillates. It flips between great despair and hope. I fluctuate because despair doesn’t get you anywhere, its very debilitating, but when I look at what politicians and business leaders could do and there unwillingness to do it, I feel despair. You know I look back in 1988 and all parties standing committee in parliament on the environment and economy, said global warming represents the greatest threat to human survival, second only to nuclear war, and said that we have to do something. That was in 1988. Think what we could of accomplished if we had taken that seriously and acted on it. The oil companies began to spend millions of dollars saying ‘no, no this is baloney, this is junk science, this is a natural warming phase’. Even though we know now, that they have known for over 20 years, their own scientist told them that burning fossil fuels was causing global warming. So the oil industry has done exactly what the tobacco industry did for decades: deny, deny, deny. Smoking doesn’t cause cancer, even though they knew it did. That gives me despair. But what gives me hope is when I see all of the groups around the world that are working like mad, grassroots groups, trying to move towards a sustainable future, and that’s my hope. That a lot of people are working and it will add up I’m sure.

What’s really interesting about your point regarding the government recognizing this issue in 1988, is that the world didn’t even try to slow down since that warning, but has only sped up since then, exacerbating the problem.

And that’s the tragedy. We haven’t brought our emissions down, even though that was what Kyoto was supposed to be in 1997. Kyoto was supposed to agree that the rich countries would bring their emissions down by 2012, and we haven’t done it.

Very sad considering we are 2016 and those goals have not been met in the slightest.

Exactly. But you know there are shining examples of what can be done, in Sweden, Denmark, Germany, Bhutan, there are countries that have really made great strides, it’s just that the rest of the world needs to follow their example.

Everyone knows you as an environmentalist. What’s your favorite thing to do that’s unrelated to conservation?

Oh well! Until very recently I loved down hill skiing, but maybe I guess I like hiking, and camping and fishing. I’m not a sports fisherman, but I fish to eat. I enjoy being out, I enjoy the act of catching the fish, but I don’t catch and release, I catch to eat, and if I’m not going to eat, then I don’t fish.

If you could live anywhere, where would that be?

I’ve lived in the same house for 40 years, so you can imagine I must love that place. I’ve really made it my home and I’m on the water in Vancouver and I love that place. I also have a cabin, we’ve had for over 20 years now, on an island in the Pacific that I had hoped to live in when I retired…. but it’s too late to move, I think. But I love Vancouver, I love this area, so why would I move anywhere else.

Who is your favorite artist?

My favorite would have had to be my sister, who was an impoverished artist all her life, but who really introduced me to art and said ‘stop being so uptight, if you like it, than that’s all art is, what you like. Stop trying to interpret everything, it’s just there. The artist does his thing and its up to you to decide what you get out of that art’. She was a very committed artist who struggled to survive all her life, but she remained true to her life’s choice.

In your opinion, what is the single biggest threat to the Canadian environment and why?

I keep being asked this. Is it global warming, is it deforestation, is it ocean acidification, and I say you know all these issues are important and I don’t know which one is going to do us in, but underlying all of our problems is the human mind. It is what we see and believe about the world around us. So, for example, I went to a Peruvian village where the people live on the side of the Andes mountain, and the kids are taught this mountain is an Apu. Apu means god, and as long as that Apu casted it shadow on our village, it will determine our destiny. Now you think of how a kid growing up in that village will treat that mountain compared to a kid in Revelstoke, British Colombia in the Rockies, who’s taught all his life, ‘I’ll bet those mountains are filled with gold and silver’. The way we look at the world is what shapes the way we behave towards it. So is a forest a sacred grove, or is it just a chance for timber and pulp? Is a river the circulatory system of the land or is it just an opportunity for irrigation and energy? Is the soil a community of living organisms or dirt? Is another species, our biological relative, related to us, or is it a resource? Is our house our home or is it just real estate? We now look at the world in a way that makes us very very destructive, and this is why I’ve spent so much time working with First Nations, throughout the world indigenous people will talk about there surroundings as their home, they live because of Mother Earth, and they live because of the generosity of Mother Earth, giving us clean air, clean water, clean food and soil and clean energy. This is the way we have to look at the world, otherwise we are driven by an economic agenda, which is ‘we got to grow, got to have more, got to keep using up all the things that we see’, and that’s what’s destroying the planet. So the challenge is the human mind, and our belief and value system, and that’s very hard to change.

This is what gets me, what we were talking about before, about hope and despair, how do we tackle changing the minds of all these people, all these consumers, when ads are popping up everywhere and subliminal messaging to buy more is only growing, everything is still growing. And it just surprises me when I hear of studies being conducted in Japan, these scientist are actually quantifying the positive effects that nature has not only on diseases such as stress, anxiety, ADD and depression, but on a person’s overall mental happiness. Actual numbers and results people can relate to proving that if a person spends a significant amount of time in nature that they will be happier and healthier. We don’t take a second to stop and think that it’s not only there to give us food and water and oil but if we take a moment to appreciate it, we can actually positively benefit from it, beyond just our basic needs, it can make us better people.

Exactly. We don’t understand. We need nature for our physical and our mental well being. There are books and books now that quantify exactly what that actual impact is. I’ll tell you Emma, the thing that really bothers me is that most kids in Canada and the United States now live in big cities. And the average Canadian kid spends less than 8 minuets a day outside and more than 6 hours a day in front of a screen. A TV, computer, or iPhone screen. So we are getting less and less connected to nature.

I one hundred percent agree with you, I was born in 1986, so I was on the cusp of the technology boom. I was lucky enough to have a childhood devoid of screens, it was introduced to me as a teen and has become a constant part of my life since, but I find it hard to relate to let’s say a 19 year old, who has never been without a screen in front of their face.

[Laughs]. Well you know our national parks have got a real crisis right now because people aren’t going into our national parks anymore because they want to have Wi-Fi where everywhere they go.

If we are so dependent on our planet why are we so reluctant to save it?

We’ve lost contact with the real world. As I say most of us now, including in the developing world, live in big cities. And in a big city you think that your most important priority is your job. Because you work at a job to get the money to buy the things that you want, and so, we come to elevate the economy above the very things that keep us alive. So when Harper was Prime Minister he kept saying ‘we can’t afford to do anything about climate change because it will destroy the economy’. So, he elevated the economy above the very things that keep us alive. And I think that’s the major problem, again it comes down to our belief and value system, we just can’t see that we are still dependent on nature for our well being.

What is one thing a Canadian could change in their daily lives that would have the most positive impact on our environment?

Well there are a number of things that we can do, but a suggestion years ago, by a women who wrote to me and said ‘why don’t we do what they do in Switzerland, which is, just ask people everyday in your life, pick up one piece of garbage, as your going about your day. One piece! If we have 35 million Canadians, every day, picking up one piece of garbage a day, that’s a big impact. And I think that’s a great thing, its easy, its simple, and a lot of us end up doing it more than once, and the other thing is get the hell out of the car. If you can take a bus, if you can walk or bike or rollerblade, get the hell out of the car, because our bodies evolved to move, our bodies evolved to be active, why on earth do we do everything against what our bodies need? We have all these labor saving devices but it doesn’t make us healthy, so I say get out and move.

What’s your most prized possession?

I often wonder about that, if we had a fire and our house was burning down, what would I run after to save. And I’ll tell you, quite frankly, it’s the albums we have of our family’s experiences. It’s memories are by far the most valuable thing, there my life, is in my brain, it’s memories.

What’s the craziest thing that ever happened to you at a party?

[Laughs]. Gosh I never think about things like… the craziest thing was when I told my wife, I think she was going to be 50 than or maybe 60, I was taking her out for dinner, but we had arranged a surprise party, and the surprise party was at my mom and dad’s place, so we walked in the door, and I said ‘we have to drop in and see mom and dad to pick up a key’, and suddenly all these people jumped out. Tara could not put it all together, she was looking forward to having dinner with me, and she kept going ‘What are all these people doing? Whaaa? Why are they yelling?’ and it took her minuets before her brain could put together the surprise and somehow fit it into the fact that I had fooled her into thinking we were going out for dinner. That was really funny.

What is your greatest fear?

Well I guess, I don’t know, I guess it’s feeling a tremendous amount of, no. No I guess I would say losing my mind. Dementia. Both my mother and her siblings all died of dementia. And so, my mother died at 74 so I long passed her in age, and my father had his faculties right up to the time he died, but, because your brain, to me, my brain is everything and when my brain goes I’m dead.

Who, what or where makes you feel the most spiritual and why?

Well I guess it’s when I go to my cabin, and as I say it’s on an island and we have 10 acres right on the ocean, and when I go out to the point, there is a point out in the water, and realize, I look down and there is a lokiway, don’t ask me how to spell it, I spell it l-o-k-i-w-a-y, lokiway is what’s called a clam garden, over hundreds of years First Nations that lived around there would put stones out in the water and over time the tides would wash shells and sand and stuff and they built literally, they built places that are ideal for growing clams. And it was only in the last 20 years that we’ve recognized that these were created by human beings. We always thought of these First Nations of not having much culture because they didn’t have agriculture, the fact is they were farming the oceans, we now know that that they were growing deliberate plants that they ate in the oceans, they were growing clams and they were nurturing salmon populations. They were farmers in a very profound way. When I look out and realize that generations and generations of First Nations that occupied this area, and on what I call my property, created these gardens that we now harvest clams in, that gives me shivers up my back because I realize, you know, how rooted in place these people were, and the long term planning they did and actions for their future generations, that fills me with humility and admiration… I’m an atheist so…

What’s the last book you read?

I’m almost finished now, it’s a book called ‘Braiding Sweetgrass’ and it’s by a women named Robin Kimmerrer, she is a Potawatomi First Nations in the United States but grew up as a white person, got her PhD in botany, and then she went to a talk by a traditional First Nations women, who had no education but talking about the relationship with plants, and it blew this woman’s mind because she realized here was a radically different way of looking at plants, for what she had been trained as a botanist. And so, she had gone back and learned the traditional language, she’s learned all these traditional ways of dealing with plants, and ‘Braiding Sweetgrass’ is about an indigenous way of looking at our relationship with plants. It’s really mind boggling.

What’s one thing about you people would be surprised to know?

Well probably that I don’t watch much television. I grew up before there was any television, when I went away to college in the United States in 1954, no body in my family in London, Ontario owned a television set; because there was no TV station in London in 1954. So I had never watched television all through college, all through graduate school. I bought my first TV set in 1962 when I got a job at the University of Alberta in Edmonton. People are always shocked by that.

It has been such an honor speaking with you today, so my last question to you is, if you wanted to get one message across to our readers, what would it be?

I think it is to be much more thoughtful about the way we are living and I have to say, since your parents are in the clothing business, one of the things that makes me absolutely crazy is seeing people walking around in blue jeans that they paid 150 or 200 dollars that’s got all kinds of rips in them, and I think ‘what the hell kind of animal is this’. So when I say be more thoughtful, I don’t mean that in a simple way, I mean, for example, when you go buy an article of clothing, and say ‘I’d like a cotton shirt’, do people ever ask ‘is it organic’? Cotton is the most chemically intensive crop we grow and than a question would be ‘where was it grown’? You know the biggest cotton growing area is in Eurasia between Russia and China and the area is an ecological disaster because so much chemicals has been used, but we never think of that. It ‘s just ‘I want to buy a tee shirt’ and if we buy a car or a TV set or a computer do we ask, you know mining is a very destructive activity where were all the metals in this, where did they come from. What was the impact of mining on the people? We have really got to be much thoughtful of the way that we are living; we are living in a way that is so disconnected from the world that gives us all these products. So that would be my last piece of advice.

Photos courtesy of David Suzuki Foundation

Pour la grande majorité de Canadiens, le nom de David Suzuki est étroitement lié à l’environnement et la protection de la nature. Suzuki est un pionnier, un leader et un activiste pour l’environnement et l’a été toute sa vie.

Ma première rencontre avec Suzuki date d’il y a environ 20 ans, alors qu’il était venu à mon école de filles pour faire un discours sur la conservation.  Le point de sa présentation qui m’est toujours resté était que son ménage ne produisait qu’un petit sac de poubelle par mois.  J’étais sous le choc; comment une famille entière pouvait-elle produire si peu de déchets?  La même quantité que je produis dans ma cuisine presque tous les jours!  Depuis, j’ai toujours été plus consciente des déchets quotidiens que je produis et j’essaie constamment d’en réduire la quantité. Je ne sais pas si j’y arriverais un jour; seul l’avenir nous le dira.

David Suzuki a consacré sa vie à sensibiliser les gens vis-à-vis l’empreinte carbone qu’ils laissent derrière eux et l’état critique dans lequel notre planète se trouve. Il est difficile pour les gens de se sentir concernés face à ces sujets difficiles et leurs conséquences désastreuses. La chose que l’on puisse faire est de continuer d’essayer. Les vingt questions suivantes ont été choisies de manière à montrer une facette différente de David Suzuki et de son image publique.

Quelle est votre idée du parfait bonheur?

Être avec mes petits-enfants et mes enfants. Un des voyages les plus heureux de ma vie est lorsque mes deux filles, leurs maris, leurs enfants et moi sommes allés à Moorea, près de Tahiti, pour trois semaines. Il n’y a eu aucun désaccord ni aucune chamaillerie, tout le monde s’est bien entendu et nous étions dans l’océan tous les jours. Pour moi, c’était le bonheur absolu.

Quel est votre plus grand regret?

Je pense souvent, j’ai eu un nombre d’offres, de postes au gouvernement, d’opportunités politiques, et j’ai toujours refusé. Maintenant, j’y repense et me dit « Ça alors, j’aurais peut-être pu avoir un impact il y a 20 ans ». C’est un regret que j’ai, je n’ai pris la politique assez au sérieux.

J’ai lu vos derniers articles depuis que Trudeau est au pouvoir et vous semblez lui accordez beaucoup de confiance. Vous pourriez peut-être encore vous impliquer?

Et bien, il m’a appelé tout de suite après avoir été élu et m’a demandé « On est amis, oui?

Plutôt intense [rires].

C’est parce que j’avais eu une petite prise de bec avec lui il y a un moment, j’ai dit qu’il semblait ne pas savoir sur quel pied danser. Il n’avait pas vraiment de direction nette par rapport à la question environnementale. Il a été formidable et maintenant, vous voyez, des décisions difficiles devront être prises.  Mais il a fait plusieurs bonnes nominations et je suis très optimiste, surtout si on compare aux dix dernières années, avec Harper. Franchement, c’était une période très sombre.

Vous avez toutefois critiqué Trudeau de ne pas être assez dur.

Il a fait juste sur de nombreux points et il doit jongler entre les politiques provinciales. Mais la réalité est telle qu’en décembre à Paris, et un engagement face à une hausse de 1,5 degré signifie qu’il faut se délester des combustibles fossiles très très rapidement. Ça n’a donc pas de sens de débattre encore des pipelines, alors qu’il ne devrait pas y avoir de pipeline du tout! Il ne devrait plus être question de pipelines, de prolongement de voie ferrée ou de ports à charbon. Nous devrions travailler sur les énergies renouvelables, mais si vous dépensez des millards de dollars pour un pipeline, vous devrez vous en servir des années durant. Nous devons cessez d’utiliser du pétrole, point. Le débat devrait être clos.

Exactement. C’est très frustrant que les grandes entreprises tentent encore de promouvoir leurs programmes de pétrole avec les pipelines et les sables bitumineux, alors qu’en réalité, ils devraient s’efforcer à passer à de nouvelles formes d’énergie plutôt que d’épuiser des ressources déjà appauvries.

Je n’arrête pas de dire aux entreprises de combustibles fossiles «Bon, vous êtes des entreprises d’énergie, pas des entreprises de pétrole, vous êtes des entreprises d’énergie et vous pouvez sûrement adopter l’énergie du 21e siècle, qui se doit d’être une énergie renouvelable. Éolienne, solaire, géothermique, telles sont les possibilités. Arrêtez d’agir comme si vous n’étiez que des entreprises de pétrole et que le pétrole est la seule chose que vous produisez. Vous produisez de l’énergie, point.

Quelle est votre plus grande réussite?

Mes enfants. Sans le moindre doute. Je suis très fier de mes enfants, ils sont tous de bons citoyens, ils sont bien éduqués et je crois qu’ils sont le futur, qu’ils se préoccupent de leur pays et de leur communauté. Je suis très fier d’eux.

Qui ou qu’est-ce qui vous inspire?

Encore une fois, mes petits-amis. Je les regarde et ils débordent d’innocence. Ils n’ont pas demandé à naître, mais étant nés ils apportent tant de joie. Lorsque je les regarde et que je vois le monde dans lequel ils vont grandir, à cause de ma génération et les boomers qui ont suivi, nous avons fait la fête comme s’il n’y avait pas de lendemain, on se disait « oui super, expansion expansion expansion » et on a épuisé ce qui revenait de droit à nos petits-enfants. De l’air pur, de l’eau potable, des forêts et des océans débordant de poissons. Tout cela est maintenant disparu. Ça m’inspire dans la mesure où j’ai une énorme obligation de faire tout ce qui m’est possible pour améliorer leurs perspectives d’avenir. Ils sont donc ma source de motivation et d’inspiration.

Quel héros imaginaire admirez-vous le plus?

Don Quichotte. Il se battait contre des moulins à vent et tout le monde se moquait de lui, mais c’était un homme qui continuait d’essayer. Il croyait se battre contre des monstres et pensait qu’il faisait le bien, et je me sens comme Don Quichotte, alors je suppose que je l’admire.

Alors, il est où votre cheval?

[Rires].
Je me demande si vous vous déplacez à Vancouver en calèche? Vous n’auriez pas à  brûler de combustibles fossiles!

[Rires]. Oui, je pourrais bien faire ça!

Quelles qualités appréciez-vous le plus chez les autres?

L’engagement. J’admire les gens qui s’engagent à faire quelque chose et y consacrent leur vie.

Quel est votre état d’esprit à ce moment précis?

Ça oscille. Ça passe du grand désespoir à l’espoir. Je suis d’humeur changeante parce que le désespoir n’accomplit rien, c’est très débilitant, mais lorsque je remarque ce que les politiciens pourraient faire et vois plutôt une réticence à agir, je ressens du désespoir.  Je repense à 1988, quand tous les comités permanents pour l’environnement et de l’économie au Parlement ont dit que le réchauffement planétaire représentait la plus grande menace à la survie de la race humaine, outre une guerre nucléaire, et ont déclaré que nous devions agir. C’était en 1988. Pensez à ce que nous aurions pu accomplir si nous avions pris la chose au sérieux et avions posé des gestes. Les compagnies de pétrole se sont mises à dépenser des millions de dollars en disant que ce n’était que de la foutaise, de la pseudo-science, qu’une période naturelle de réchauffement. Même si nous le savons maintenant, eux le savaient depuis plus de 20 ans, leurs propres chercheurs leur avaient dit que brûler des combustibles fossiles causait le réchauffement de la planète. L’industrie du pétrole a donc fait exactement ce que l’industrie du tabac a fait durant des années: nier, nier nier. Fumer ne cause pas le cancer – même s’ils savaient la vérité. Ça me désespère. Mais ce qui me redonne espoir est de voir tous ces groupes, à travers le monde, qui s’efforcent ardemment de se diriger vers un avenir durable; c’est bien ce que j’espère. Que beaucoup de gens y travaillent, je suis certain que ça va rapporter.

Ce qui est très intéressant de votre point face au gouvernement prenant conscience du problème en 1988 est que le monde n’a non seulement même pas essayer de ralentir depuis cet avertissement, mais a plutôt accéléré les choses pour, au final, exacerber le problème. 

Voilà le drame. Nous n’avons pas réduit nos émissions, même si c’était ce que devait faire Kyoto en 1997. Kyoto devait s’entendre sur le fait que les pays riches réduiraient leurs émissions d’ici 2012; nous ne l’avons pas fait.

Très triste qu’on on se dit que nous sommes en 2016 et que ces objectifs n’ont pas du tout été atteints.

Exactement. Mais vous savez, il y a de superbes exemples de ce qui peut être accompli, avec la Suisse, le Danemark, l’Allemagne, le Bhoutan. Il y a des pays qui ont fait de réels avancées et c’est au reste du monde à suivre leur exemple.

On vous connait tous en tant qu’environnementaliste, quelle est la chose que vous aimez le plus faire, sans lien avec la protection de l’environnement?

Et bien! Jusqu’à tout récemment, j’adorais le ski alpin, mais je suppose que j’aime les randonnées, le camping et la pêche. Je ne suis pas un pêcheur sportif, mais je pêche pour manger. J’aime être dehors, j’aime attraper le poisson, mais je ne fais pas de pêche avec remise à l’eau; j’attrape pour manger et si ce n’est pas pour manger, je ne pêche pas.

Si vous pouviez vivre n’importe où, où cela serait-il?

Je vis dans la même maison depuis 40 ans, alors vous pouvez imaginez que j’adore cet endroit. J’en ai vraiment fait mon chez-moi et je suis tout près de l’eau à Vancouver et j’adore cette maison. J’ai aussi un chalet, qu’on a maintenant depuis plus de 20 ans, sur une île du Pacifique où j’espérais vivre après ma retraite… mais je crois qu’il est trop tard pour déménager. Mais j’adore Vancouver, j’adore ce coin, alors pourquoi est-ce que j’irais ailleurs.

Quel est votre artiste préféré? 

Mon artiste préféré se doit d’être ma soeur, qui a été une artiste sans le sou toute sa vie, mais qui m’a vraiment fait découvrir l’art. Elle m’a dit « Arrête d’être si coincé, si tu aimes ça, et bien c’est tout ce qu’est l’art, précisément ce qu’on aime. Arrête d’essayer de tout interpréter, c’est simplement accroché là, l’artiste fait son truc et c’est à toi de décider ce que tu retires de cet art.» Elle était une artiste très engagée qui a lutté pour survivre toute sa vie, mais elle est restée fidèle à son choix.

Selon vous, quelle est la plus grande menace pour l’environnement canadien et pourquoi?

On me demande toujours cette question. C’est le réchauffement planétaire, le déboisement, l’acidification des océans, et je répond que vous savez que tous ces facteurs sont importants et que je ne sais pas lequel portera le coup fatal, mais la cause sous-jacente de tous nos problèmes est l’esprit humain. C’est ce que nous voyons and croyons du monde qui nous entoure. Par exemple, je suis allée dans un village péruvien où les gens vivent sur le flanc de la cordillère des Andes. On apprend aux enfants que cette montagne est un « Apu”, Apu voulant dire dieu, et qu’aussi longtemps que le village sera à l’ombre d’Apu, il décidera de leur destin. Vous pensez ensuite à la manière dont un enfant de ce village traitera cette montagne comparé à un enfant de Revelstoke en Colombie-Britannique dans les Rocheuses, qui s’est dit toute sa vie « Je parie que ces montagnes sont pleines d’argent et d’or. » La manière dont nous regardons le monde modèle la manière dont nous nous comportons face à ce dernier. Une forêt est-elle un bosquet sacré ou simplement une occasion pour du bois d’oeuvre et de la pâte à papier? Une rivière est-elle le système circulatoire de la terre ou simplement une source d’irrigation et d’énergie? Le sol est-il une communauté d‘organismes vivants ou de la poussière? Une autre espèce est-elle notre parent biologique ou est-ce une ressource? Notre maison est-elle notre chez-soi ou juste une valeur immobilière? Des nos jours, nous regardons le monde d’une façon qui nous rend extrêmement destructeurs et c’est pour cela que j’ai passé autant de temps à collaborer avec les Premières nations: des peuples indigènes de partout à travers le monde parlent de leur environnement comme de leur chez-soi, ils vivent grâce à la Terre Mère et sa générosité, qui donnent de l’air pur, de l’eau potable, des bons aliments, des terres fertiles et de l’énergie propre.  C’est de cette manière que nous devons regardez le monde, sinon quoi nous sommes motivés par un programme économique qui nous dicte de prendre de l’expansion, d’obtenir plus, d’utiliser toutes les choses qu’on voit, et c’est ce qui détruit la planète. Le défi est donc l’esprit humain, ainsi que notre système de croyances et de valeurs, et c’est très difficile à changer.

C’est ce qui me perturbe, ce dont nous parlions plus tôt au sujet de l’espoir et du désespoir, comment peut-on se mesure à changer l’opinion des gens, de tous ces consommateurs, alors que des publicités surgissent de partout, que les messages subliminaux axés vers la consommation prennent de l’expansion. Ça me surprend lorsque j’entend parler des recherches effectuées au Japon, où les chercheurs peuvent carrément mesurer l’influence positive qu’a la nature face à des troubles comme le stress, l’anxiété, les troubles d’attention et la dépression, en plus de la santé globale mentale d’une personne. Des vrais chiffres et résultats peuvent démontrer qu’une personne sera plus heureuse et plus en santé si elle passe un temps considérable dans la nature. Nous ne prenons pas le temps de penser au fait que la nature n’est pas seulement là pour nous donner de la nourriture, de l’eau et du pétrole, mais que si nous prenons un moment pour l’apprécier au-delà de nos besoins essentiels, nous pouvons en bénéficier et elle peut faire de nous de meilleures personnes.

Exactement. Nous ne comprenons pas. Nous avons besoin de la nature pour notre équilibre mental et physique. Des tonnes de livres mesurent exactement ce qu’est cet l’impact. Je vous dis, Emma’ ce qui me dérange vraiment est que la plupart des enfants canadiens et américains vivant dans des grandes villes. L’enfant canadien moyen passe moins de 8 minutes dehors par jour, mais plus de 6 heures devant un écran, que ce soit un téléviseur, un ordinateur ou un iPhone. Nous devenons de moins en moins connectés à la nature.

Je suis entièrement d’accord avec vous. Je suis née en 1986, donc à l’aube du boum  technologique. J’ai eu la chance d’avoir une enfance dépourvue d’écran, avant que la technologie change durant mon adolescence et fasse partie intégrante de ma vie depuis. Je tout de même trouve difficile de se sentir des affinités avec une personne de 19 ans qui n’a jamais été sans un écran devant le visage. 

[Rires]. Vous savez, nos parcs nationaux sont en pleine période de crise, parce que les gens n’y vont plus. Ils veulent le Wi-Fi partout.

Si nous sommes aussi dépendants de notre planète, pourquoi sommes-nous aussi réticents à la sauver?

Nous avons perdu contact avec le vrai monde. Comme je l’ai dit, la plupart d’entre nous vivons dans de grandes villes, y compris les habitants de pays en développement. Dans une grande ville, nous pensons que la plus grande priorité est notre emploi. Parce qu’on travaille pour avoir de l’argent pour acheter les choses qu’on désire, on place plus d’importance sur l’économie que sur les choses qui nous gardent en vie. Quand Harper était Premier Ministre et disait sans cesse « On se peut pas se permettre de faire quoi que ce soit contre le changement climatique parce que ça détruirait l’économie », il préférait l’économie à ce qui assure notre survie. Selon moi, c’est le problème principal et ça revient encore à notre système de croyance et de valeurs: on ne voit pas que notre bien-être dépend de la nature.

Dites-nous une chose qu’un canadien typique pourrait changer dans son quotidien qui aurait l’impact le plus positif sur notre environnement?

Il y a un grand nombre des choses que nous pouvons faire, mais il y a une suggestion apportée par une femme qui m’avait écrit il y a de cela plusieurs années pour me dire: pourquoi ne pas faire comme ils font en Suisse, qui est de demander à chaque individu de ramasser un morceau d’ordure par jour, durant sa journée. Un morceau seulement! Si vous avez 35 millions de canadiens qui chaque jour, ramassent un déchet, c’est tout un impact. Je pense que c’est une idée géniale, c’est facile, c’est simple, et beaucoup d’entre nous le font plus d’une fois. L’autre chose est de sortir de sa voiture! Si vous pouvez prendre un bus, marcher, faire du vélo ou du patin à roulettes, sortez de votre voiture! Nos corps ont évolué pour bouger, pour être actif, alors pourquoi faisons nous les choses à l’opposé de ce que nos corps ont besoin? Nous avons tous ces dispositifs d’économie d’énergie, mais ils ne nous rendent pas sains, alors moi je dis de sortir dehors et de bouger.

Quel est votre bien le plus précieux?

Je me questionne souvent là-dessus, s’il y avait un incendie et que notre maison était en flammes, qu’est-ce que j’essaierais de sauver. Je vais vous dire, avec toute franchise, que c’est les albums de moments en familles. Les souvenirs sont ce qu’il y a de plus précieux.

Quelle est la chose la plus folle qui vous soit arrivé à une soirée?

[Rires]. Mince alors, je ne pense jamais à de telles choses… la chose la plus folle est quand j’ai dit à ma femme, je pense qu’elle allait avoir 50 ans ou peut-être 60, que je l’invitais au restaurant, mais nous avions organisé une fête surprise chez mes parents. Nous sommes entrés, j’ai dit que nous devions arrêter chez eux pour voir ma mère et mon père et récupérer une clé, et tout d’un coup, des tas de gens sont sortis de nulle part. Tara n’arrivait pas à comprendre, elle avait hâte d’aller au restaurant avec moi et ne cessait de répéter « Que font tous ces gens? Quoiiii? Pourquoi crient-ils? » et ça lui a pris plusieurs minutes avant que son cerveau ne fasse le déclic entre la surprise et le fait que j’avais réussi à lui faire croire qu’on allait souper, c’était vraiment rigolo.

Quelle est votre plus grande peur?

Je ne sais pas, je suppose de ressentir… Non, en fait je dirais de perdre l’esprit. La démence. Ma mère et ses frères et soeurs sont tous morts de démence. Ma mère est décédée à 74 ans, âge que j’ai largement dépassé, et mon père avait gardé toutes ses facultés mentales jusqu’à sa mort, mais parce que pour moi le cerveau, mon cerveau est tout pour moi. Si je perd mon esprit et bien c’est la fin.

Qu’est-ce qui vous fait sentir le plus spirituel, que cela soit une personne, une chose ou un lieu?

Je suppose que c’est lorsque je vais à mon chalet, qui est sur une île comme je l’ai dit tout à l’heure, avec 10 acres à même l’océan. Quand je vais à la pointe, à un point dans les eaux, il y a plus bas un « lokiway », ne me demandez pas de l’épeler, ou ce qu’on appelle un jardin de palourdes. Durant des centaines d’années, les Premières nations qui vivaient dans la région plaçaient des pierres dans l’eau et les marées qui apportaient du sable et des coquillages leur ont permis de créer un environnement propice à la culture des palourdes. Ce n’est que dans les 20 dernières années que nous avons réalisé qu’ils avaient été construits par des êtres humains. On a toujours cru que ces Premières nations n’avaient pas vraiment de culture parce qu’ils n’avaient pas d’agriculture, mais le fait est qu’ils faisaient l’exploitation agricole de l’océan. Nous savons qu’ils cultivaient des plantes comestibles et des palourdes à même l’océan et qu’ils protégeaient les populations de saumons. Ils étaient fermiers d’une façon très éloquente. Lors que je regarde le tout et que je réalise que des générations entières de Premières nations qui occupaient cet endroit, ce que j’appelle mon domaine, ont créé ces jardins où nous récoltons maintenant des palourdes, j’ai des frissons dans le dos, parce que je prend conscience à quel point ces gens étaient profondément enracinés et l’envergure des gestes qu’ils ont posé en vue de leurs générations futures. Ça me rempli d’humilité et d’admiration…. Je suis athée, alors…

Quel est le dernier livre que vous avez lu?

J’ai presque terminé de lire un ouvrage intitulé un livre intitulé « Braiding Sweetgrass » de Robin Kimmerrer. Elle est une femme Potawatomi des Premières nations des États-Unis, mais a grandi comme une personne de race blanche. Elle a obtenu son doctorat en botanique et a par la suite assisté à un discours donné par une femme des Premières nations qui n’avait pas d’éducation, mais qui parlait de sa relation avec les plantes. Robin a été épatée par les propos de cette femme parce qu’ils lui ont fait réaliser qu’il y avait une manière d’examiner les plantes drastiquement différente de celle par laquelle elle avait été formée en tant que botaniste. Elle est donc retournée d’où elle venait, a appris la langue traditionnelle, ainsi que toutes ces manières de faire traditionnelles relatives aux plantes, et du coup, « Braiding Sweetgrass » est sur une façon indigène d’entrevoir notre relation avec les plantes. C’est vraiment époustouflant.

Dites nous une chose que les gens seraient surpris d’apprendre à votre sujet?

Probablement le fait que je ne regarde pas beaucoup la télévision. J’ai grandi avant la télévision: je suis parti aux États-Unis en 1954 pour le collège et aucun membre de ma famille à London, Ontario n’avait de téléviseur parce qu’il n’y avait pas de station de télévision à London en 1954. Je n’ai pas regardé la télévision durant le collège ou même l’université. J’ai acheté mon premier poste en 1962 lorsque j’ai obtenu un emploi à l’université d’Alberta à Edmonton…. Ça surprend toujours les gens.

Ce fut un honneur de parler avec vous aujourd’hui. Ma dernière question est la suivante, si les lecteurs peuvent retirer un message de cette entrevue, que serait-il?

Je pense que c’est d’être beaucoup plus réfléchi à propos de la façon dont nous vivons, et je dois ajouter, vos parents étant dans le secteur textile, une chose qui me rend complètement fou est lorsque je vois des gens qui se baladent avec des jeans plein de trous qu’ils ont payés 150 ou 200$, je me dis toujours « Mais à quel sorte d’énergumène j’ai affaire? ».  Alors quand je dis d’être plus réfléchi, je ne veux pas être simpliste, je veux dire dire, par exemple, lorsque qu’on achète un vêtement et qu’on dit « J’aimerais un t-shirt en coton », est-ce qu’on demande s’il est biologique?  Le coton est la production agricole la plus intense chimiquement de tout ce que nous cultivons. La question que si poserait ensuite serait « Où est-il cultivé? » Vous savez, la plus grande zone de production de coton se trouve en Eurasie, entre la Russie et la Chine, et la région est un désastre écologique dû à la quantité de produits chimiques utilisée, mais on n’y songe jamais. C’est plutôt « je veux acheter un t-shit » et si on achète une voiture, un poste de télévision ou un ordinateur, est-ce qu’on demande « Vous savez que l’exploitation minière est une activité très destructrice; d’où proviennent les métaux qu’on trouve dans ces produits? Quel est l’impact de l’exploitation minière sur la population? ». Nous devons être plus réfléchis par rapport à notre mode de vie; nous vivons d’une manière qui est vraiment déconnectée du monde qui nous donne tous ces produits. Voilà le dernier conseil que je partagerais aujourd’hui.

View Comments

Comments (2) (Hide)

  1. Epic interview!

  2. Martin silverstone

    Wonderful interview, great job Emma!

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.