close

Join Never Apart

close

Tunnel with Jen Reimer and Magnus Tiesenhausen

On May 13th practice, the serial noise meditation at Never Apart, will deviate from its habitual format to introduce a unique listening session of a 50-minute recording titled Tunnel by Jen Reimer and Magnus Tiesenhausen.

About The Set

In late September of 2015, Jen Reimer and Magnus Tiesenhausen stumbled upon an underground concrete enclosure in a construction site in Montreal. Over the course of the next three weeks, they recorded the sounds of their own voices and actions in the tunnel, transformed and influenced by the architectural dimensions of the space.

The tunnel became a mutual meeting place, and the process by which the two would navigate there each night consisted of a complex repeated pattern of recognized landmarks. A beam of light crossing the path, a downed chain link fence, a swamp’s edge: all directional indications. This ritual of recognition inundated the tunnel pieces, becoming a magic decision-making process which formally structured the recordings.


The resonance of the abandoned space served as a type of prosthetic communication, translating the artists’ voices to the plane of reverberation and resonant frequency, and guiding their actions within the space. The absolute darkness within the tunnel reduced the two to sound sources, each movement of their bodies generating ten-second reverberations, from which certain frequencies would surface and linger. The aural artifacts of the space rendered speech incomprehensible. The artists were only able to communicate in relation to the tuned frequencies in constant ricochet. As a result, the compositions materialized in real time. The melodies and harmonies recorded are human explorations of a complex audio world, aleatoric representations of the energy and physicality of the space.


The sound captured by Reimer and Tiesenhausen in September/October 2015 culminated in a fifty-minute piece, simply titled ‘Tunnel’.

About The Artists

Jen Reimer is a sound artist and musician from Alberta, now based in Montréal. She works at matralab, an interdisciplinary research space at Concordia University.

Magnus Tiesenhausen is a sound and installation artist and musician from rural northwestern Alberta. He works as a preparator for art institutions and artist-run centres, and as an assistant technician at ACAD.

Both artists were trained in conservatory piano in their youth. Reimer also learned the french horn. She continued her studies in performance and composition at University of Alberta and Concordia University. Reimer always felt more connected to playing music in reverberant spaces. When she moved to Montréal in 2008 she began searching for these kinds of spaces in the city: metro stations, parking garages and vacant/abandoned buildings. She would frequently visit the rotonda at Square Victoria Métro late at night to play and record. She became inspired by how sustained tones and melodies merged with the transient sounds of the space. She often collaborates with Max Stein (Montréal Sound Map). They began by combining field recordings with french horn to create music for specific environments. Tiesenhausen, in addition to conservatory piano, was taught military rudimental snare drum as a youth. His sound art experimentation was initiated when he first heard A Chance to Cut Is a Chance to Cure by Matmos. This served as his introduction to electronic music as well, and to any kind of queer discourse about body and the abject. After this, he started recording and mixing musique concrète using a Panasonic Walkman and burning CDs of it for his friends.

For Reimer and Tiesenhausen, the Tunnel project is very personal and unfolded naturally, without an initial intention. They had met up to watch the blood moon eclipse one night from the train tracks by Van Horne and Parc. Something about meeting in that space at that time transformed their friendship. At first, they didn’t recognize it as a collaboration; it was just something they suddenly found themselves in. Both were in it, looking around, trying to get bearings and an understanding of what they had found. It felt like forbidden magic: they were following a secret and necessary path marked by intuitive landmarks. The process of making Tunnel had momentum; the energy of listening back to the sounds, and meeting and returning to the space became a self-powering cycle of inspiration. The way each sang and generated sound became a new way of communicating with one another, transformed and augmented by the architectural specifications of the Tunnel. The cyclical methods and recurrent themes and the symbology they developed to make sense of their experience also influenced how they performed and later contributed to the structure of the piece. Each had art, sound, and theory inspirations that they brought to the work, but the main impetus for the work was the experience of just stumbling onto something really special and trying to respect and care for it.

There is hope that in experiencing this recording with others, something of the magic can transfer over.

Reimer and Tiesenhausen have been holding listening sessions for this work over the past year, including two at matralab, one at Franz Kaka in Toronto, and one at the Banff Centre. Aside from that, they’ve begun working on another collaborative piece, which is at the mixing/mastering stage at this moment and are looking forward to its release.

Reimer has also been working on a project with Max Stein called ‘Sounding the City’ in Montreal. They have a few upcoming events related to this project as well as other performances and exhibitions.

Le 13 mai à Never Apart, la série de méditation sonore Practice s’éloigne de son format habituel pour vous offrir une séance d’écoute unique, où sera présenté un enregistrement d’une durée de 50 minutes créé par Jen Reimer et Magnus Tiesenhausen et intitulé Tunnel.

À propos de l’enregistrement

Vers la fin de septembre 2015, Jen Reimer et Magnus Tiesenhausen ont découvert par hasard une enceinte de béton souterraine sur un chantier de construction montréalais. Au cours des trois semaines qui ont suivi, ils ont enregistré les sons créés par leurs gestes et leurs voix, transformés et influencés dans le tunnel par les dimensions architecturales du lieu.

Le tunnel est devenu un lieu de rencontre de Reimer et Tiesenhausen, et le processus par lequel ces derniers y naviguaient chaque soir consiste en un modèle complexe de points de repère : un faisceau de lumière traversant le chemin, une clôture de métal affaissée, les bords d’un marais — toutes des indications directionnelles. Ce rituel de reconnaissance a inondé les parties du tunnel, devenant un processus de décision magique qui a formellement structuré les enregistrements.


La résonance de cet espace abandonné a servi d’une sorte de communication prophétique, traduisant les voix des artistes au niveau de réverbération et de fréquence de résonance et guidant leurs actions dans l’espace. Face à l’obscurité absolue de l’intérieur du tunnel, Reimer et Tiesenhausen ont été réduits à des sources sonores ; chaque mouvement de leur corps générait des réverbérations de 10 secondes, desquelles certaines fréquences émergeaient et se réverbéraient. Les vestiges auditifs de l’espace rendaient la parole incompréhensible. Les artistes ne pouvaient communiquer qu’en relation aux fréquences syntonisées en ricochet. Par conséquent, les morceaux se sont matérialisés en temps réel. Les mélodies et les harmonies enregistrées sont des explorations humaines d’un monde auditif complexe et des représentations aléatoires de l’énergie et de la physicalité du lieu. 


Les sons captés par Reimer et Tiesenhausen en septembre-octobre 2015 résultent en un morceau de 50 minutes, simplement intitulée Tunnel.

À propos des artistes

Jen Reimer est une musicienne et artiste sonore originaire de l’Alberta qui vit maintenant à Montréal. Dans ses temps libres, Reimer aime se promener dans la ville et découvrir de nouveaux endroits. Elle travaille à Matralab, un espace de recherche interdisciplinaire à l’université Concordia.

Doté d’incroyables cheveux noirs gominés, Magnus Tiesenhausen est un musicien, un artiste sonore et un artiste de montage originaire d’une collectivité rurale du nord-ouest de l’Alberta. Dans ses temps libres, il travaille comme préparateur pour des institutions d’art et des centres dirigés par des artistes, ainsi qu’en tant que technicien-assistant à l’ACAD.

Durant leur enfance, les deux ont été formés en piano de conservatoire. Reimer a également appris à jouer du cor. Elle a continué ses études en interprétation et composition à l’université de l’Alberta et l’université Concordia. Reimer s’est toujours senti une affinité pour jouer de la musique dans des espaces réverbérants. Après son arrivée à Montréal en 2008, elle s’est mise à la recherche de tels espaces dans la métropole : des stations de métro, des stationnements et des immeubles abandonnés. Elle visitait régulièrement la rotonde du métro Square Victoria tard le soir pour y jouer et y faire des enregistrements. Elle est devenue inspirée par la manière dont les mélodies et les tons soutenus se mêlaient aux sons transitoires de l’espace. Elle collabore fréquemment avec Max Stein (Montréal Sound Map) ; ils ont commencé à jumeler le cor à des enregistrements sur le terrain pour créer de la musique pour des environnements précis. Tiesenhausen a également appris la caisse claire militaire durant son enfance. Une première écoute de A Chance to Cut Is a Chance to Cure par Matmos a inspiré ses premiers pas vers l’art sonore, en plus d’être son introduction à la musique électronique et à toute sorte de dialogue queer axé sur le corps et l’abject. En réponse à ceci, il a commencé à enregistrer et à mixer de la musique concrète à l’aide d’un Walkman Panasonic pour ensuite en graver des copies destinées à ses amis.

Pour Reimer et Tiesenhausen, Tunnel est un projet très personnel qui s’est développé naturellement et sans intention initiale. Ils s’étaient rejoints un soir aux voies ferrées situées près de Van Horne et Parc pour observer une éclipse lunaire totale. S’être rejoint à cet endroit à ce moment précis a transformé leur amitié. Ils n’ont pas tout de suite reconnu cette expérience comme une collaboration ; c’était tout simplement un lieu où ils s’étaient soudainement retrouvés. Ils s’y trouvaient tous les deux, essayaient de s’orienter et cherchaient à comprendre ce qu’ils avaient découvert. Ils suivaient un chemin clandestin et nécessaire marqué par des repères innés, comme une magie interdite. Le processus de création de Tunnel était dynamique : l’énergie produite par l’écoute des sons et le retour au tunnel sont devenus un cycle d’inspiration autonome. La manière dont ils chantaient et généraient des sons est devenue une nouvelle façon de communiquer entre eux, transformée et accentuée par les spécificités architecturales du tunnel. Les méthodes cycliques, les thèmes récurrents et la symbologie qu’ils ont développés pour comprendre leur expérience ont également influencé leurs performances et ont ensuite contribué à la structure du morceau. Chacun a apporté ses inspirations artistiques, sonores et théoriques au projet, mais le moteur principal de cette œuvre était l’expérience même de tomber sur quelque chose de très spécial, de le traiter avec respect et d’en prendre soin.

Ils ont bon espoir qu’en faisant l’expérience de cet enregistrement avec d’autres personnes, un brin de cette magie peut être partagé.

Reimer et Tiesenhausen ont mené des séances d’écoute de Tunnel au cours de la dernière année, dont deux à Matralab, une à Franz Kaka (Toronto) et une au Banff Centre. De plus, ils ont commencé à travailler sur une nouvelle collaboration qui est actuellement à l’étape du mixage et du mastering et qu’ils sont impatients de lancer.

Reimer collabore à l’heure actuelle avec Max Stein sur un projet intitulé Sounding the City. Ils prévoient quelques événements futurs reliés à ce projet, ainsi que d’autres performances et expositions.

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.