close

Join Never Apart

close

Positive Youth

Written by

Mikela Jay
April 15th, 2016

A sensitively charming young African-American man. The tender bond between a First Nations woman fresh out of her teens & her mother. A colourfully flamboyant pop performer. The boy-next-door newly in love for the first time. Charlie David’s “Positive Youth” is a testament to family, friends and lovers, weaving together 4 very different stories of people and their experiences living and thriving with HIV. “Positive Youth” shines brightly due to the courage presented by these brave 17-25 year olds sharing their stories of a traditionally heavy topic in an upbeat modern tale of survival.

When the subject of doing a documentary on HIV+ youth with TV network LOGO was first considered, it scared Charlie David as a filmmaker. That’s how he knew it was a good idea. “I knew it would not be an easy film to make in terms of finding subjects willing to share their life struggles living with a chronic illness that holds so much stigma in our society. The most dramatic rise in new transmissions is in our youth – why? It’s time we re-examine the illness and our ideas surrounding it”. It was important to him to show subjects from different socio-economic backgrounds, a mix of ethnicities and sexuality. “I had a lot of people say no which is understandable. Often positive people face so much stigma within their workplace, families, friends, potential relationships and society at large that the thought of then opening their lives to be on television in 45 million homes across the USA and Canada is scary to say the least. Slowly and surely I found brave young people willing, and their stories are very powerful”.

The film begins with the doctor’s dreaded words “your test results came back positive”. The stigma of HIV at the peak of its initial epidemic is still to many people a paradigm equal to death. Although you may have HIV chronically, it does not mean you are going to have AIDS, nor is it a death sentence. The general public is more aware this is now considered a chronic disease. Fortunately, according to some medical professionals it is mostly a manageable condition. With some people, the risk of transmission is slower if they are on appropriate medical therapy and their virus is suppressed. Statistics show that 68% of AIDS cases for 13-29 year olds in the US are African-Americans. In densely populated areas of people with the most infection, the risk is higher. Yet, treating the illness is not the same for everyone depending on the strain they have, as it is unique to each person almost like a fingerprint. Most people go into a state of shock upon first learning of infection, while doctors often hear common concerns like “who’s going to love me now?” and “am I going to die?” Telling loved ones is the heaviest burden, never knowing what their responses will be. With further stats like 1 in 35 Vancouver gays under 30, who are HIV+ and don’t know it, coming out as gay is made even more devastating. Finding the appropriate time to share this news can create further stress. Many patients feel they can’t tell anyone and attempt to keep it a secret. There has been a shift in the first world from a fear of dying from HIV/AIDS to a fear of segregation and potential to find love because of an HIV positive status. “In the end that’s the greatest sadness I witness in making the film”, says David. “The fear these young people had of never finding someone who would accept and love them regardless of their HIV+ status”.

Jesse Brown knows this first hand. “I’ve come out to my parents that I’m HIV+. That was so much worse, coming out gay was a walk in the park.” Telling his new boyfriend he met online, who is not HIV+, had its own set of challenges, which only brought them closer. Chris Brooks lost his job and was evicted from his apartment, forcing him to return home living with his mother, who isn’t aware of his illness. Being a gay male in the African-American community tends to be met with zero tolerance. With his winning personality and forthright nature, Brooks remains open on his online dating profile about his health status as it “sweeps out the bad dust like a broom. Its already on the table”. However, his biggest fear is being alone for the rest of his life, and like most people longs for a partner one day. Performer Austin Head embodies the quintessential gender bending personae, and recalls exactly when he contracted his illness after moving to the heart of Chelsea in NYC. “Its not going to stop me from how I want to live. You could always die in a car crash”. Dating is a struggle for many who suffer with HIV, although for Head he decided to do something about it and created an invite-only dating website, a safe place to meet others also infected. 17 year old BC native Rakiya Lawkin’s first boyfriend was positive, yet she was aware of the illness due to having it herself ‘vicariously through my mother”, Kecia, who contracted the disease when she was the same age as her daughter. The two women have been brought closer together through sharing both the disease and raising Rakiya’s younger brother. “Other people have cancer in their family, we just happen to have HIV”.

Although there have been many important retrospective films on HIV/AIDS, David wanted to do something different focusing on the population the most at risk today yet facing a very different disease than the epidemic of the last 30 years. “We’ve been invited to screen at universities, high schools, museums and health organizations across North America, and as far abroad as South Africa. The film seems to spark conversations and debate which for me is very rewarding as that’s my goal as a documentarian. In the film, we discuss what it feels like to get the diagnosis, the fear of disclosure, trying to make sense of all the information, building support systems, advocacy, and hope for the future. Similar to the movement for racial, gender or sexual equality, the first step is removing fear, that most often comes in the form of education”. The four subjects in the film bare their hearts & souls, offering themselves as accessible and relatable. David hopes that audiences will be able to empathize, gain greater understanding, and start seeing the human face and not just the illness. “I attribute the optimism of the film to my subjects who truly embody that”.

Un charmant jeune homme afro-américain. La tendre relation entre une femme autochtone sortant à peine de l’adolescence et sa mère. Un artiste pop haut en couleurs. Le garçon d’à côté en amour pour la toute première fois. Le documentaire Positive Youth de Charlie David est un témoignage à la famille, aux amis et aux amants, entrecroisant les histoires très différentes de quatre personnes et de leurs expériences de vivre et s’épanouir avec le VIH. Positive Youth brille de tous feux grâce au courage démontré par ces jeunes de dix-sept à vingt-cinq ans qui partagent leurs histoires d’un lourd sujet dans ce récit de survie moderne et optimiste.

Lorsque l’idée de faire un documentaire sur les jeunes séropositifs avec la chaîne de télévision LOGO a été initialement abordée, Charlie David a tout d’abord eu peur en tant que réalisateur. C’est comme ça qu’il a su que c’était une bonne idée. « Je savais que ce ne serait pas un film facile à faire en raison de la difficulté à trouver des sujets prêts à partager le combat d’une vie avec une maladie chronique qui inspire tant de préjugés dans notre société. La hausse de nouvelles transmissions la plus marquée se trouve être chez nos jeunes… pourquoi? Il est temps de revoir la maladie et les idées que nous en avons ». Il lui était important de montrer des sujets venant de différents contextes socio-économiques, de différentes appartenances ethniques et sexuelles. « Beaucoup de gens m’ont dit non, ce qui est compréhensible. Les gens séropositifs font face à tant de préjugés dans leur milieu de travail, leur famille, leur cercle d’amis, de la part de relations potentielles et dans toute la société, que l’idée de s’exposer à la télévision dans 45 million de foyers à travers les États-Unis et le Canada est tout ce qu’il y a de plus terrifiant. Lentement mais sûrement, j’ai trouvé des jeunes courageux prêts à le faire et leurs histoires étaient très puissantes. »

Le film débute avec ces mots tant redoutés venant d’un docteur: « les résultats sont positifs ». Le stigmate du VIH au plus fort de l’épidémie initiale demeure encore synonyme de mort pour de nombreuses personnes. Même si vous avez le VIH chronique, cela ne veut pas dire que vous aurez le SIDA, et ce n’est pas non plus la mort assurée. Le grand public sait de plus en plus que le VIH est maintenant considéré comme une maladie chronique. Heureusement, selon certains professionnels de la santé, c’est une condition qu’on peut majoritairement bien gérer. Chez certaines personnes, le risque de transmission est moins élevé si elles reçoivent un traitement médical approprié et que leur virus est indétectable. Les statistiques démontrent que 68% des cas de SIDA aux États-Unis chez les jeunes de 13 à 29 ans se retrouvent chez des afro-américains. Dans des zones densément peuplées de gens avec le plus d’infection, le risque est plus élevé. Cependant, soigner la maladie varie selon la souche, cette dernière étant aussi propre à chacun qu’une empreinte digitale. La plupart des gens sont en état de choc quand ils apprennent qu’ils sont atteints, alors que les docteurs entendent souvent des inquiétudes telles que « qui m’aimera maintenant? » et « est-ce que je vais mourir? ». Le dire à ses êtres chers est le plus lourd des fardeaux, ne sachant jamais ce que sera leur réponse. Avec d’autres statistiques comme le fait qu’à Vancouver, un homosexuel sur trente-cinq de moins de trente ans a le VIH et l’ignore, avouer son homosexualité devient encore plus accablant. Trouver le bon moment pour partager cette nouvelle peut causer un stress supplémentaire. De nombreux patients ont l’impression qu’ils ne peuvent en parler à personne et essaient d’en garder le secret. Un virage s’est produit dans le monde industrialisé, passant de la peur de mourir du VIH ou du SIDA à la peur de ségrégation et du risque de ne pas trouver l’amour à cause d’un statut séropositif. « Finalement, c’est la plus grande tristesse que j’ai remarquée en faisant ce film, » raconte David. « La peur qu’ont ces jeunes gens de ne jamais trouver quelqu’un qui les accepterait et les aimerait indépendamment de leur statut séropositif. »

Jesse Brown le sait d’expérience. « J’ai annoncé à mes parents que j’ai le VIH. C’était bien pire, avouer mon homosexualité n’était presque rien en comparaison. » Le dire à son petit ami, qu’il a rencontré en ligne et n’a pas le VIH, apportait son lot de défis, mais les a tout de même rapprochés. Chris Brooks a perdu son emploi et s’est vu expulsé de son appartement, le forçant à retourner vivre chez sa mère, qui ignore tout de sa maladie. Être un homme homosexuel dans la communauté afro-américaine fait souvent l’objet d’une tolérance zéro. Avec sa personnalité rayonnante et sa nature franche, Brooks demeure honnête à propos de son état de santé sur son profil de rencontres, car ça « chasse la mauvaise poussière comme un balai. Les cartes sont déjà sur table ». Toutefois, sa plus grande peur est d’être seul pour le reste de sa vie, et comme la plupart des gens il souhaite un jour trouver un partenaire. L’artiste Austin Head incarne le parfait personnage au genre fluide et se rappelle exactement le moment où il a contracté la maladie, après avoir emménagé au coeur de Chelsea, à New York. « Ça ne va pas m’empêcher de vivre comme je le veux. On peut toujours mourir dans un accident de voiture ». Fréquenter un ou une partenaire est difficile pour un grand nombre de gens souffrant du VIH, c’est pourquoi Head a décidé d’y faire quelque chose en créant un site de rencontres où l’accès est sur invitation seulement, un endroit sécuritaire pour rencontrer d’autres personnes infectées. Le premier petit ami de Rakiya Lawkin, une jeune fille de dix-sept ans originaire de la Colombie-Britannique, était positif, mais elle était déjà au courant de la maladie ayant été infectée « par procuration à travers ma mère », Kecia, qui a contracté la maladie au même âge qu’a sa fille. Les deux femmes se sont rapprochées l’une de l’autre en partageant la maladie et en élevant le petit frère de Rakiya. « Certaines familles ont le cancer, chez nous, c’est le VIH ».

Bien qu’il y ait eu un grand nombre d’importants films rétrospectifs sur le VIH et le SIDA, David souhaitait créer quelque chose de différent en mettant l’accent sur la population contemporaine la plus à risque qui fait toutefois face à une maladie bien différente de l’épidémie des trente dernières années. « On nous a invités à présenter le films dans des universités, des écoles secondaires, des musées et des organismes de santé à travers l’Amérique du Nord et aussi loin que l’Afrique du Sud. Le film semble susciter des conversations et des débats, ce qui pour moi est très gratifiant puisque c’est mon but en tant que documentariste. Dans le film, nous discutons de ce qu’est recevoir le diagnostic, la peur de devoir révéler la nouvelle, d’essayer de démêler toute l’information, la création de systèmes de soutien, la mobilisation et l’espoir en l’avenir. Similaire au mouvement pour l’égalité raciale, sexuelle et de genre, le premier pas est d’éliminer la peur, qui le plus souvent passe au travers de l’éducation ». Les quatre sujets du film se sont livrés corps et âme, s’offrant sans restrictions. David espère que les spectateurs sauront sympathiser avec les sujets, approfondiront leurs connaissances et commenceront à voir le visage humain et pas seulement la maladie. « J’attribue l’optimisme du film à mes sujets qui incarnent véritablement cette qualité. »

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.