close

Join Never Apart

close

20 Questions with Dr. Jane Goodall

Written by

Emma Dora Silverstone-Segal
October 15th, 2016

Dr. Jane Goodall is the world’s leading expert on chimpanzee’s, best known for her 56 year study of them in the Gombe Stream National Park, Tanzania. She has dedicated her life to conservation and the welfare of all animals. I have always admired Dr. Goodall, and she has been an inspiration to me, not only for her work with animals and the environment, but also for being a strong, smart woman who started her career at a time where science was a very male dominated field.

After speaking with her, what resonated with me was that, although, she is an incredibly passionate, humble, and dedicated woman, there is an underlying sadness to her environmental efforts. Beneath her charming British accent, and her fun loving youthful sense of her humor, behind all her research, humanitarian and conservation efforts, she is sad. It’s as if her soul weeps for all the destruction we have caused, and all the harm we have done. In her voice, I could hear that she feels the pain of each animal killed and every tree that has ever been cut down. Yet, her tireless efforts to change the world have not dwindle, but gotten stronger. She has an exceptionally energetic and kind spirit, and she makes me want to be a better person. Hopefully, for our own sake and the future of our planet, she will have the same effect on you.

What is perfect happiness to you?

Well for me personally, being out in the forest by myself. But unfortunately today that happiness is clouded by a knowledge of the fact that forests around the world are being destroyed, so for me to have perfect happiness today is almost impossible.

Who is your hero?

Well, I have various heroes. Right now one of my heroes is Pope Francis, because I think what he is doing is absolutely extraordinary, unlike any previous pope, and he happens to of taken the name, I am not catholic, but my favorite saint is St. Francis, and the way he talk to the birds and things like that. Also, Mohammed Yunus, who started the Grameen Bank, which is making all the difference for the poorest of the poor, he is an extraordinary hero. I’ve met him, and he took me to Bangladesh, and I met the women whose lives he changed, and we now introduce the same micro credit system of the Grameen Bank in our different programs in Africa, and its making a huge difference.

I’ve read about your foundation and the work they have done with implanting the micro credit system in villages that surround the nature reserve in Tanzania. It’s really amazing how helping the villagers take out loans to create environmentally sustainable development projects, like tree nurseries, helping not only their situation but also to revitalize the wildlife of the entire area.

Yes. And than I have heroes also, like these indomitable human spirits like Gary Haun, the magician who went blind at 21 …and was told it was impossible and the children don’t know his blind. I take his spirit with me in the form of Mr. H that he gave me 24 years ago, thinking it was a chimp, but I made him hold the tail, he said never mind, take him where you go and you know I am with you in spirit. And he does scuba diving, cross-country skiing, sky diving, and he has just learned to paint; his done a book of paintings, and his blind! Totally blind, doesn’t even see light and dark. And then there is an extraordinary young man named Chris Koch, not so young now I suppose, I don’t know how old he is… and he was born with basically no arms and no legs… and yet his been around Europe on a skateboard, his done Paralympics, and I’ve met him and his absolutely completely amazing. If you were just talking to him, and didn’t see his disabilities, you would think that you were just talking to this wonderful wise human being, full of love and full of life and full of happiness. He is a very amazing man. He lives in Calgary.

Do you have any pets?

I cant! I’m travelling 300 days a year; there no way I can have a pet of any sort. I miss having a dog, my sister has dogs, and everywhere I go I try to meet dogs. And when I am at home in England, between trips, for maybe a week, maybe 3 days, I take out the two family dogs.

You are constantly travelling the world for the welfare of animals, on the road most of the year; it’s no easy task. What inspires you to keep up such a grueling schedule?

Because I’m an obstinate creature, and because I have grandchildren, because I care about their future, because I am passionately in love with the forest, because I care about the animals that are loosing their homes, whether its in the forest, the prairies, the ocean, the air, or wherever. I’ve been given two gifts, one is a healthy body, two is the gift of communication, and I feel that I’m duty bound to make the best possible use of those gifts while I can.

Where do you most like to be when you are not traveling?

At home in England because that is where I can be completely relaxed, completely away from ‘are you Jane Goodall? You look like Jane Goodall. Can I have a photograph? Could you sign my book?’ You know it’s everywhere, every airport, every street, so being at home I can get away from all of that and just be me.

Do you find being such a public figure draining?

Well it is draining, but at the same time I meet so many extraordinary human beings, and that’s energizing. So it works both ways.

You recently launched a new campaign in early September ‘Stand With Jane’, which is a call to action for people to stand up against illegal wildlife trafficking, which is responsible for millions of deaths of endangered animals each year, including great apes. With all the information we have access to today, why do you think there is still a demand for products derived from these animals already on the brink of extinction?

The kind of information we get in the western world is very different from the kind of information that is disseminated in Asia, which is where most of the demand for ivory and rhino horn anyway comes from, and pangolin scales. And yes, there is a lot of ivory illegally imported into the United States, but most of that is to the Chinese community living here and sadly musicians who insist that they have to have ivory for their piano keys and various bits of various musical instruments, which is, I think absurd. Anyway we need more education, we have to stop the demand before we can stop the poaching. We also have to raise money to give the rangers, the people on the ground, the people fighting the poachers, the people risking their lives, they don’t have sufficient salary, and they don’t have enough equipment for the most part. So we have to raise awareness, we have to stop the demand, and we have to support those who are risking their lives everyday.

What I find sad about all of this is that these poachers seem to be only doing this because in many cases it’s the only way they know how to make money. Which just creates a vicious circle.

Yes, it’s very sad. A lot of the poachers are very poor people and they just get a little bit of money, whereas the middle man who sells on to the Asian market, he gets rich, and than the big guys right up at the top, they get stinking wealthy.

What is your greatest regret?

Well my greatest regret I suppose, is the fact that here we are the most intellectual species on the planet, destroying our world, and my regret is that I’ve lived to see the change, I’ve lived to see beautiful places being destroyed, I’ve lived to see animals that were plentiful on the endangered species list, and, you know, I’ve lived to see the world become a dark place for my grandchildren. That’s a big regret.

What is your greatest accomplishment?

I think two. One is because I had the opportunity to learn about chimpanzees who are more like us than any other creature, my information about the chimps helped to change scientific attitude which was very arrogant about the fact that, when I went to Cambridge in 1961, it was believed that there was a short line between us and the rest of the animal kingdom, and the difference was of one kind and not degree, that was what science thought. But luckily, I had a teacher as a child who taught me that wasn’t true, and that was my dog Rusty, and so I was able to stick to my guns, and I had a wonderful professor who helped me describe what I was seeing in such a way that I couldn’t be utterly destroyed by other scientists and gradually the scientific mind has opened, and now science is acknowledging that now we are indeed part of the animal kingdom. That’s one thing, and the other is growing our youth program Roots and Shoots. It’s now in nearly 100 countries and we have around 150,000 groups. It’s young people from preschool through university, and we even have adult groups such as senior citizens, and places: prisons, and even in some cases the staff of big corporations. The main message is every single individual makes an impact every single day, and we have a choice as to what kind of impact. And every group chooses itself, we don’t tell them what to do, but just do a project to help people, a project to help other animals, and a project to help the environment, and it can be one big project. And so, as I travel around the world there are all these young people with shining eyes wanting to tell Dr. Jane what they’ve done, what their doing and what they plan to do to make this a better world.

You began Roots and Shoots in 1991, a project that you are extremely passionate about, what do you find most fulfilling about working with children?

Well it is because, I mean, they are the future! We’ve basically compromised their future to such an extent that if we don’t’ get together with them now and try to heal the harm, than my great great grandchildren, the outlook is probably doom and gloom. We don’t have a big enough window; we’ve got to get together very very soon, that’s why I travel around the world in this crazy way at my age. You know you hear all the time ‘we haven’t inherited this planet from our parents, we’ve borrowed it from our children’. Not true, we’ve stolen the future from our children; we are still stealing the future from our children.

What characteristics do you most value in others?

Respect and honesty and a sense of humor, a sense of fun. Honesty is very important.

Over the course of your work with chimpanzees, is there an individual in particular that you formed an especially strong bond with?

David Greybeard, the first chimpanzee to loose his fear he was very very very special. I think he was put there to help me [laughs].

Given that we share 98% of our DNA with chimpanzees, why do you think it’s so hard for people to sympathize with their plights and neglect taking the action needed to save them?

Well it’s lack of education, people don’t understand, chimps lead a very different life, most people don’t know about it, and you know, and if people get out there and see them in the wild, they all change. And if they look at very good group in a zoo or a sanctuary, than people change. So it’s all about education and awareness.

On the same note, considering that chimpanzees are our closest animal relatives, why are people so shocked to find out that we share many of the same characteristics, mannerisms, and a level of intellect we tend to think of as exclusively human?

Well they are changing, and we are beginning to help people understand that we are not that different after all. And the biggest different is the explosive development of our intellect, and in spite of that we are destroying our planet. So we are not doing a very good job with the gift we have been given.

What I’m trying to get at is, even though there is so much information out there, how can people be still be so detached?

Humans and chimps, the great apes, we shared a common ancestor about 7 million years ago, and from that common ape like, human like creature, the great apes developed in one way, and we humans set off on a different branch and developed in our way… but because we shared the common ancestor, a lot of the behavior between us and the apes is similar or the same today, like kissing embracing, holdings hands, patting on the back, reassuring each other, swaggering, unfortunately a violent aggressive dark side leading to warfare, and at the same time love compassion and altruism. We share all of these.

There is a constant theme in your activism that links many of the worlds environmental issues to overpopulation and the inability for the planet’s ecosystems to sustain so many people, should the population be decreasing in order to protect remaining wild places? And how does that happen?

Well in our programs with the people around chimpanzee habitats we improve their lives, we help them to grow more food, we get better health and education facilities, and at the same time we do the micro credit programs (Grameen Bank), so women become empowered, we provide scholarships for girls, it’s been shown all around the world, as women education improves, as women are empowered, family size tends to drop. We’ve seen a trend of this, it’s not statistical yet, but it is a trend. And we provide family planning information, which is very very welcomed. But the sad truth is, that even now, with our 7 billion or whatever we are, we are depleting the natural resources of this planet faster than Mother Nature can replenish them, even now. So as the prediction goes on to be true that 9 point something billion or whatever it is, I always forget the time frame, but you know if we don’t find a different way of living, a different way of harvesting the natural resources, a different way of living more frugal lives, more sustainable lives, than the outlook for the future is really grim.

What’s your favorite book?

Well, I don’t know, I don’t know that I have a favorite book, it depends what mood I’m in. So if I go to a desert island, what do I want to take? Shakespeare. Shakespeare has every human emotion in his plays.

Do you have a favorite musician?

Yo-Yo Ma. I love Yo-Yo Ma. I did love Pavarotti. I loved Yehudi Menuhin.

Who, what or where makes you feel the most spiritual and why?

Out in the middle of the rainforest by myself. Because I feel part of the natural world, where everything is interconnected, entwined. That’s my favorite place to be and I feel very close to a great spiritual power.

What is your guilty pleasure?

My guilty pleasure? Well not very guilty about it! The odd whiskey, glass of wine. I don’t feel guilty about that! (Laughs). Maybe people think I should be.

What message would you like to leave our readers with?

We’ve got to start realizing that each one of us makes a difference. That each one of us is leaving some kind of ecological footprint and we’ve got to start thinking about the consequences of the small choices we make; what we eat, what we buy, what we wear, does it cause harm to animals, was it child slave labor, was it destructive to the environment, how many miles has it traveled, could we buy something closer, and do we actually need it. Every single one of us has a role to play. Every single one of us matters. Every single one of us makes an impact on this planet every single day and we have a choice as to what kind of impact we make. I think that is the most important message that we can have.

Photo By: John Giustina/JGI Canada and Stuart Clarke/JGI Canada

Dr. Jane Goodall est la plus grande experte du monde en chimpanzés, mieux connue pour son étude d’une durée de 56 ans sur ces animaux dans le Parc national de Gombe Stream, en Tanzanie. Elle a dévoué sa vie à la conservation et le bien-être de tous les animaux. J’ai toujours admiré le Dr Goodall; elle est une source d’inspiration, autant pour son travail pour les animaux et l’environnement que pour être une femme forte et intelligente qui a débuté sa carrière à une époque où le domaine des sciences étaient dominé par les hommes.

Après m’être entretenu avec elle, ce que j’en retire est qu’elle est une femme incroyablement passionnée, humble et dévouée, mais qu’on dénote aussi une tristesse sous-jacente à ses efforts environnementaux. Derrière son accent britannique charmant et son sens de l’humour de bonne vivante, derrière tous ses efforts humanitaires et de conservation et toutes ses recherches, elle est triste. C’est comme si son âme pleurait pour toute la destruction que nous avons causée, tout le mal que nous avons fait. Je pouvais entendre dans sa voix qu’elle ressent la douleur de chaque animal tué et de chaque arbre abattu. Toutefois, ses efforts sans relâche pour changer le monde ne diminuent pas, ils deviennent de plus en plus fort. Elle possède un esprit exceptionnellement bon et dynamique et elle me donne envie d’être une meilleure personne. J’espère, pour notre propre bien et pour l’avenir de notre planète, qu’elle aura la même effet sur vous.

Qu’est le bonheur parfait pour vous?

Personnellement, c’est d’être seule dans la forêt tropicale. Malheureusement, ce bonheur est ombragé par le fait de savoir que les forêts du monde sont en voie d’être détruites. C’est donc presqu’impossible pour moi d’avoir le bonheur parfait.

Qui est votre héros?

J’en ai plus d’un. À l’heure actuelle, un de mes héros est le Pape François, car je trouve que ce qu’il fait est absolument extraordinaire, contrairement à ses prédécesseurs, et en plus il a pris le nom de François, je ne suis pas catholique, mais mon saint favori est Saint-François et la façon dont il parle aux oiseaux et tout ça. Il y a également Mohammed Yunus qui a fondé la Grameen Bank qui fait toute la différence pour ls plus pauvres de pauvres. Il est un héros extraordinaire. Je l’ai rencontré et il m’a amenée au Bangladesh, où j’ai fait la rencontre de femmes dont il a changé la vie. Nous introduisons le même système de micro-crédit dans nos différents programmes en Afrique; ça fait une énorme différence.

J’ai lu à propos de votre fondation et du travail que vous avez fait en implantant le système de micro-crédit dans les villages qui entourent la réserve naturelle en Tanzanie. Il est incroyable de voir comment ce système aide les villageois à emprunter des fonds pour mettre sur pied des projets de développement écologiquement durable, comme des pépinières, qui aident non seulement leur situation, mais qui revitalisent aussi la faune et la flore de la région toute entière.

Oui. J’ai aussi des héros, des indomptables esprits humains comme Gary Haun, le magicien qui a perdu la vue à 21 ans. On lui a dit que c’était impossible et ses enfants ne savent pas qu’il est aveugle. Je garde son esprit sous forme de Mr H, qu’il m’a donné il y a de cela 24 ans, en pensant que c’était un chimpanzé. Je lui ai fait prendre la queue, il s’est rendu compte de son erreur et m’a dit de l’apporter partout avec moi et que je saurais qu’il est toujours avec moi en pensée. Il fait de la plongée, du ski de fond, du parachutisme et il vient d’apprendre à peindre. Il vient de terminer un recueil de peintures et il est aveugle! Complètement aveugle, il ne détecte même pas la lumière. Il y a aussi un jeune homme extraordinaire nommé Chris Koch, plus si jeune maintenant… en fait j’ignore son âge, mais il est né sans bras ni jambe… Il se promène à travers l’Europe en planche à roulettes, a pris part aux Paralympiques; je l’ai rencontré et il est génial. Si vous lui parliez, sans voir son handicap, vous n’y verriez que du feu: un être humain fantastique, bon, sage, plein d’amour, de vie et de bonheur. Il est un homme incroyable. Il vit à Calgary.

Avez-vous des animaux de compagnie?

Je ne peux pas! Je voyage 300 jours par an, il m’est impossible d’avoir un animal de compagnie. Avoir un chien me manque, ma soeur a des chiens, et j’essaie de rencontrer des chiens partout où je vais. Quand je suis chez moi en Angleterre, entre deux voyages, pour une semaine, peut-être 3 jours, je promène les deux chiens de la famille.

Vous parcourez continuellement le monde pour la protection des animaux, vous êtes sur la route presque toute l’année; c’est loin d’être une tâche facile. Qu’est-ce qui vous inspire à conserver un horaire du temps aussi ardu?

Parce que je suis une créature têtue et parce que j’ai des petits-enfants, parce que je me soucie de leur avenir, parce que je suis passionnément en amour avec la forêt, parce que je m’inquiète des animaux qui perdent leurs habitats, qu’ils soient dans la forêt, les prairies, l’océan, l’air, etc. J’ai reçu deux dons, celui d’un corps en santé et celui d’être douée pour la communication, et je pense que j’ai le devoir d’en faire le meilleur usage possible.

Où aimez-vous le plus être lorsque vous ne voyagez pas?

Chez moi en Angleterre, car c’est l’endroit où je peux être complètement relax,le plus loin des « êtes-vous Jane Goodall? Vous ressemblez à Jane Goodall. Puis-je avoir une photo? Pouvez-vous signer mon livre? » Vous savez, c’est partout, dans chaque aéroport, sur chaque rue. Être à la maison me permet de m’éloigner de tout ça et d’être simplement moi.

Est-il épuisant d’être une personnalité publique?

Oui, c’est épuisant, mais en même temps, je rencontre tellement d’êtres humains absolument extraordinaires et cela me donne de l’énergie. Ça va donc dans les deux sens.

En septembre dernier, vous avez lancé la nouvelle campagne « Stand With Jane », qui est une invitation aux gens de passer à l’action et de prendre position contre le traffic illégal d’espèces sauvages, ce dernier étant responsable de la mort de millions d’animaux en danger, incluant les grands singes. Avec toute l’information à laquelle nous avons accès de nos jours, pourquoi selon vous y a-t-il encore une demande de produits dérivés d’animaux déjà en voie d’extinction?

Le genre d’information que nous recevons dans le monde occidental est très différent du genre d’information qu’on répand en Asie, d’où provient la majeure partie de la demande d’ivoire, de corne de rhinocéros et d’écailles de pangolin. Et oui, beaucoup d’ivoire est importé illégalement aux États-Unis, surtout pour les communautés chinoises qui y vivent, de même que pour des musiciens qui insistent malheureusement à avoir des touches de piano en ivoire (ou d’autres parties d’instruments) – ce qui est absurde selon moi. Nous avons besoin de plus d’éducation, nous devons faire cesser la demande avant de pouvoir faire cesser le braconnage. Nous devons lever des fonds pour donner aux gardes-forestiers, aux personnes sur le terrain qui se battent contre les braconniers et risquent leur vie. Ces gens ne sont pas assez payés, ils n’ont souvent pas assez d’équipement. Nous devons sensibiliser les gens, mettre fin à la demande et soutenir ceux qui risquent leur vie tous les jours.

Ce qui m’attriste dans tout ça est que ces braconniers semblent poser ces gestes parce que, dans de nombreux cas, c’est la seule façon qu’ils connaissent de faire de l’argent. Ça crée donc un cercle vicieux.

Oui, c’est très triste. Beaucoup de braconniers sont très pauvres et ne reçoivent que très peu d’argent, alors que l’intermédiaire qui vend sur le marché asiatique s’enrichit et que les gros bonnets au sommet deviennent riches à craquer.

Quel est votre plus grand regret?

Je suppose que mon plus grand regret est que nous sommes l’espèce la plus intelligente de la planète et que nous la détruisons. Je regrette d’avoir vécu pour voir ce changement durant ma vie, des endroits magnifiques détruits, des animaux qui autrefois étaient nombreux se trouvent maintenant sur la liste d’espèces en voie de disparition. Vous savez, j’ai vécu pour voir la planète devenir un endroit sordide pour mes petits-enfants. C’est un grand regret.

Quelle est votre plus grande réussite?

Je pense qu’il y en a deux. Une parce que j’ai eu l’opportunité d’apprendre sur les chimpanzés, qui sont plus près de nous que toute autre créature, et que l’information que j’ai recueillie a contribué à changer l’attitude scientifique, qui était très arrogante face au fait que, quand je suis allée à Cambridge en 1961, on croyait qu’il y a avait une courte ligne entre nous et les reste de animaux, et que la différence était d’une sorte, mais pas en degré. Heureusement pour moi, un professeur m’a appris quand j’étais petite fille que cela était faux, c’était mon chien Rusty, et je suis restée fidèle à ce que je croyait. J’ai aussi eu un excellent professeur qui m’a aidé à décrire ce que je voyais d’une façon telle que je ne pouvais pas être abattue par d’autres scientifiques. L’esprit scientifique s’est élargi et la science accepte désormais que nous faisons partie du royaume animal. Ma seconde réussite est notre programme jeunesse « Roots and Shoots ». Il est présent dans près de 100 pays et compte environ 150 000 groupes. On trouve des jeunes allant de la maternelle à l’université, nous avons même des groupes de personnes âgées, des employés de grandes sociétés. Le message principal est que chaque individu a un impact quotidiennement et que ce même individu peut en choisir le type. Chaque groupe choisit un projet, on ne leur dit pas quoi faire, pour aider des animaux et un pour l’environnement; ça peut être un seul et même projet. Je voyage donc à travers le monde et tous ces jeunes gens aux yeux brillants veulent dire à Dr. Jane ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font et comment ils planifient d’améliorer la planète.

En 1991, vous avez commencé « Roots and Shoots », un projet pour lequel vous avez énormément de passion. Qui a-t-il de plus gratifiant à travailler avec des enfants?

C’est parce que, et bien ils sont le futur! Nous avons compromis notre futur à tel point que si nous ne travaillons pas avec eux immédiatement pour soigner le mal que nous avons fait, et bien l’avenir de mes arrières petits-enfants est sûrement pessimiste. Nous n’avons pas un assez grand délai, nous devons nous mettre à travailler ensemble très très rapidement; c’est pour cela que je voyage autant à mon âge. On entend constamment « Nous n,avons pas hérité la planète de nos parents, nous l’avons emprunté à nos enfants ». Pas vrai, nous avons volé le futur de nos enfants; nous volons encore le futur de nos enfants.

Pour quelles caractéristiques avez-vous le plus d’estime?

Le respect, l’honnêteté et un sens d’humour, un sens du plaisir. L’honnêteté est très importante.

Durant le cours de votre travail avec les chimpanzés,y a-t-il un individu en particulier avec qui vous avez lié des liens très fort?

David Greybeard, le premier chimpanzé à perdre sa peur. Il était très très très spécial. Je pense qu’il a été placé là pour m’aider. [rires].

Étant donné que nous partageons 98% de notre ADN avec les chimpanzés, pourquoi, selon vous, est-il si difficile pour les gens de sympathiser de leur sort et pourquoi les gens négligent-ils d’agir de manière à les sauver?

C’est un manque d’éducation, les gens ne comprennent pas. Les chimpanzés mènent une vie très différente que la plupart des gens ignorent et, vous savez, les gens qui s’aventurent et vont les voir à l’état sauvage, ils changent tous. Si les gens voient un bon groupe dans un zoo ou un sanctuaire, ils changent. Tout revient à l’éducation et à la sensibilisation.

Dans la même veine, en sachant que les chimpanzés sont les animaux les plus proches de notre espèce, pourquoi les gens sont-ils si surpris d’apprendre que nous partageons un grand nombre de mêmes caractéristiques, de manières et un niveau d’intellect que nous avons tendance à associer exclusivement à l’humain?

Bien, ils changent et nous commençons à aider les gens à comprendre que nous ne sommes pas si différents après tout. La plus grande différence est le développement radical de notre intellect, et malgré cela nous détruisons notre planète. Nous ne nous servons pas très bien des dons dont nous avons été dotés.

Ce que j’essaie de dire est que, même s’il y a tellement d’information disponible, comment les gens peuvent-ils demeurer si détachés?

Les humains et les chimpanzés, les grands singes, nous partageons un ancêtre commun il y a de cela environ 7 millions d’années et de cet être commun les grands singes se sont développés de leur façon et nous de la nôtre, mais parce que nous partageons cet ancêtre commun, nous gardons des comportements très semblables jusqu’à ce jour, comme embrasser, serrer dans les bras, se tenir la main, se taper dans le dos, se rassurer, malheureusement un côté sombre agressif et violent qui mène à la guerre, mais aussi de l’amour, de la compassion et de l’altruisme. Nous partageons tous ces comportements.

Il y a un thème récurrent dans votre activisme qui lie beaucoup des problèmes environnementaux du monde à la surpopulation et à l’incapacité des écosystèmes de la planète à subvenir à un si grand nombre d’êtres humains. La population devrait-elle être à la baisse de manière à protéger les lieux sauvages qui existent encore? Et comment est-ce que cela se passe?

Dans nos programmes avec les personnes vivant près des habitats de chimpanzés, nous améliorons leur vie, nous les aidons à cultiver plus de nourriture, nous obtenons de meilleures installations de santé et d’éducation et nous mettons sur pied des programmes comme le micro-crédit de la Grameen Bank pour que les femmes deviennent autonomes, nous ofrrons des bourses d’études pour des jeunes filles; il est prouvé de partout à travers le monde que lorsque l’éducation aux filles est améliorée, que les femmes prennent de l’autonomie, la taille des familles a tendance à diminuer. On a remarqué cette tendance, mais de façon statistique, mais quand même une tendance. Nous offrons aussi des informations concernant la planification familiale, ce qui est très bien reçu. la triste réalité est telle que, les 7 millards ou plus que nous sommes appauvrissent les ressources naturelles de cette planète plus rapidement que Mère Nature ne peut les réapprovisionner, même de nos jours. Si les prédictions s’avèrent vraies, que les 9 millards et quelques – j’oublie toujours le délai – mais vous comprenez, si nous ne trouvons pas une autre manière de vivre, d’utiliser les ressources naturelles, de vivre des vies plus économes et durables, les perspectives d’avenir sont très moroses.

Quel est votre livre préféré?

Et bien, je ne sais pas. Je ne sais pas si j’ai un livre préféré, ça dépend de l’humeur dans laquelle je me trouve. Si je vais sur une île déserte, qu’est-ce que je souhaite apporter? Du Shakespeare. Shakespeare a toutes les émotions humaines dans ses pièces.

Avez-vous un musicien préféré?

Yo-Yo Ma. J’adore Yo-Yo Ma. J’aimais Pavarotti. J’aimais Yehudi Menuhin.

Une personne, une chose ou un lieu qui vous fait sentir le plus spirituelle et pourquoi?

Lorsque je suis seule au milieu de la forêt tropicale. Parce que je me sens faire partie du monde naturel, où tout est interconnecté, lié. C’est mon lieu favori et je m’y sens tout près d’une grande force spirituelle.

Quel est votre péché mignon?

Mon péché mignon? Je ne trouve pas ça péché, mais un verre de whiskey, un verre de vin ici et là! Je ne me sens pas coupable! (Rires). Les gens pensent peut-être que je devrais l’être.

Sur quel message aimeriez-vous laisser nos lecteurs?

Nous devons nous rendre compte que chaque personne peut faire une différence. Que chacun de nous laisse une sorte d’empreinte écologique et qu’il est temps pour nous de réfléchir aux conséquences qu’engendrent les petites décisions que nous prenons: ce que nous mangeons, achetons, portons, nuit-il aux animaux, provient-il du travail d’enfants esclaves, était-il nocif à l’environnement, combien de kilomètres a-t-il parcouru, pouvons-nous achetons quelque chose venant de plus près et, enfin, en avons-nous vraiment besoin? Chacun d’entre nous a un rôle à jouer. Chacun d’entre nous a de l’importance. Chacun d’entre nous a a un impact quotidien sur la planète et nous avons un choix face à quel type d’impact il s’agit. Je pense que c’est le message le plus important qu’il peut y avoir.

View Comments

Comments (1) (Hide)

  1. Amazing work Emma! Fantastic Article!

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.