close

Join Never Apart

close

A Conversation With Ocean Conservationist Paul Watson

Written by

Emma Dora Silverstone-Segal
August 17th, 2017

Categories


The ocean is a mysterious and magical place. It takes up two thirds of the earth’s surface, plays a major role in regulating our planet’s weather and climate, and produces most of the world’s oxygen. It also creates clouds that make rain, that supply the planet with fresh drinking water. It’s home to millions of species, and feeds most of the world’s inhabitants. Because the ocean is so vast, it can seem indestructible at times. But our oceans are now in trouble, they’re dying, because of us. Without the oceans, life on this planet will cease to exist. We will cease to exist.

Paul Watson, the founder of the non-profit organization Sea Shepherd, has been fighting this crisis from happening for over 30 years. He has dedicated his life to saving our oceans, and by default, saving our future generations and us as well. He has faced jail time, had his reputation slandered, and has put his life in danger, all to help those who cannot defend themselves against modern society’s tireless culture of consumption. However, although his outlook may be bleak at times, and the situation feeling far too out of control to even grasp; his vast knowledge, compassion, and bright ideas, highlight how this man singlehandedly started a global movement towards greater ocean awareness and respect.

Catching up with Watson at his family home in Woodstock, Vermont was an amazing experience. I had the opportunity to see a very personal side of a man who has done many great things for this world. It was inspiring to discover that he was a simple man, concerned more about the beauty of his surroundings and his family than anything else. He practiced what he preached.

Emma Dora Segal: So, in your opinion how far along is the destruction of our oceans – how bad is it really?

Paul Watson: Well it won’t last a century. Dr. Boris Worm and Dr. Daniel Pauly said that by 2048, there wouldn’t be a fishing industry because there won’t be any fish. Right now we are seeing the dying of the Great Barrier Reef, which is the first major ecosystem that will die in our time. The ocean is dying and that’s my bottom line. When the ocean dies, we die. Since 1950, there has been a 40 percent diminishment in phytoplankton populations in the world’s oceans. Phytoplankton provides up to 80 percent of the oxygen we breath. This is happening because phytoplankton needs nutrients, and those nutrients are mainly nitrogen and iron; whales and other marine animals supply those. One Blue Whale a day, defecates 3 tons into the ocean, heavily rich with nitrogen and iron, and basically the whales are the farmers of the ocean. So everything in the ocean is interconnected, everything works together. Everything was working fine before we interfered. If you look at the earth as a spaceship, every spaceship has a life support system. It provides the food you eat, the air you breath, and regulates the climate. The ocean is that life support system. A crew maintains it, and that crew is all the species that make it possible. Humans are not part of the crew, we are the passengers, but humans are killing off crew members. There are only so many crew members you can kill until the whole machine begins to breakdown. And that’s exactly what’s happening right now.

EDS: To me, it seems as though humankind has abused its power. We climbed to the top and forgot where we came from. Historically, humans have never been on top of the food chain. Before we discovered fire and created weapons, we were merely prey, huddling together in groups to fight off apex predators and scavenge for food. Once we eventually made the tools to help us master our surroundings, it wasn’t enough, we had to dominate and conquer, and on that quest we began to carelessly destroy and use all the resources around us. We forget to think about the consequences of our actions.

PW: People think about it, but just justify it. They get appalled when I say things like Worms and Trees and Fish are more important than people. But its true, because they can live here without us, but we can’t live here without them, so we need them, they don’t need us. The real problem is that the world is being destroyed because of a form of insanity within human beings, which I call anthropocentrism. Which is that humans have come to believe that they’re the center of everything. Everything revolves around us. Which in fact, prior to this bizarre mindset, we were biocentric, in that we understood that we were part of nature, part of everything; now we believe we are in dominion over it. So all of our values are anthropocentric, therefore we have no appreciation for other forms of life, no appreciation for humans. For example, if you walk into the city of Mecca and walk up to the Black Stone and spit on it, you’re not going to leave that city alive. Walk into Jerusalem and hack away at the Wailing Wall with a pick axe, you’re going to get an Israeli soldier’s bullet in the back. Why? Because these are things of value to people; but everyday we walk into the most beautiful, mysterious cathedrals on the planet, the rainforest of Amazonia or the Great Barrier Reef off Australia, and we totally desecrate and destroy these cathedrals and no one cares. A few people sign petitions, write letters, dress up in animal costumes and jump up and down and protest. But you know, if the Amazonia Rainforest or the Great Barrier Reef were as sacred to us, if we loved them, if we valued them as much as a chunk of old meteorite in Mecca, or a decrepit old wall in Jerusalem, or a hunk of marble in Rome, we would fight for it. But we won’t fight for it because they are rarely needed from.

EDS: While I was recently traveling home from Japan, the women sitting next to me on the plane, happened to be in the Canadian seal pelt industry. We got into conversation, and all I can say is that our views were drastically different on the sealing industry in Canada. I asked if I could hear her side of the story, she agreed however wanting to remain anonymous. Her justification for sealing was that it was a form of pest control.  That it was to help the fishermen’s dwindling catches, and to help the indigenous communities’ economy and preserve their traditions. This really blew my mind, because here is a woman from my hometown, using the same language and reasoning to justify her role in perpetuating this wasteful, cruel and inhumane industry, as the Japanese use to excuse the Taiji Dolphin drive each year.

PW: If you’re making money off it, you can justify it. The Canadian government knows that seals are NOT the contributing factor to the diminishment of codfish. What I try to point out is that, 500 years ago there was no shortage of fish and there were 45 million seals. There is now less than 10 percent the number of seals. We feed 2.8 million tons of fish to housecats every year. They say the seals are eating all the fish; in fact the cats are eating all the fish! But here is the thing; if you want more fish you need more seals. On the eastern seaboard of Canada, there are about 950 species that are living interdependently on each other.  What a seal does, when a seal is born, the after birth; provides nutrients for the fish and the plankton. When the seal defecates, it provides nutrients. When the seal dies, it provides nutrients. We provide nothing. On top of that, Harp Seals for example, target as prey; Capelin, Mackerel, Herring. Not Cod. But those 3 fish target baby cod, as their primary food source. So, when you diminish Harp Seal populations, you increase Herring, Mackerel and Capelin; therefore increase predation on Codfish. So, it’s a very complex thing. We don’t even think about these things, to us, one fish is like any other fish, and we treat them all the same; but we can’t because they are all completely different cultures. A salmon takes 4 years to become sexually mature then it dies. But an orange roughy takes 45 years to become sexually mature, lives to be about 150. Halibut lives to be 200 years of age; you can’t treat them all the same. The problem is, these older, long living fish can’t keep up with our demand. Humans take out of the sea and put nothing back, except, well plastic, radiation, and pollution. The point, ecologically we are pretty insane, and we don’t have any understanding of the laws of ecology. There are only 3 laws of ecology. The first is the law of diversity, that the strength of an ecosystem is dependent upon diversity within it, the greater the diversity the stronger the ecosystem. The second is the law of interdependence, that all those species are interdependent with each other. And there is the law of finite resources, that there is a limit to growth, limit to carrying capacity, and what we are doing is stealing the carrying capacity from other species. That diminishes interdependence and it diminishes diversity, so it’s a one-way street towards our own extinction. No species in history of this planet has ever survived by living outside the 3 basic laws of ecology.

EDS: You have so much knowledge, who has inspired you, who are you’re heroes

PW: I don’t really look up to humans; I look up more to animals. The lesson I learnt which was most profound in my life, was from a dying sperm whale. He could of killed me and choose not to do so. The Russians had harpooned him, and he understood what we were trying to do, because he could of moved forward and crushed us and he didn’t. It was a revelation, I was sitting there in the middle of a Russian whaling fleet in the pacific and the sun was going down, and I said ‘why are they killing these whales’? You can’t eat sperm whale meat; it’s used for oil, industrial oil because it’s very high heat resistant oil, especially the spermaceti oil. One of its prized uses was for the construction of intercontinental ballistic missiles. Here we are, killing this incredibly intelligent, socially complex, self-aware, seti- creature for the purpose of making a weapon for the mass destruction of human beings. That’s when it struck me that we are insane. What that did was change my attitude back then; I do what I do for that, not for people. My clients are whales and seals and fish.

EDS: Fish populations are now noticeably dwindling, how do we begin to get this across to people on a global level, so many cultures around the world depend on fish and the ocean as their primary food source.

PW: They’re not going to listen because they’re all collectively in denial. There is always something else causing the problem, it’s not us. It’s like all the climate change deniers. Human beings are great at adapting to diminishment; this is probably one of the most prized skills of the human race, adaptation to diminishment. As things diminish, whatever, we just accept it. This serves you well when you lived in a cave 20,000 years ago, things got bad and you had to adapt to something else and change, that was good. Now, a good example is 1968, if I was to tell you, ‘you know, in 30 years your going to be buying water in plastic bottles and your going to be paying more for it than the equivalent amount of gasoline’; you would of looked at me like I was crazy. But we have adapted to it. We’ve adapted to the diminishment with fish. The fish people used to consume, they don’t eat anymore because they are rare now. They’ve adapted to fish nobody even ate back then. I mean you go into a restaurant in New York or Paris and you find Turbot on the menu, no one ate Turbot in the 50s, it was considered a garbage fish, no one ate Mussels. Now they have fish you’ve never even heard of, and even fish that aren’t really the fish that they are marketing. They take sharks and punch holes in them and sell them as scallop and it isn’t. 40 percent of all the fish sold everywhere in the world is illegal. It’s completely undocumented and it’s illegal. For example, Patagonia tooth fish, which is sold as Chilean sea bass. The amount of Chilean sea bass sold in the United States alone exceeds the global quota.

EDS: I’m always wondering how these little holes in the wall restaurants are serving blue fin tuna, it’s almost extinct and so expensive, but it’s everywhere! Is most of that not real tuna?

PW: Some of it is, but it’s caught illegally. I call it the economics of extinction. There is money to be made by driving species to extinction.  The blue fin tuna is a good example of that. Right now Japan has enough blue fin tuna stored in refrigerated warehouses to feed everyone in Japan for the next 10 -15 years. They could actually have a moratorium on blue fin tuna, and allow the species to regenerate. The reason they won’t do it is because, right now, it’s the most expensive fish in the world. One blue fin tuna, on average, is 75,000 dollars. Some sell for over a million. They’re rare, 90 percent of them are gone. So what happens if you allow them to come back? The ones in the warehouse, the price will go down, because demand dictates the price. You want to keep the price up, and you have to have scarcity in order to do that. Now it’s a company that’s doing that, it’s not the fisherman, and one of the companies is Mitsubishi! Its short-term investment for short-term gain, lets make as much money as we can in the shortest time possible. They don’t care if the species goes extinct, because they’ll make an awful lot of money on it before it does. It’s greed, and it’s motivated by the fact that people have no compassion for the future. I was talking to Japanese whalers at a meeting in Monaco in ’97, I said look, what about the future, the guy says “my obligation, my responsibility, is for my family today. People 200 years from now, that’s their problem, not mine”. Because of [this mentality], hundreds of years ago, we’ve lost so many species up to now. The other tragedy, is not only do we drive species to extinction, we forget they were even here! Right now, in this area alone, there used to be bison, the eastern bison is extinct. The sea mink is extinct. The Labrador duck is extinct. The Newfoundland wolf is extinct. The Carolina parakeet is extinct. They use to all live around here, and now they are extinct.

EDS: That’s so sad.

PW: I’m writing a book right now about those ships right behind you, the Alabama and Shenandoah, called ‘The War That Saved The Whales’. It was the American Civil War. If it weren’t for The Civil War, the humpback whale and the grey whale would be extinct.

EDS: Why?

PW: Because those ships right there, sank the entire Yankee whaling fleet during The Civil War. The captain of the Shenandoah is a hero of mine. The southern states had no navy to fight the American navy, so they sent these raiders out, there objective was to sink every Yankee ship on the ocean, and they did. Part of that was the entire Yankee whaling fleet. Captain James Iredell Waddell was a hero to me because his entire career he never killed anybody, but he sank 37 whaling ships. When he was boarding one of the Yankee whalers up in the Bering Sea, the captain said to the first mate, Danny Scales, “why are you preying on a defenseless merchant man like me”? Scales said, as a joke, but this is the basis for the entire book, “because we have entered into a treaty both offensive and defensive of the great whales to vanquish their mortal enemies”. But you know, what is good for nature?  War. In just the short period of time during World War One and World War Two, fish populations and animal populations in our oceans started to really recover. There were no fishing fleets from 1939-1945.

EDS: So you’re really looking forward to that Third World War? Just kidding!

PW: No, nowadays if you have a world war it’s pretty much over. But anyways the long term, this isn’t a movement to save the earth; it’s a movement to save us from ourselves. We are not going to save the earth, the earth has had 5 major extinction events prior to ours, and this is now the 6th major extinction. The last one was 65 million years ago, the worst one was 250 million years ago. The Permian extinction eradicated 97 percent of everything that was alive. What I have learned from that is, that it takes 18-20 million years to recover from a major extinction. So, 18-20 million years from now we are going to be a pretty nice planet.

EDS: So there is nothing we can do to stop this, to save the oceans, the planet and ourselves?  

PW: Well like I say, the one thing that would change it would be a minor, hopefully not a major, ecological collapse. People get involved when it directly affects their personal life.

EDS: What would be an example of that in your opinion?

PW: One example is all these refuges, they’re moving out and they have no place to go. There is going to be more and more ecological refuges. Piracy off of Somalia, these guys are doing what their doing because the real pirates, the Asian and European fishing fleets, wiped out all their resources and forced these people into it.

EDS: Which Sea Shepherd campaign going on right now is the most important and the closest to your heart?

PW: They are urgent and they’re all close to my heart. There are bout 30-40 campaigns going on at any given time. This is a movement and therefore everybody has to address those issues, in their areas, that are important to them. A movement is better than an organization, because a movement can address hundreds of different things at the same time, and it doesn’t have to be a Sea Shepherd movement.  Some of my ex crew members, one guy right now is doing a campaign to protect bears and wolves in Wisconsin. One guy is protecting grizzly bears in British Columbia. One of the founders of People for Ethical Treatment of Animals (PETA) was one of my crewmembers. We try to instill in people that they have the power to change the world, and that’s what we encourage.  For people to go out there and use their own courage, their own initiative, their own imagination, and get involved with things that they are passionate about, whether it be at land or sea.

L’océan est un endroit magique et mystérieux. Occupant les deux tiers de la surface de la terre, il joue un rôle de premier plan dans la régulation de la température et du climat de notre planète et il produit la plus grande partie de l’oxygène de la terre. Il est également à l’origine de la formation des nuages qui, à leur tour, produisent de la pluie pour approvisionner la planète en eau potable. Il compte des millions d’espèces et nourrit la plupart des êtres vivants de la terre. L’océan est tellement vaste qu’il peut nous sembler indestructible. Mais nos océans sont en danger… Ils meurent peu à peu, à cause de nous. Sans océans, la vie sur cette terre ne pourra plus exister. Nous ne pourrons plus exister.

Paul Watson, fondateur de l’organisation à but non lucratif Sea Shepherd, se bat depuis plus de 30 ans pour éviter cette crise. Sa vie, il l’a consacrée à sauver nos océans et, par le fait même, à nous sauver, nous et les générations futures. Il a été emprisonné et diffamé, et il a mis sa vie en danger. Tout ça pour aider ceux qui ne peuvent pas se défendre contre la culture de consommation insatiable de la société moderne. Malgré tout, même si sa vision des choses peut parfois s’avérer sombre et que la situation peut nous sembler avoir pris une telle ampleur qu’elle nous dépasse, le grand savoir de cet homme, sa compassion et ses idées novatrices ont fait en sorte qu’à lui seul, il a lancé un mouvement mondial de sensibilisation pour le respect des océans.  

C’est avec grand plaisir que je me suis entretenue avec Paul Watson dans sa résidence familiale de Woodstock, au Vermont. J’ai ainsi eu la chance de découvrir le côté plus intime d’un homme qui a fait tant de choses extraordinaires pour cette terre. C’était très inspirant de découvrir qu’il est en réalité un homme simple, qui accorde une place de premier plan à sa famille et à la beauté de ce qui l’entoure. Il met en pratique dans sa vie les valeurs qu’il préconise.

Emma Dora Segal : Selon vous, sommes-nous si près de la destruction de nos océans? À quel point la situation est-elle critique?

Paul Watson : Je dirais que nous n’en avons pas pour un siècle… Les biologistes Boris Worm et Daniel Pauly ont affirmé que d’ici 2048, il n’y aurait plus d’industrie de la pêche, parce qu’il n’y aurait plus de poissons. Nous sommes présentement témoins de la destruction de la Grande barrière de corail, le premier écosystème d’importance majeure qui disparaîtra de notre vivant. L’océan est en train de mourir. Voilà ce je pense. Et si l’océan meurt, nous mourons aussi. Depuis 1950, on a enregistré une diminution de 40 pour cent des populations de phytoplancton dans les océans du monde. Le phytoplancton produit plus de 80 pour cent de l’oxygène que nous respirons. Pourquoi est-ce en train de se produire? Parce que le phytoplancton a besoin de nutriments, de l’azote et du fer principalement. Et ce sont les baleines et les autres créatures marines qui fournissent ces nutriments. Une baleine bleue élimine l’équivalent de trois tonnes de matières fécales par jour dans l’océan. Ces déchets sont très riches en azote et en fer. Les baleines sont en quelque sorte les fermiers de l’océan. Tous les éléments de l’océan sont interreliés et fonctionnent en synergie. Tout allait à merveille avant que nous n’intervenions. Imaginez que la terre est un vaisseau spatial. Tout vaisseau est muni d’un équipement de vie. Il vous fournit la nourriture que vous mangez, l’air que vous respirez et régularise le climat. L’océan est notre équipement de vie. L’équipage est responsable de son entretien et de son bon fonctionnement. Et cet équipage est formé de toutes les espèces qui le composent. Les humains n’en font pas partie… Nous ne sommes que des passagers. Malheureusement, nous sommes en train d’éliminer les membres de l’équipage. Et lorsque trop de membres de cet équipage manquent à l’appel, la machine commence à tomber en panne. C’est exactement ce qui se passe en ce moment.

EDS : J’ai l’impression que l’espèce humaine a abusé de ses pouvoirs. Nous sommes grimpés au sommet et nous avons oublié d’où nous venions. Par le passé, les humains ne se trouvaient pas à la tête de la chaîne alimentaire. Avant de découvrir le feu et de créer des armes, nous étions essentiellement des proies qui restaient en groupe pour se défendre des prédateurs et dénicher de la nourriture. Nous avons ensuite fabriqué des outils qui nous permettraient de mieux maîtriser notre environnement, mais ce n’était pas encore assez. Il nous fallait dominer. C’est dans cette quête que nous avons commencé à détruire et à utiliser de manière irréfléchie les ressources qui nous entouraient. Nous oublions de penser aux conséquences de nos actes.

PW : Les gens y pensent, mais ils se trouvent des excuses. Ils sont scandalisés quand je dis des choses comme « les vers de terre, les arbres et les poissons sont plus importants que les gens ». Mais c’est vrai! Parce qu’ils peuvent vivre ici sans nous, mais on ne peut pas vivre ici sans eux. Nous avons donc besoin d’eux, et ils n’ont pas besoin de nous. Le véritable problème, c’est que le monde est en train de se détruire à cause d’une sorte de folie chez les humains, que j’appelle l’anthropocentrisme. Les humains en sont venus à croire qu’ils étaient au centre de tout. Que tout tournait autour d’eux. En fait, avant cette façon bizarre de voir les choses, nous étions biocentriques. Nous comprenions que nous faisions partie de la nature, partie d’un tout. Maintenant, nous pensons la dominer. Puisque nous voyons les choses de manière anthropocentrique, nous n’avons aucune reconnaissance envers les autres formes de vie, les autres êtres humains. Je vous donne un exemple. Imaginez que vous voyagez à La Mecque et qu’en visitant la pierre noire, vous crachez dessus. Vous ne sortirez pas de la ville vivant. Dans un même ordre d’idées, visitez Jérusalem et frappez sur le Mur des Lamentations à l’aide d’une hache. Un soldat israélien ne manquera pas de vous tirer dans le dos. Pourquoi? Parce que ces choses ont de la valeur aux yeux des gens. Mais tous les jours, nous entrons dans les plus belles et mystérieuses cathédrales de la planète, la forêt amazonienne ou la Grande barrière de corail d’Australie, et nous les détruisons sans pitié. Personne ne s’en soucie. Oui, il y a quelques personnes qui signent des pétitions, écrivent des lettres, enfilent un costume d’animal et manifestent. Mais vous savez, si la forêt amazonienne ou la Grande barrière de corail étaient aussi sacrées pour nous, si nous les aimions et si elles avaient autant de valeur à nos yeux qu’un vieux morceau de météorite à La Mecque, qu’un vieux mur décrépit à Jérusalem ou qu’un morceau de marbre à Rome, nous nous battrions pour eux. Mais nous ne le faisons pas parce que nous n’avons pas l’impression d’avoir besoin d’eux.

EDS : Sur le chemin du retour d’un récent voyage au Japon, la dame assise à côté de moi dans l’avion travaillait dans l’industrie canadienne du phoque. Nous avons discuté un peu et tout ce que je peux vous dire, c’est que nos points de vue étaient totalement différents en ce qui concerne l’industrie du phoque au Canada. Je lui ai demandé si je pouvais avoir son opinion sur la question et elle a accepté, en souhaitant rester dans l’anonymat. Pour elle, la chasse aux phoques est une forme de lutte antiparasitaire. Elle aide les pêcheurs faisant face à une diminution de leurs prises et contribue à l’économie des communautés indigènes tout en préservant leurs traditions. J’étais abasourdie… Une femme de chez moi utilisait le même langage et le même raisonnement pour justifier son rôle dans cette industrie de gaspillage cruelle et inhumaine que les Japonais utilisent pour excuser la chasse annuelle aux dauphins de Taiji.

PW : Vous en retirez de l’argent? Vous pouvez le justifier. Le gouvernement du Canada sait que les phoques n’ont rien à voir avec la diminution des stocks de morues. Ce que j’essaie de dire, c’est qu’il y a 500 ans, il y avait 45 millions de phoques et on ne manquait pas de poissons! Il ne reste maintenant que
10 pour cent de la population initiale de phoques. Chaque année, 2,8 millions de poissons servent à nourrir les chats domestiques. Ils disent que les phoques mangent tous les poissons, mais ce sont plutôt les chats qui les mangent! Mais le fait est que si vous voulez plus de poissons, vous avez besoin de plus de phoques. Dans le littoral est du Canada, on compte environ 950 espèces qui vivent de façon interdépendante. Tout ce que font les phoques, naissance, mort, etc., contribue à fournir des nutriments aux poissons et au plancton. Les matières fécales d’un phoque contiennent des nutriments. Le corps d’un phoque en décomposition contient des nutriments. Nous, par contre, on ne fournit rien. En plus, prenons le phoque du Groenland. Ce dernier a comme proies le capelan, le maquereau et le hareng. Pas la morue. Toutefois, ces trois poissons se nourrissent principalement de jeunes morues. Alors plus le nombre de phoques du Groenland diminue, plus le nombre de harengs, de capelans et de maquereaux augmente et plus le risque de prédation augmente pour les morues. C’est une situation très complexe. On ne pense pas à ces choses-là. Pour nous, tous les poissons sont les mêmes, et nous les traitons tous de la même façon. Mais on ne devrait pas. Il s’agit de cultures tout à fait différentes. Le saumon prend quatre ans à devenir mature sexuellement. Ensuite, il meurt. L’hoplostète orange prend 45 ans pour atteindre la maturité sexuelle et vit environ 150 ans. Le flétan, lui, vit jusqu’à 200 ans. On ne peut pas traiter tous les poissons de la même façon. Le problème, c’est que les poissons plus vieux ayant une longue espérance de vie ne suffisent pas à répondre à notre demande. Les humains se servent dans la mer sans rien y remettre en retour, à part peut-être du plastique, des déchets radioactifs et de la pollution. Autrement dit, écologiquement parlant, nous sommes plutôt fous… Nous n’avons aucune compréhension des lois de l’écologie. Voici les trois lois de l’écologie. La première, c’est la loi de la diversité, voulant que la force d’un écosystème repose sur sa diversité. Plus il y a de diversité, plus fort est l’écosystème. La deuxième, c’est la loi de l’interdépendance voulant que toutes les espèces soient interdépendantes. Et la dernière, c’est la loi de la finitude des ressources. Il y a une limite à la croissance et à la capacité porteuse. Ce que nous faisons, c’est voler la capacité de soutien à d’autres espèces. Ce faisant, nous réduisons l’interdépendance, ce qui entraîne une diminution de la diversité. Un chemin qui mène tout droit vers notre propre extinction. Dans l’histoire de notre planète, aucune espèce n’a réussi à survivre en ne respectant pas les trois lois fondamentales de l’écologie.

EDS : Vous avez tellement de connaissances. Qui vous a inspiré, qui sont vos héros?

PW : Je ne m’inspire pas nécessairement des humains, mais plus des animaux. La plus grande leçon que j’ai eue dans la vie me vient d’un cachalot mourant que les Russes avaient harponné. Il aurait pu nous tuer, mais il a choisi de ne pas le faire. Il a compris que nous essayions de le sauver parce qu’il aurait pu foncer vers nous, mais il ne l’a pas fait. Ç’a été une révélation pour moi. J’étais au milieu d’une flotte baleinière russe dans le Pacifique, le soleil se couchait et je me suis dit « Mais pourquoi est-ce qu’ils tuent ces baleines? » La viande de cachalot, ça ne se mange pas. On l’utilise pour l’huile, l’huile industrielle, parce qu’elle est très résistante, particulièrement l’huile de spermaceti. On l’utilisait notamment pour la construction de missiles balistiques intercontinentaux. Nous, humains, étions donc là, en train de tuer ces créatures magnifiques, intelligentes, socialement complexes et conscientes de leur existence dans le seul but de fabriquer des armes de destruction massive pour tuer nos semblables. C’est là que j’ai réalisé que nous étions fous… Depuis ce jour, j’ai changé mon attitude. Ce que je fais, je le fais pour les créatures marines. Pas pour les gens. Mes clients, ce sont les baleines, les phoques et les poissons.

EDS : Les populations de poissons diminuent considérablement. Comment pouvons-nous commencer à le faire comprendre aux gens à l’échelle mondiale? Il y a tant de cultures partout dans le monde qui comptent principalement sur l’océan et ses poissons pour se nourrir.  

PW : Ils n’écouteront pas parce que, collectivement, ils sont tous dans le déni. Ce ne sont jamais les humains qui causent le problème, mais toujours quelque chose d’autre. C’est comme tous ceux qui ne croient pas aux changements climatiques. Les humains s’adaptent bien à la diminution. C’est probablement l’une des grandes compétences des êtres humains. Sa capacité d’adaptation à la diminution. Lorsque les choses deviennent de moins en moins nombreuses, quelles qu’elles soient, on l’accepte, tout simplement. C’était une bonne chose il y a 20 000 ans, alors que l’humain vivait dans des cavernes. Lorsque les choses allaient moins bien, on s’adaptait à autre chose. Pour vous donner un bon exemple, reculons en 1968. Je vous dis : « Dans 30 ans, vous achèterez de l’eau dans des bouteilles de plastique et vous payerez plus cher pour l’eau que pour le même volume d’essence. » Vous m’auriez cru fou. Mais nous nous sommes adaptés. Tout comme nous nous sommes adaptés au nombre décroissant de poissons. Les poissons que les gens consommaient habituellement, ils n’en mangent plus parce qu’ils se font de plus en plus rares. Ils se sont adaptés aux poissons que personne ne voulait manger avant. Maintenant, vous allez dans un restaurant à New York ou Paris et vous voyez du turbot au menu. Personne ne mangeait du turbot dans les années 50. C’était considéré comme un poisson bon pour la poubelle. Personne ne mangeait de moules non plus! Les restaurants vous proposent maintenant des poissons dont vous n’avez jamais entendu parler… Ils vous servent même des poissons qui ne sont pas réellement ceux qu’ils annoncent. Par exemple, ils prennent des requins, font des trous dedans et vous les vendent comme des pétoncles, alors que ce n’en est pas. En fait, 40 pour cent de tous les poissons vendus dans le monde sont vendus illégalement. Ce n’est pas documenté et c’est illégal. La légine australe, par exemple, vous est vendue comme un bar du Chili. Le nombre de bars du Chili vendu aux États-Unis seulement excède le quota global.

EDS : Je me suis toujours demandé comment ces petits restos du coin pouvaient servir du thon rouge, alors que l’espèce est pratiquement disparue et coûte très cher, mais on en voit partout! Est-ce que ça veut dire que la plupart du temps, ce n’est pas du thon rouge?

PW : Une partie en est, mais il est provient de la pêche illégale. C’est ce que j’appelle l’économie de l’extinction. Il y a de l’argent à faire en conduisant des espèces à l’extinction.  Le thon rouge en est un parfait exemple. Présentement, le Japon a assez de thon rouge dans des entrepôts réfrigérés pour nourrir toute la population du pays pour les 10 à 15 prochaines années. Le pays pourrait donc décréter un moratoire sur le thon rouge et permettre ainsi à l’espèce de se régénérer. La raison pour laquelle il ne le fait pas? Présentement, c’est le poisson le plus cher au monde. Un thon rouge vaut en moyenne 75 000 dollars. Certains sont vendus plus d’un million. Ils sont rares. En fait, 90 % de la population de thon rouge a disparu. Alors, qu’arriverait-il si elle se rétablissait? Le prix des thons rouges se trouvant dans les entrepôts chuterait, puisque la demande dicte les prix. Si vous voulez garder les prix élevés, vous devez préserver la rareté. Ce sont des compagnies qui font ça, pas les pêcheurs, et l’une d’elles est Mitsubishi! Il s’agit d’un investissement à court terme pour des gains à court terme. Ils veulent faire le plus d’argent possible, le plus rapidement possible. Ils ne se soucient pas de savoir si les espèces s’éteindront, parce qu’ils feront un tas d’argent avant que ça n’arrive. C’est l’appât du gain. Les gens ne se soucient pas du tout de ce qui pourrait arriver à l’avenir. En 1997, je m’adressais à des baleiniers japonais lors d’une rencontre à Monaco. Je leur ai demandé s’ils se préoccupaient de l’avenir. Les pêcheurs m’ont répondu : « Mon obligation, ma responsabilité, c’est ma famille, aujourd’hui. Les gens dans 200 ans, c’est leur problème, pas le mien. » C’est à cause de cette mentalité que depuis des siècles, nous avons vu tant d’espèces disparaître. L’autre tragédie, c’est qu’en plus de conduire des espèces à l’extinction, nous allons ensuite jusqu’à oublier qu’elles ont existé! Dans le secteur ici, il y avait des bisons. Maintenant il n’y en a plus. Le vison de mer est une espèce éteinte. L’eider du Labrador aussi. Tout comme le loup de Terre-Neuve. Et la conure de Caroline. Ces espèces vivaient toutes ici, et maintenant elles sont éteintes.

EDS : C’est tellement triste.

PW : Je suis en train d’écrire un livre au sujet de ces bateaux juste derrière vous, l’Alabama et le Shenandoah, qui s’intitulera The War That Saved The Whales. Il s’agit de la guerre de Sécession. Si ce n’avait pas été de cette guerre, la baleine à bosse et la baleine grise seraient aujourd’hui des espèces éteintes.

EDS : Pourquoi?

PW : Parce que ces bateaux ont fait couler la flotte complète de baleiniers des nordistes pendant la guerre de Sécession. Le capitaine du Shenandoah est un véritable héros pour moi. Les états du Sud n’avaient pas de marine pour combattre la marine américaine. Ils ont donc envoyé des croiseurs dans le but de couler tous les navires des nordistes se trouvant dans l’océan, et ils ont réussi. Et parmi ces navires se trouvait toute la flotte de baleiniers des nordistes. Le capitaine
James Iredell Waddell est pour moi un héros, parce que dans toute sa carrière, il n’a tué personne, mais il a coulé 37 baleiniers. Lorsqu’il a abordé l’un des baleiniers des nordistes dans la mer de Béring, le capitaine de ce bateau a dit au second de Waddell, Danny Scales : « Pourquoi vous attaquez-vous à un marchand sans défense comme moi? » Scales lui a alors répondu à la blague, mais c’est la base de tout mon livre : « Parce que nous avons signé un traité à la fois offensif et défensif avec les grandes baleines pour vaincre leurs ennemis mortels. » Mais savez-vous ce qui est bon pour la nature? La guerre. Pendant la courte période qu’ont duré la
Première Guerre mondiale et la Deuxième guerre mondiale, les populations de poissons et d’animaux dans nos océans ont commencé à se rétablir. Il n’y avait aucune flotte de pêche de 1939 à 1945.

EDS : Vous espérez donc vraiment cette Troisième Guerre mondiale? Je plaisante!

PW : Non, de nos jours, si on avait une guerre mondiale, ce serait pas mal la fin de tout. Mais de toute façon à long terme, ce n’est pas un mouvement pour sauver la terre, mais un mouvement pour nous sauver de nous-mêmes. Nous n’allons pas sauver la terre. La terre a déjà connu cinq événements majeurs d’extinction avant le nôtre, qui est le sixième. Le dernier a eu lieu il y a 65 millions d’années, et le pire, il y a 250 millions d’années. L’extinction permienne a éradiqué 97 pour cent de toute la vie sur terre. Ce que j’en tire, c’est que ça prend de 18 à 20 millions d’années à la planète pour se rétablir d’une extinction majeure. Donc, dans 18 à 20 millions d’années, la terre sera à nouveau une belle planète.

EDS : Nous ne pouvons donc rien faire pour arrêter ça, pour sauver les océans, la planète et nous-mêmes?  

PW : Eh bien, comme je le dis, l’une des choses qui pourrait aider serait un effondrement écologique, pas majeur espérons-le, mais mineur. Les gens s’impliquent dans une cause lorsque ça les touche directement, dans leur vie personnelle.

EDS : Quel serait un exemple de ça à votre avis?

PW : Un bon exemple est tous ces réfugiés. Ils se déplacent et n’ont aucun endroit où aller. Il y aura de plus en plus de réfugiés écologiques. Les pirates sur les côtes de la Somalie font ce qu’ils font parce que les vrais pirates, les flottes de pêche en Asie et en Europe, ont pillé toutes leurs ressources et ont mené ces gens à poser de tels gestes.

EDS : Parmi les campagnes de Sea Shepherd présentement en cours, laquelle vous tient le plus à cœur?

PW : Elles me tiennent toutes à cœur et elles sont urgentes. Il y a toujours environ 30 à 40 campagnes en cours. Il s’agit d’un mouvement; nous devons tous nous employer à résoudre les problèmes qui sont importants pour nous, dans notre région. Contrairement à une organisation, un mouvement a l’avantage de pouvoir mener une action sur des centaines de choses en même temps. Et ce n’est pas nécessaire que ce soit un mouvement Sea Shepherd. Un ancien membre de mon équipage s’occupe aujourd’hui d’une campagne pour protéger les ours et les loups dans le Wisconsin. Un autre activiste protège les ours en Colombie-Britannique. L’un des fondateurs de Pour une éthique dans le traitement des animaux (PETA) était un des membres de mon équipage. Nous essayons d’inculquer aux gens qu’ils ont le pouvoir de changer le monde, c’est ce que nous encourageons. Nous voulons que les gens se mobilisent, puisent dans leur courage, et fassent preuve d’initiative et d’imagination pour s’impliquer dans des causes qui leur tiennent à cœur, quelles qu’elles soient.

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.