close

Join Never Apart

close

Jann Tomaro: Interview

Written by

Mikela Jay
October 15th, 2016

Jann Tomaro’s 3-part noise meditation series ‘Practice’ beginning this October at Never Apart, is an investigation of the transcendental properties of sound. Using noise to guide group meditation, her ‘Practice’ explores the experiential application of psychoacoustic theories such as cymatics, music therapy, sound healing, brain entrainment, and binaural-beat perception.

Research has shown that sound frequencies can impact physical phenomena to the point of transforming the molecular structure of matter. Sound healers interested in how natural vibrations of the body are affected by the frequencies of sound, have discovered that the physicality of noise has the potential to influence our bodies and our minds.

The Solfeggio Scale, a 6-tone scale that was used in Gregorian chants, is tuned to frequencies known to alter mental states and induce a connected sense of spirituality. Certain frequencies encourage different experiential states, such as divinity, balance, and focus. Further research on brainwave entrainment theory, has gathered substantial evidence which shows brain waves corresponding with our mental states influenced by rhythms, pulsations and specific frequencies. Through sound, we can alter our cognitive and emotional states, and bend our sense of reality.

Tomaro’s interest in how sound influenced the way she thought and felt stem back to a childhood memory of when she would listen to certain music. “I would sit exactly between the two speakers and listen to full records, doing nothing else. It was not intentionally meditative, but was a form of meditation.” In high school, she discovered ‘Through An Eastern Window’, and became officially interested in meditation. Listening to music has continued to be an important activity in Tomaro’s life, at home or at concerts. “In the last two years, I’ve taken two formal courses in mindfulness, deepening my meditation practice, and also aware of the breadth of experiences that are related to meditation.” Inspired, yet finding the aesthetic lacking, she decided to create something that resonated with her, the result being ‘practice’ which just began this past summer.

Each noise session features two sets of 25 minutes, guided by a sound artist informed by their own knowledge of the principles of transformative noise, designing soundscapes intended to alter states of consciousness, something Tomaro created strictly out of curiosity. “I often feel things when I am at noise shows and wanted to explore that in a deeper, more meaningful way. I meditate often, and wanted to combine these two powerful elements in my life. I began curating ‘practice’ as a way of exploring the way sound can transform our sense of consciousness.”

Meditation has increased her ability to focus, respond rather than react, be more in the moment, more self aware, feeling a sense of acceptance, calmness, as well as connectedness to others. “I’ve had powerful emotional reactions to meditation, which have helped to improve my ability to focus. Noise also makes meditation more enjoyable, because I find it more engaging and interesting than meditating in silence.”

Tomaro’s intention for ‘Practice’, is to provide a unique immersive experience with the potential to bring participants into the moment, to shift their normal sense of consciousness with an open mind and intention to engage. “I hope each individual can honor their own level of engagement so that it is appropriate for them in a way that is respectful of the space for others. I don’t impose structure on what should happen because it is an experimental event.”

Tomaro discovered NVA while researching resources of the trans community in Montreal for a project in her Masters of Counselling Psychology course. A few trans events last year sparked her interest, and began to follow NVA on Facebook discovering an amazing line up of cultural events. She says ‘Practice’ is always looking to expand and explore different venues, artists, senses. “I’d like to explore harsh noises, as well as a set that uses inaudible frequencies. I’m looking into doing a meditation guided by scent, and a pool meditation might be in order. We’ve talked about using biofeedback, but that’s further down the road.”

« Practice », la série de méditation de Jann Tamaro en 3 parties de Jann Tomaro qui débute en octobre à Never Apart, est une étude des propriétés transcendantales du son. Se servant du bruit pour guider une méditation de groupe, « Practice » explore l’application expérimentale de théories psychoacoustiques comme la cymatique, la musicothérapie, la guérison par le son, la synchronisation cérébrale et la perception de battement binaural.

Des recherches ont démontré que les fréquences sonores peuvent avoir un impact sur des phénomènes physiques au point de transformer la structure de la matière à l’échelle moléculaire. Des guérisseurs par le son, intéressés par la manière dont les vibrations naturelles du corps sont affectées par les fréquences sonores, ont découvert que la physicalité du bruit a le potentiel d’influencer nos corps et nos esprits.

L’échelle de solfège, une échelle à 6 degrés utilisée dans des chants grégoriens, est ajustée à des fréquences connues pour altérer des états mentaux et provoquer un sentiment de spiritualité connecté. Certaines fréquences encouragent différents états expérientiels, comme la divinité, l’équilibre et l’attention. D’autres recherches au sujet de la théorie de synchronisation cérébrale ont recueilli des preuves considérables face à l’existence d’ondes cérébrales correspondant à notre état mental et influencées par des rythmes, des pulsations et des fréquences précises. Grâce aux sons, nous pouvons modifier nos états cognito-émotionnels ainsi qu’altérer notre sens de la réalité.

L’intérêt de Tomaro face à la manière dont les sons influençaient la façon dont elle se sentait ou pensait remonte à un souvenir d’enfance où elle écoutait une musique précise. « Je m’asseyais pile entre deux haut-parleurs et écoutais des albums entiers, sans rien faire d’autre. Ce n’était pas intentionnellement méditatif, mais c’était tout de même une forme de méditation. » À l’école secondaire, elle a découvert le livre « Through An Eastern Window » et s’est officiellement intéressée à la méditation. Écouter de la musique est demeuré une activité importante dans la vie de Tamaro, à la mason et en concert. «Au cours des deux dernières années, j’ai suivi deux cours officiels sur la pleine conscience, l’approfondissement de ma pratique de méditation et une plus grande compréhension de l’étendue d’expériences reliées à la méditation. » Inspirée, mais remarquant un manque d’esthétisme, elle a décidé de créer quelque chose qui trouvait plus de résonance chez elle, soit « practice » qui a débuté l’été dernier.

Chaque séance sonore est constituée de 2 ensembles de 25 minutes guidés par un artiste de son et sa propre connaissance des principes du transformative noise, créant des paysages sonores destinés à modifier les états de conscience, chose que Tomaro a créée strictement par curiosité. « « Je ressens souvent des choses lorsque je suis à des concerts de sons et je souhaitais explorer cela d’une façon plus profonde et significative. Je médite souvent et voulais jumeler ces deux éléments importants de ma vie. J’ai donc commencé à élaborer « practice » comme manière d’explorer comment les sons peuvent transformer notre niveau de conscience. »

La méditation a amélioré sa capacité d’attention, à répondre plutôt que réagir, à vivre plus dans l’instant présent, à mieux se connaître, ainsi qu’à ressentir un sentiment d’acceptation, de calme et de connectivité aux autres. « J’ai eu de puissantes réactions émotives suite à la méditation, ce qui m’a aidée à améliorer ma capacité de concentration. Le bruit rend la méditation plus agréable, parce que c’est selon moi plus engageant et intéressant que de méditer dans le silence complet. »

L’intention de Tomaro face à « practice » est d’offrir une expérience immersive unique, ayant le potentiel d’amener les participants à être dans le moment présent, à modifier leur état de conscience habituel avec un esprit ouvert et l’intention de participer. « Je souhaite que chaque individu puisse respecter son niveau propre d’engagement pour se respecter et respecter l’espace où d’autres sont présents. Je n’impose pas de restrictions face à ce qui doit se passer parce que c’est un événement expérimental. »

Tomaro a découvert NVA en cherchant des ressources pour la communauté trans montréalaise pour un projet de cours de maîtrise en psychologie de l’orientation. Quelques événements trans ont suscité son intérêt et elle commencé à suivre NVA sur Facebook pour y découvrir une programmation exceptionnelle d’événements culturels. Elle explique que « Practice » cherche toujours à prendre de l’expansion et explorer différents locaux, artistes et sens. « J’aimerais explorer des bruits discordants, de même qu’une série qui utilise des fréquences inaudibles. Je me renseigne sur une méditation guidée par les odeurs et il serait peut-être temps pour une piscine de méditation. Nous avons discuté le fait d’utiliser la rétraction biologique, mais ce n’est pas pour tout de suite. »

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.