close

Join Never Apart

close

Interview: Miss Guy

Written by

Michael Venus
February 15th, 2016

Miss Guy came out of the drag and club scene in New York City in the late eighties who through the 90’s became even more notorious with his/her punk rock band The Toilet Boys. Guy continue to keep NYC cool through music, style and performance. We still down and chat with this underground hero who continues to defy gender norms and gentrification!

 You recently had a reunion show with the Toilet Boys. How did that go and tell us a little about the band.  

Yes, we had two shows on the same night. We only intended to do the one show but it sold out so we added a second late show. It was great fun. I love playing two shows in a night. We hadn’t done that in a really long time. We had people fly in from all over the country to see us, so that was really cool. It makes me happy that people still care.

What else has been keeping you busy in NYC?

I DJ quite a bit and so that keeps me fairly busy. I started getting serious about photography, a lifelong hobby, over the summer of 2015 and that’s been keeping me busy. I try to do at least one or two shoots a week. I had a few photos in a group art show in December and two sold so that was exciting for me since it was my first time showing my work. I’m working on a solo show for this summer.

Everyone talks about how Manhattan has changed over the past few years with gentrification. What are some of things that are still great about the “Big Apple”?

That’s true and sadly, it’s happening everywhere. I was in London recently and noticed very similar things happening there that are happening in New York. But I still love New York. I like the diversity of people here and just really love walking around the streets of Manhattan. I’ve lived here a long time and I still get excited sometimes when I’m walking down the street, like wow I live in New York City. It’s like the feeling I had when I first moved here.

You have collaborated with some great folks- tell us some of your favourite artists you’ve worked with.

Well, working with Debbie Harry and Boy George are probably my two favorite singers ever doing creative projects with them is a thrill. I’ve also worked with some incredibly talented musicians over the years and that’s really great. People like Barb Morrison, Charles Neiland, Matt Katz-Bohen and Mike Greco to name a few. And of course doing stuff with my band is still very exciting to me. Doing a Toilet Boys show and being onstage with Sean is the best. We have a good time together on that stage.

Over your career you have been involved in the club and drag scene and consistently defy gender norms. Your name alone breaks those rules. Tell us about gender bending and why you do not fit into the prescribed gender.

I’ve always been fascinated with make up and flashy clothes and hair but more in the rock’n’roll sense. I never thought about being a drag queen when I was a kid but I had dreams of playing in a rock band. When I moved to New York I met Matthew Kasten and all the Boy Bar Beauties and really loved what they were doing every week in their shows. Matthew asked me if I’d like to perform sometime and I thought it’d be a great way to get on a stage. I was nervous as hell but I did it! I had a blast working with them for a while and I learned so much about performing from them. I learned more from being in those Boy Bar productions than I ever did in high school. Obviously I use visuals with the way I present myself that are more female and that’s because I find glamorous women exciting. I have no interest in presenting myself like some plain, boring man. That being said, I am happy being a man and don’t have any interest in living as a woman. I’ve always been in touch with the feminine side of who I am. And I love how I can transform myself with make up. Did that answer your question? Haha. But seriously, it’s fun fucking with the notion of gender.

Last year you participated in the Colour By Icons project. Who did you colour in and why are they important to Queer history?

I did Leigh Bowery. He was the most outrageous person in the history of everything as far as I’m concerned and that’s important to queer history because outrageousness is what being queer is all about to me. I don’t like the way younger gays just want to fit in with the average person. That’s boring to me.

What drew you to the project and why is this colouring book important in 2016?

I thought it was a really cool idea and when I was a child I loved coloring in my coloring books and had tons of them. I was happy to be included in this project because it’s an unusual way of paying homage to all those trailblazers.

Why have queers always been such innovators of style, art, music and culture?

I have no idea. I’d say everybody is different so there’s no way of saying why. But I think that it might have something to do with the fact that there is a kind of ‘no fear’ attitude that makes people just go for it. I think it comes from a certain bravery that maybe the average Joe might not have. You have to be brave to be an artist. It takes guts.

What can we expect from the future?

Hopefully more brave artists.

How has David Bowie influenced you and why was he such an inspirational artist?

He was one of my very first favorites as a child. Basically it was Cher, Elton John and Bowie, in that order. KISS was also an early life changing influence on me. But Bowie didn’t seem human to me. Cher, Elton and KISS seemed like glamorous stars that knew how to entertain whereas Bowie literally seemed otherworldly. He was the most beautiful and talented rock star ever to me. He really had it all. He inspired all my favorite artists that came after him. I think it goes back to his talent. He was a brilliant songwriter. His bravery was astounding when you think of his level of outrageousness and especially for the times. I think that was why he inspired so many people too. He never seemed afraid to try something, anything. You can’t say that about too many artists.

Website

Entrevue de Miss Guy par Never Apart

Miss Guy émergea des sphères club et drag de la ville de New York City durant la fin des années 80 et gagna en notoriété durant les années 90 avec son groupe punk rock The Toilet Boys. Guy continue de garder New York dans le vent à travers sa musique, son style et ses prestations. Nous nous sommes entretenus avec ce héros underground qui continue de défier les normes de genre et la gentrification!

Vous avez récemment fait un concert de retrouvailles avec les Toilet Boys. Comment les choses se sont-elles passé et parlez-nous un peu du groupe?

Oui, nous avons donné deux spectacles le même soir. Nous avions l’intention de n’en faire qu’un, mais les billets ont tous été vendu, alors nous avons ajouté une représentation. Ça a été super, j’adore donner deux spectacles de suite, nous ne l’avions pas fait depuis très longtemps. Des gens sont venus de partout au pays pour nous voir, c’était vraiment chouette. Ça me rend très heureux de savoir les gens encore intéressés par ce qu’on fait.

Quelles autres activités vous tiennent occupé à New York?

Je me produis beaucoup en tant que DJ, alors ça occupe une bonne partie de mon temps. J’ai commencé à prendre la photographie, un passe-temps de longue date, beaucoup plus au sérieux durant l’été 2015 et ça me tient occupé. J’essaie de faire au moins une ou deux séances photo par semaine. Quelques-uns de mes photographies ont été montrées dans une exposition collective en décembre et deux ont été vendues; c’était très excitant puisque c’était la première fois que je présentais mes oeuvres. Je travaille sur une exposition solo pour l’été.

Tout le monde parle de la façon dont Manhattan a changé au cours des dernières années avec le phénomène de gentrification. Qu’est-ce qui vous plaît encore de la “Grosse Pomme”?

C’est exact et malheureusement, ça se passe partout. J’étais récemment à Londres et ai pu remarqué qu’il s’y passait le même genre de changements, tout comme à New York. Mais j’aime quand même New York. J’aime la diversité culturelle qu’on y trouve et j’aime vraiment déambuler dans les rues de Manhattan. J’ai vécu ici très longtemps et parfois je m’emballe encore quand je marche dans la rue, du style: Wow je vis à New York! C’est le même sentiment que j’avais à mon arrivée.

Vous avez collaboré avec des gens formidables. Parlez-nous de vos collaborateurs préférés.

Et bien, collaborer sur des projets créatifs avec Debbie Harry et avec Boy George, qui sont probablement deux de mes chanteurs préférés à vie, est palpitant. Au cours des années, j’ai également travaillé avec des gens bourrés de talent et c’est fantastique. Des personnes comme Barb Morrison, Charles Neiland, Matt Katz-Bohen et Mike Greco, pour ne nommer que ceux-là. Bien sûr, faire des trucs avec mon groupe demeure encore très excitant pour moi. Donner un spectacle de Toilet Boys est génial et il n’y a rien de tel que d’être sur scène avec Sean Nous avons énormément de plaisir.

Durant l’ensemble de votre carrière, vous vous êtes impliqué dans les  sphères club et drag et avez constamment défié les normes de genre. Votre nom à lui seul bafoue ces règles. Parlez-nous de l’expérimentation avec les notions de genre et pourquoi vous n’entrez pas dans le moule.

J’ai toujours été fasciné par le maquillage, la coiffure et les tenues tape-à-l’oeil, mais surtout d’un point de vue rock’n’roll. Enfant, je n’ai jamais pensé à devenir une drag queen, mais je rêvais de faire partie d’un groupe de rock. Quand je me suis établi à New York, j’ai rencontré Matthew Kasten et toutes les Boy Bar Beauties et j’ai adoré ce qu’ils faisaient chaque semaine durant leurs spectacles. Matthew m’a demandé si j’aimerais un jour m’y produire et j’ai pensé que c’était une excellent façon de monter sur scène. J’étais nerveux à en mourir, mais je l’ai fait! Je me suis amusé à fond à travailler avant eux pendant un temps et j’en ai énormément appris sur l’art du spectacle. J’ai plus appris en étant dans ces productions Boy Bar que durant toutes mes études secondaires. Évidemment, je me sers de visuels plus féminins dans la façon dont je me représente et la raison est que je trouve les femmes glamour excitantes. Me présenter comme un homme ennuyeux et ordinaire ne m’intéresse pas du tout. Cela dit, je suis heureux en tant qu’homme et je ne veux pas vivre en temps que femme. J’ai toujours été en contact avec mon côté féminin. Et j’adore la façon dont je peux me transformer avec du maquillage. Est-ce que ça répond à votre question? Haha. Mais, sérieusement, c’est le pied de se foutre des notions de genre.

L’an dernier vous avez participé au projet Colour By Icons. Qui avez-vous coloré et pourquoi est-il ou est-elle important à l’histoire queer?

J’ai fait Leigh Bowery. En ce qui me concerne, il était la personne la plus scandaleuse de tous les temps et c’est important à l’histoire queer parce que selon moi, être scandaleux est à la base même de ce qu’être queer. Je n’aime pas la façon dont les jeunes homosexuels cherchent à cadrer avec le citoyen moyen. Je trouve cela ennuyeux.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce projet et pourquoi ce livre à colorier est-il important en 2016?

J’ai trouvé que c’était une idée très chouette et enfant j’adorais colorier dans mes livres à colorier et j’en avais des tonnes. J’ai été heureux d’être inclus dans ce projet parce que c’est une manière inhabituelle de rendre hommage à tous ces pionniers.

Pourquoi les queers ont-ils toujours été des innovateurs dans les domaines du style, de l’art, de la musique et de la culture?

Je n’en ai aucune idée. Je dirais que tout le monde est différent, alors il impossible de savoir pourquoi. Mais je crois que c’est en rapport avec le fait qu’il y a une certaine attitude « zéro crainte » qui fait que les gens osent. Je pense que ça vient d’une certaine bravoure que peut-être monsieur Tout-le-monde n’a pas. Il faut être brave pour être artiste. Ça prend des tripes.

Que pouvons-nous attendre du futur?

Plus d’artistes courageux, espérons-le.

De quelle façon David Bowie vous a-t-il influencé et pourquoi était-il un artiste si inspirant?

Il a été un de mes tout premiers favoris étant enfant. Essentiellement, il y avait Cher, Elton John et Bowie, dans cet ordre. KISS a aussi eu une influence marquante sur ma jeune vie. Mais Bowie ne me paraissait pas être humain. Cher, Elton et KISS semblaient être des vedettes glamour qui savaient divertir tandis que Bowie avait carrément l’air de venir d’un autre monde. Il était pour moi le rock-star le plus beau et le plus talentueux de tous. Il avait vraiment tout pour lui. Il a inspiré tous mes artistes préférés qui lui ont succédé. Je pense que tout découle de son talent. Il était un brillant compositeur. Sa bravoure était épatante quand on repense à son niveau de démesure, surtout pour l’époque. Je pense que c’est la raison pour laquelle iI a inspiré tant d’individus. Il ne semblait jamais avoir peur d’essayer, d’oser.. On ne peut pas en dire autant de beaucoup d’artistes.

View Comments

Comments (1) (Hide)

  1. Hurry back to the UK Plz Miss Guy and for what it’s worth all guys should dress like you, my last two guys were dressers the first has undergone grs and has started up a new band called genderbender of which I hope to feature on this year

Leave a Reply to Jadeanouska Cancel reply

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.