close

Join Never Apart

close

Emilie Payeur: Lost in Listening

Written by

Mikela Jay
March 16th, 2017

Sound meditation can easily be compared to what French electro-acoustic pioneer Pierre Schaeffer refers to as ‘écoute réduite’, listening to a sound for itself without searching for its cause. As an experimental composer and musician, Emilie Payeur feels this is exactly how she works and creates, using sounds from everyday life for their textures and what she calls their plastic qualities. “It is a bit like when you sit relaxed in your living room or when you take a bath and your apartment is quiet. You start noticing every little sound you wouldn’t have noticed during a frenetic day, you lose yourself in the action of listening.” Participants can experience becoming lost in sounds created by Payeur as one of two guest practitioners at NVA for the next round of ‘Practice’ sound meditations this upcoming March 18, followed by Matthieu Stinnis on March 25.

Montreal-based multidisciplinary artist Émilie Payeur, who specializes in visual arts, music, and performance, presents works steeped in the influence of the abstract movements of the 20th century, the psychedelic art of the 60’s, experimental cinema, as well as surrealism. Her compositions have been performed throughout the world, in festivals and other musical events. She has received several awards, most notably winning at the prestigious 2009 Bourges competition, in France. She is also a member of noise trio ‘Dead Squirrels’, experimental music label and collective ‘Kohlenstoff Records’, as well as experimental ensemble ‘Projet K’.

“My practice is primarily in experimental music, performance, installation and painting,” shares Payeur. “By isolating and appropriating elements of an experienced or imagined situation I try to confront and entrap the audience by staging a replicated reality often exaggerated, distorted, merely suggested or sometimes even hidden. It results in a disparity revealing a different reality. The tension, discomfort, voyeurism and manipulation are very important in my work, both in the creative process and in the work itself. If we usually attempt to avoid negative emotions, in my work I seek instead to compel the viewer to confront them because I feel they are loaded with intensity and therefore have the potential to provide a striking experience. On the other hand, I try to renew the way of presenting experimental music, relying on a certain theatricality.”

Payeur first met noise series creator Jann Tomaro during a show at the 820 Plaza while she was playing with Dead Squirrels on a summer night last year. “Jann came with one her friends I know and have worked with, Jeremy Young. He introduced me to her that night, and she asked if I would be interested in being part of the workshop series. I said, yes, of course!” Although new to the NVA environment she’s excited to present her work in the venue for the first time, stating she’s heard of the organization and knows it to be a very cool and hip place. “There will be two sets. Both will be very minimal and based on sounds from everyday life. For one of them I will place two microphones in the space to record the room tone to make short loops. Little accidents might happen if we are lucky. At first, it would be hard to distinguish the loops from the room tone itself, but by adding new layers, people will start to notice the process. I like that idea, because in a way it is a meditation about sounds that are already around us, occurring at the same time as the event. It’s a meditation on the present time. By listening to this collection of small moments, the listener pays attention to the little sound events that would usually be unnoticed. Some sound objects, such as a mechanical alarm clock and a radio, will also be placed in the space so I can use their sounds too. For the other set, I will use an old telephone, the DTMF tones, to create a minimal drone-like ambiance that evolves very slowly. As you can see, both sets revolve around everyday life. There is something I find particularly fascinating in those sounds.”

Payeur says she has been incorporating telephones and the use of their sounds for a while, even producing an album almost exclusively based on that object (‘Deadline’, on Kohlenstoff Records in 2016). “I have tons of ideas revolving around the use of the telephone so I am happy to use it in that context. There is one long-term project I am particularly thrilled about. It will consist of a sound performance in which I will use old telephones to generate tones or noises, old tape answering machines and everything related to communication technologies.”

‘Practice’ is an investigation of the capability of sound to induce different transcendental states of awareness and being through a series of noise sets, exploring the experiential application of theories underpinning the transformational properties of sound, such as cymatics, music therapy, sound healing, brain entrainment, and binaural-beat perception. Each session features a noise artist, creating an immersive experience intended to bend consciousness. Listeners are encouraged to embrace a receptive, meditative attitude during sets. Yoga mats will be available to use, and listeners are invited to bring their own cusions if they please. Payeur’s advice for both those familiar of the benefits and potentials with sound meditation, as well as those new to the concept, is “to simply close your eyes and listen to the sounds as they are.”

Emilie Payeur: Se perdre dans l’écoute

La méditation sonore peut facilement être comparée à ce que le pionnier français de la musique électroacoustique Pierre Schaeffer appelle l’écoute réduite, soit l’écoute d’un son sans en chercher la cause. En tant que musicienne et compositrice expérimentale, Émilie Payeur y reconnait la façon dont elle travaille et crée en utilisant des sons de la vie quotidienne pour leurs textures et ce qu’elle décrit comme leurs qualités plastiques. « C’est un peu comme lorsqu’on s’assoit relax dans son salon ou qu’on prend un bain et que son appartement est silencieux. On se met à remarquer tous les petits sons qu’on n’aurait pas entendus dans notre quotidien animé. On se perd dans l’écoute. » Les participants pourront en effet se perdre dans l’écoute des sons créés par Payeur lors de la prochaine édition de Practice à NVA ce 18 mars. Pour sa part, Matthieu Stinnis mènera l’exploration sonore du 25 mars.

L’artiste multidisciplinaire montréalaise Émilie Payeur, qui se spécialise en arts visuels, en musique et en performance, présente des œuvres influencées par les mouvements abstraits du 20e siècle, l’art psychédélique des années 60, le cinéma expérimental, ainsi que le surréalisme. Ses compositions ont été présentées à travers le monde, dans des festivals et d’autres événements musicaux. Elle a reçu plusieurs prix, dont un au prestigieux concours international de musique électroacoustique de Bourges en 2009. Elle fait également partie du trio sonore Dead Squirrels, du collectif et label de musique expérimentale Kohlenstoff Records et de l’ensemble expérimental Projet K.

« Ma pratique est faite principalement de performance, d’installation, de peinture et de musique expérimentales, »explique Payeur. « En isolant et m’appropriant des éléments d’une situation vécue ou imaginée, j’essaie de confronter et de piéger le public en mettant en scène une réalité reproduite qui est souvent exagérée, déformée, simplement suggérée et parfois même cachée. Cela donne lieu à une disparité qui révèle une réalité autre. La tension, l’inconfort, le voyeurisme et la manipulation sont des éléments importants de mon travail, autant dans mon processus créatif que dans l’œuvre même. Alors que nous tentons généralement d’éviter les émotions négatives, je cherche plutôt à pousser le spectateur à leur faire face parce que je crois qu’elles sont chargées d’intensité et ont, par conséquent, le potentiel de susciter une expérience marquante. D’autre part, j’essaie de renouveler la façon de présenter la musique expérimentale, en misant sur une certaine théâtralité. »

Payeur a fait la rencontre de la créatrice de la série sonore Jann Tomaro lors d’un spectacle des Dead Squirrels au 820 Plaza un soir de l’été dernier. « Jann est venue avec son ami Jeremy Young, que je connais et avec qui j’ai déjà collaboré. Il nous a présentées et Jann m’a demandé si j’aimerais contribuer à la série d’ateliers. J’ai accepté sur-le-champ ! » Payeur a hâte de présenter ses œuvres à NVA pour la toute première fois ; elle a entendu parler de l’organisation et sait que c’est un endroit très cool et branché. « Il y aura deux sets qui seront très minimalistes et basés sur les sons de la vie quotidienne. Pour un des sets, je placerai deux microphones dans l’espace NVA pour enregistrer le son de la salle de manière à créer de courtes boucles sonores. Si nous avons de la chance, des petits accidents se produiront peut-être. Il sera d’abord difficile de distinguer les boucles du son de la salle, mais en ajoutant de nouveaux niveaux, les gens commenceront à remarquer le processus. J’aime cette idée, parce que d’une certaine façon c’est une méditation sur les sons qui nous entourent déjà et qui surviennent en même temps que l’événement. C’est une méditation sur le moment présent. En écoutant cette collection de petits moments, les auditeurs prêtent attention aux petits événements sonores qui passeraient normalement inaperçus. Quelques objets sonores, comme une alarme de réveil et une radio seront également places dans l’espace et je pourrai utiliser leurs sons. Pour le second set, je me servirai d’un vieux téléphone, de sons DTMF, pour créer une ambiance de léger bourdonnement qui évoluera très doucement. Comme vous pouvez le voir, les deux sets tournent autour de la vie courante. Ces sons me paraissent particulièrement fascinants. »

Payeur raconte qu’elle incorpore des téléphones et l’utilisation de leurs sons depuis un bon moment, produisant même un album basé quasi exclusivement sur cet objet (Deadline sur Kohlenstoff Records en 2016). « J’ai énormément d’idées centrées sur l’utilisation du téléphone, je suis donc heureuse de m’en servir dans ce contexte. Il y a un projet à long terme qui m’enthousiasme vraiment et qui consiste en une performance sonore durant laquelle je me servirai de vieux appareils téléphoniques pour générer des tonalités ou des bruits, de vieux répondeurs à bandes et de tout ce qui a trait aux technologies de communication. »

À l’aide d’une série de sets sonores, Practice se penche sur la capacité du son à inciter certains états transcendants de conscience et d’expérience et ce, en explorant l’application expérimentale de théories psychoacoustiques, la cymatique, la musicothérapie, la guérison par le son, l’entraînement cérébral et la perception de rythmes binauraux.

Chaque session est guidée par un artiste sonore qui crée une expérience immersive destinée à altérer les états de conscience.
On encourage les auditeurs à adopter une attitude réceptive et méditative durant les sets. Des tapis de yoga seront mis à disposition de tous et les auditeurs sont libres d’apporter leurs propres coussins s’ils le souhaitent. Le conseil que Payeur donne aux novices est le même qu’elle donne à ceux qui connaissent les bienfaits et les potentiels de la méditation sonore : « fermez simplement les yeux et écoutez les sons tels qu’ils sont. »

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.