close

Joignez-vous à Never Apart

close

Entrevue NVA: Phran parle de la scène musicale de Barcelone, ses racines latines et son penchant pour les collaborations

Écrit par

Leticia Trandafir
février 8th, 2020

J’ai appris à mieux connaître Francisco Mejía, alias Phran, au cours de l’année dernière. Je lui ai rendu visite à Barcelone en novembre dernier alors que j’étais en tournée et je l’ai accueilli cette fois-ci chez moi pour son premier set à Montréal à Igloofest sur la scène présentée par NVA.

J’ai pu découvrir non seulement l’amour du producteur pour le «digging» de vinyles, l’implication communautaire et les talents de production, mais aussi son esprit positif, sa chaleur humaine et sa curiosité sans limite pour ses collègues musicien·n·e·s. Les influences éclectiques de Phran – qui découlent à la fois de ses racines vénézuéliennes et de ses liens avec diverses scènes européennes – tracent un chemin unique qui tisse des liens entre les musiques latines et rave.

Découvrez cet artiste singulier et prenez bonne note de ses recommandations à Barcelone, car il est sans aucun doute une figure clé de la relève actuelle de la ville.

Comment as-tu débuté dans la musique ?

Quand j’étais enfant, mes cousins plus âgés enregistraient des mixtapes sur des cassettes pour moi avec toutes sortes de musiques qu’ils aimaient, cela m’a complètement époustouflé. J’adorais tout ce qui concernait la réalisation de mixtapes, l’écriture de la tracklist à la main, la réalisation d’une pochette avec des dessins bruts. C’est ainsi que j’ai commencé à faire des cassettes mixtapes maison comme un collage de musique pour mes amis à l’école, à partir d’enregistrements d’émissions de radio, de publicités et d’extraits de voix ici et là. J’ai commencé à faire de la musique plus tard, mais cette expérience résonne encore dans mon travail.

J’ai appris à faire de la musique grâce à des amis qui ont été mes mentors, comme Cardopusher, Jimmy Flamante, Pocz et bien d’autres dans ma ville natale de Caracas.

Tu es né au Venezuela, puis tu as déménagé à Barcelone. Comment ton pays d’origine a-t-il influencé ta musique ?

L’influence de grandir au Venezuela et en Amérique latine m’accompagne dans tout ce que je fais. Elle est parfois très évidente, comme avec notre label Elefandes, qui se concentre sur des mixtapes rares d’influence latine, ou avec l’émission de radio Latino Body que j’ai réalisée avec Sano. Mais même quand je travaille sur des morceaux sous le nom Phran, comme un morceau de type électro ou rave, j’ai tendance à pencher vers une combinaison avec une sorte d’élément percussif tropical, de sample ou de rythme, j’aime vraiment le croisement de ces styles.

Qu’en est-il de Barcelone, en quoi le fait de déménager dans cette ville a-t-il changé ou ajouté à ton parcours musical ?

Barcelone est une ville multiculturelle et c’est très inspirant. C’est une ville qui présente de nombreux défis pour les travailleurs et les artistes indépendants, mais aussi de nombreuses bénédictions comme le climat, la nourriture et une scène musicale underground très vivante.

À quoi ressemble la scène dans cette ville ?

En termes de découverte musicales, c’est incroyable. Avoir des magasins de disques comme Discos Paradiso, Lost Tracks, Subwax, Rhythm Control, Ultra Local, Dead Moon Records, Wah Wah Records, entre autres, est une opportunité incroyable.

Pouvoir aussi aller dans des festivals et des clubs comme Moog (qui est ouvert tous les jours de la semaine), LAUT, Razzmatazz, Apolo, Red58, Nica—c’est cool, et ce serait encore plus cool si plus de petits clubs avec des systèmes de son décents ouvraient. Il y a aussi des équipes indépendantes qui organisent des événements D.I.Y. underground comme Dublab.es Radio, Curva Imposible, Oráculo, Conjunto Vacio, El Pumarejo, Lapsus, the Anomia Label & Actions, Ameba al Parc—qui font des fêtes en plein air—les Peneda Geres Ambient Sessions, LowKey Moves, Magia Roja, El Hangar, et d’autres encore présentent d’autres types d’expériences et sont totalement différentes de ce que j’ai pu voir et entendre au Venezuela.

Je pense qu’il y a beaucoup de mini-scènes différentes au sein de la scène, et cela la rend très fertile, diverse. C’est vraiment inspirant et il y a beaucoup de talent, d’engagement et d’authenticité chez beaucoup de DJs et de producteur·e·s. Il y a de nombreux labels comme Oráculo, Hivern, CEE Shephards, Hooded Records, Rhythm Control, Anomia, Pharaway, Subwax, Cimawax, Shaddock, Animah, Canela En Surco, Urpa i Musell, Classicworks, Magia Roja, et bien d’autres, sans parler de tous les autres labels et artistes de Madrid, du Pays Basque, d’Andalousie et de toute la péninsule ibérique qui ont des liens étroits avec Barcelone.

Tu as deux alias solo, Phran et Dj Phidias, en quoi sont-ils différents l’un de l’autre?

Phran est le pseudonyme que j’utilise pour la plupart de mes travaux en solo. Un jour, j’ai fait un mix de salsa pour notre label de cassettes Elefandes et je pensais à un nom pour celui-ci. C’est alors que je suis tombé sur l’histoire de Phidias Danilo Escalona, qui était un incroyable DJ et animateur de radio au Venezuela et en République dominicaine, et qui aurait inventé le nom «Salsa» pour ce genre de musique dans les années 70, alors j’ai décidé de nommer cette cassette Dj Phidias « Salsa Tips » pour rendre hommage à son héritage. J’ai ensuite commencé à utiliser le nom de Dj Phidias pour les œuvres à la sonorité plus latine.

Parles-nous de People You May Know, ton projet avec Ylia.

Ylia est une productrice et une DJ incroyable, issue de la scène rave et breaks du sud de l’Espagne. Il y a quelques années, elle a déménagé à Barcelone et nous avons commencé à jammer ensemble. C’est ainsi que notre premier EP « One Hand Clap » (Hooded Records, 2018) a vu le jour. Nous jouons maintenant en live et nous terminons notre prochain EP. Le groupe a évolué vers une sorte de live au tempo plus rapide, de type rave acide, mais c’est en fait un projet polyvalent qui peut aussi prendre différentes directions, comme lorsque nous travaillons avec l’ancien chanteur de flamenco Niño de Elche sur un projet live hybride flamenco & rave. Nous nous amusons donc beaucoup et sommes impatients de présenter notre prochaine sortie.

Et qu’en est-il de Dos Ritmos, votre projet avec Luca Lozano ?

Dos Ritmos s’inspire de la musique à base de percussions, ainsi que de la rave. Par exemple, en combinant des tambours Nyabingui de Jamaïque ou Barlovento Tambores du Venezuela avec des boîtes à rythmes comme un Roland 707 ou un Casio RZ1 pour créer des «DJ tools» originaux, avec une touche hypnotique ou tribale. Notre premier EP est sorti l’année dernière sur Klasse Wrecks. Et je suis impatient de présenter Dos Ritmos en live un de ces jours. Travailler avec Luca Lozano et Klasse, c’est toujours cool.

Tu as de multiples collaborations, comment abordes-tu le travail avec d’autres artistes ?

Chaque expérience est différente, mais j’en parlais avec Priori l’autre jour et l’une des choses les plus agréables quand on a des collaborations différentes, c’est qu’on apprend toujours quelque chose de nouveau les un·e·s des autres et c’est une expérience de croissance qui s’inspire mutuellement. Une collabo vous emmène généralement vers de nouveaux territoires qui sont au-delà de ce que les parties individuelles pourraient atteindre si elles ne travaillaient qu’en solo. J’adore ces résultats inexplorés et inattendus du travail de groupe. Je ressens également un sentiment de communauté et je crois que les scènes se renforcent grâce aux collab.

Par exemple, maintenant que je travaille sur le EP d’IVAN (avec Ivy Barkakati), nous explorons la possibilité de créer des morceaux avec des paroles plutôt que des «tools» de DJ instrumentaux, et sortir de notre zone de confort pour créer quelque chose comme ça est très transformateur.

Tu as un label de cassettes Elefandes, quelle est l’idée derrière ce label et comment choisis-tu les sorties?

Il y a quelques années, j’ai rencontré Dj Qrichi, qui m’a gentiment invité à jouer un set de Changa Tuki (une forme de ghetto house tropical vénézuélien) lors d’une de ses soirées Eck Echo à Berlin. Ses soirées combinent diverses formes de musique de danse latine comme la Cumbia, le Champeta, le Panama Reggae, le Dembow et les sons andins Downtempo avec l’électronique, la house, le UK garage, et plus encore, et ça marche.

Nous sommes donc devenus amis et avons décidé de créer un petit label de cassettes de mixtapes latines thématiques. Par exemple, Elefandes 001 est le «salsa mix» de Dj Phidias, 002 est un cours de maître de musique péruvienne de DjQrich, 003 est un voyage downtempo andin équatorien de Quixosis, et 004 est un mélange d’ode tropical au passé par Coco Maria.

C’est un projet que nous faisons surtout pour le plaisir, mais nous sommes satisfaits de l’accueil qu’il a reçu et d’autres cassettes sont en cours de réalisation. Nous aimons demander aux DJ ou aux producteurs que nous aimons de créer quelque chose de spécial et d’unique qui vaille la peine d’être diffusé sur cassette, pour de petites sorties limitées.

Comment tu prépares-tu pour une performance de DJ ? Où trouvez-tu ta musique, et comment l’organises-tu?

J’aime jouer de la nouvelle musique de la scène underground de Barcelone dont je fais partie, parce qu’il y a beaucoup de musique cool qui y est faite. J’aime aussi digger des disques chaque fois que je le peux, même si souvent je finis par numériser le vinyle.

Dernièrement, je me suis mis à échantillonner et à remixer de vieux trucs latins de la fin des années 80 et du début des années 90 pour les rendre plus fonctionnels pour le club. C’est quelque chose que j’ai appris de Sano, en faisant les émissions de Latino Body Radio ensemble. J’applique maintenant ces techniques d’échantillonnage et de remixage à de vieux morceaux de rave qui auraient besoin d’être modifiés. Je ne publie pas de «edits», mais j’aime les créer pour mes propres sets.

Plus récemment, je me suis également lancé dans le e-digging à Bandcamp. Il y a tellement de bonne musique là-bas.

J’organise ma musique dans des dossiers grosso modo par noms de style comme Slow Rave (y compris l’ambient et les trucs à tempo lent), Rave (y compris l’acid, l’électro, la house et les trucs rapides), Musique de Jour, Musique de Nuit, aussi Latino Body Music, mais ensuite, selon la situation, parfois j’aime juste regarder les morceaux par tempo et créer un voyage original indépendamment des styles.

Quels sont tes projets pour 2020?

Je suis très enthousiaste pour cette année. Je viens de jouer pour la première fois à l’Igloofest de Montréal, à -20°C ou -30°C, sous la neige, et c’était une façon incroyable de commencer l’année. Je suis resté un peu à Montréal et j’ai pu découvrir la scène underground, passer par les studios de la radio n10.as, collaborer avec quelques producteurs locaux étonnants comme Priori et Daniel Rincon entre autres. J’ai donc hâte de revenir bientôt dans cette ville inspirante avec une scène aussi vivante.

Cette année, je vais sortir une nouvelle musique de People You May Know (nous présentons également un nouveau live au Sonar Festival), un nouveau disque de chansons d’IVAN, et je travaille sur de nouvelles musiques comme Phran et Dj Phidias.

Suivez Phran sur SoundCloud, Instagram, Facebook et Twitter.

Photos par Marttu 

Voir les commentaires

Sans commentaires (Cacher)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un *.
Votre adresse email ne sera pas publiée.