close

Join Never Apart

close

Rob Easton: Safe Country

Written by

Mikela Jay
February 15th, 2016

Canada has the reputation as a safe haven for LGBT people, with same sex marriage, serving in the military, and protections for sexual minorities under hate crime legislation. In Rob Easton’s insightful 2015 documentary “Safe Country”, its safer for some than it is for others. With reports of more and more westernized countries receiving steady flows of the displaced, the plight of LGBT people worldwide are often persecuted endlessly in countries ruled by tyrants. Easton’s film couldn’t appear at a more poignant moment.

From research and pitch to air-date, it took him a year-and-a-half to complete. “As a journalist”, he says, “having the trust of those I work with is paramount. And when you’re dealing with folks who have little in the way of monetary means, often all they have is their story. As a filmmaker it is very important to respect the stories of those in your films. I tried to let each character tell their own story, to let their own voice frame how the viewer gets to meet them. So that becomes a process where they ultimately trust me and feel comfortable opening up about their experiences, which takes time. I am a trustworthy guy, so each of them ultimately came through.”

The film follows three recent refugees from different parts of the globe. It begins with Zdravko Cimbaljevic, the first out gay man and only visible activist from Budra, Montenegro, an extremely homophobic country. As a successful refugee claimant, Cimbaljevic created a new life for himself after being invited to be International Grand Marshal at Vancouver Pride. Friends from Vancouver who were visiting his country learned of his plight and offered to be his sponsors. He left hundreds that wanted to kill him, only to arrive to thousands cheering him on. Through his story, we learn that his live-in boyfriend’s claim gets denied and sent back to Mexico.

Moe Sonko, originally from Gambia, fled where homosexuality is illegal and if discovered could bring 14 years in jail, while repeat offenders receive life in prison. After arriving illegally to Canada with a friend’s passport, his claim was approved. Although he had proof he tried to legally, it didn’t happen and was forced to come up with a plan B. “Put yourself in my shoes”, he says. “Wouldn’t you have done the same?” Rob Hughes, Sonko’s immigration lawyer agrees, “the fact that someone had to use a false passport to get into Canada doesn’t mean they aren’t a genuine refugee. In fact, it could be quite the opposite”.

Vancouver immigration lawyer Peter Edelmann echoes this reality as more and more cases are occurring. “LGBT people risk being tortured or killed returning to their country of origin. What used to be a trickle is now a flood”. Tanaz Mehraban, a trans woman from Tehran, Iran responds, “often claimants have broken immigration laws in order to get here. It’s understood sometimes desperate people do desperate things”

Jennie Janzen, who volunteers at Kinbrace, a local nonprofit for refugee claimants that offers transitional housing, settlement support and community, says, “a lot of people are from places where they couldn’t get a visa so they had to use a smuggler to get here because there was no other way. Refugees may feel they have to protect themselves and their information because of their experiences from back home”.

Edelmann reiterates, “you fled your country because you’ve been persecuted your whole life because of your sexual orientation. These are people who arrive from a country oversees, in many cases are severely traumatized, and that the very source of their trauma has to do with imprisonment and torture, who upon arrival in Canada are thrown into prison in circumstances that are designed to be punitive. In BC, you go directly to a provincial jail.” It’s a very fine line between discrimination and persecution.

The 2014 WorldPride Human Rights Conference in Toronto gathered activists and decision makers in the LGBTIQ community from all over the world. The first day happened to be about refugees in Canada. Cimbaljevic attended, meeting others like himself with similar experiences in their home countries. Unfortunately, not everyone’s cases have been as successful. He says, “it was great to hear discussions about what the refugees are facing in Canada. I’m having more critical opinion and perspective of how Canada treats refugees”. Canada has a resettlement program where either the government selects people in refugee camps, or allows community groups here to nominate claimants that need protection. It’s a given that people like Sonko have more doors open to them once they are able to create a new life for themselves. Emotionally he says, “having status in Canada is so relieving I can actually sleep at night. It changed my life”.

At Toronto’s Castle Loma recently, 150 same sex couples married in a group wedding, overseen by twelve religious representatives gathered to congratulate the couples on getting married. Cimbaljevic says it was amazing for him to witness because it’s totally opposite in his country, and in many countries religious leaders are actually gathering against LGBT. He hopes to get married and have children one day. “As a gay person, I was always dreaming to have a life, that wasn’t just a taboo life that I had to hide from everyone. I want to use the opportunity as a gay refugee to support other refugees in Canada and all around the world. He continues, “becoming a refugee is not that easy. They need to make a decision to find a way to leave the country, then find a way to seek refuge, although in some countries that’s not even possible”.

As Edelmann says, “the ability to integrate in a climate of hostility makes that even more challenging where they are the undesirable, the unwanted, the other. One would hope that you don’t put yourself in a situation where you don’t have enough lifeboats, but the reality is we don’t have enough lifeboats. So, who gets thrown overboard?”

In response the the current state of the 3 main refugees in the film, Easton says, “If you’ve been watching the news, Canada has just lifted the visa requirement for Mexicans to enter Canada. We’re still waiting to see how that affects Zdravko and (his partner) Hiram, but I would assume that Hiram will at least be able to visit once again. Zdravko is now a permanent resident and is working towards spousal sponsorship of Hiram so that he can ultimately move back. Moe is doing well, loving his life in beautiful Vancouver. Last I heard, he was planning to visit his family in the UK soon”.

As for the response to the film so far, Easton states, “It’s been very good. At the end of the film, you see a title that says we invited [then] Minister of Citizenship and Immigration Chris Alexander to be interviewed for this film but were told he was unavailable. While I was disappointed at the time but not surprised, we invited him to a recent screening in Toronto and he told me afterward that I “left a very strong set of impressions from very compelling people: we need to re-think our refugee policy to make it faster, more error-free and capable of handling more of the world’s most vulnerable.” Though he and I most definitely don’t agree on some of the policy decisions on the refugee front of the former Conservative government, I am very happy he engaged us and patted myself on the back about his reaction.”

When asked what changes he’s observed regarding LGBT refugees, Easton’s response is clear. “Policy-wise, it is still a huge juggernaut. We talk about the wide discrepancy of acceptance rates from different members of the Immigration Review Board, the quasi-judicial body that reviews and approves/denies refugee claims of those already living in Canada. You have some members who approve 70 per cent of the cases they hear while others reject 70 per cent. It’s unfair to those making claims and in many ways is totally arbitrary. These systems need to be standardized. Outside of that, the issue of “Designated Safe Country of Origin” needs to be addressed. With this issue, you can probably guess where we got the name for the film from. And in the film, you’ll see how the Canadian government’s policy of designating a country as “safe” can be particularly arbitrary — where one part of the country may be deemed ‘safe’ for an individual but others are not. In fact, Mexico with its incredibly high murder rate is far from safe for many. For queer folks the false assumption that a country with same sex marriage in certain states makes an entire country safe for queers manages to endanger the lives more so when sent back. Blanket statements about entire countries border on racist ideas and endanger individual lives.”

Director Rob Easton will be present for the screening on March 5th and will participate in a Q&A following the film.

Safe Country par Rob Easton

Canada a la réputation d’un refuge pour les gens LGBT, avec le mariage pour les gens de même sexe, la possibilité de servir dans l’armée et la protection des minorités sexuelles sous les lois contre les crimes haineux. Dans « Safe Country » de Rob Easton, documentaire perspicace sorti en 2015, les choses sont plus sûres pour certains qu’elles ne le sont pour d’autres. Avec des rapports détaillant de plus en plus de pays occidentalisés recevant un flux constant de migrants, des gens LGBT du monde entier sont persécutés sans fin dans des pays gouvernés par des tyrans. Le film d’Easton ne pourrait pas tomber plus à pic.

De la recherche au pitch jusqu’à la diffusion, il a nécessité un an et demi pour le compléter. « En tant que journaliste, dit-il, avoir la confiance des gens avec qui je travaille est primordial. Et lorsqu’on traite avec des gens qui ont peu de moyens financiers, souvent tout ce qu’ils ont est leur histoire. En tant que cinéaste, il est très important de respecter les histoires de ceux-ci dans les films. J’ai essayé de laisser chaque personnage raconter sa propre histoire, de laisser leur propre voix dicter comment le téléspectateur fait leur connaissance. Ça devient donc un processus où ils finissent par me faire confiance et se sentent à l’aise de s’ouvrir à propos de leurs expériences, ce qui prend du temps. Je suis quelqu’un digne de confiance, alors éventuellement chacun d’eux l’a fait.”

Le film suit trois récents réfugiés, venant de différentes parties du globe. Il débute avec Zdravko Cimbaljevic, le premier homme ouvertement homosexuel ainsi que le seul activiste concret venant de Budra au Montenegro, un pays extrêmement homophobe. Ayant obtenu le statut de réfugié, Cimbaljevic s’est crée une nouvelle vie après avoir été invité siéger comme Grand Marshal International de la Fierté de Vancouver. Des amis de Vancouver qui visitaient son pays ont été mis au courant de sa situation précaire et ont offert de le parrainer. Il a laissé derrière lui des centaines des personnes voulant sa mort, pour être accueilli par des millers l’acclamant. Au fil de son histoire, nous apprenons que la demande de son petit ami avec qui il vit est refusée et que ce dernier est renvoyé au Mexique.

Moe Sonko a fuit le Gambie, son pays d’origine où l’homosexualité est illégale et passible d’une peine de prison de quatorze ans et même de la prison à vie pour les récidivistes. Après être arrivé illégalement au Canada avec le passeport d’un ami, sa demande fut approuvée. Même s’il avait la preuve d’avoir essayer légalement, ça n’a pas réussi et il dû trouver un plan B. « Mettez-vous à ma place, dit-il. « N’auriez-vous pas fait la même chose? » Rob Hughes,  son avocat à l’immigration est d’accord, « le fait qu’un individu ait dû se servir d’un faux passeport pour entrer au Canada ne veut pas dire qu’il n’est pas un véritable réfugié. En fait, ça pourrait être tout le contraire ».

L’avocat à l’immigration Peter Edelmann de Vancouver fait écho à cette réalité, alors que de plus en plus de cas se présentent. « Les gens LGBT courent le risque d’être torturés ou tués à leur retour en pays d’origine. Ce qui avant était un filet d’eau est maintenant un déluge ». Tanaz Mehraban, une femme trans venant de Tehran en Iran répond, « des réclamants ont souvent enfreint des lois d’immigration pour réussir à venir ici. On comprend que parfois des gens désespérés commettent des actes désespérés ».

Jennie Janzen, bénévole à Kinbrace, un organisme local à but non lucratif pour réclamants réfugiés qui offre des logements de transition, du soutien à l’établissement et une communauté, dit « beaucoup d’individus viennent d’endroits où ils ne pouvaient pas avoir un visa, et ont dû faire appel à un trafiquant pour venir jusqu’ici puisqu’ils n’avaient pas d’autre moyen. Les réfugiés peuvent sentir le besoin de protéger leurs informations et leur propre personne à cause de leurs expériences passées ».

Edelmann réitère, « Vous avez quittez votre pays parce que vous avez été persécuté toute votre vie à cause de votre orientation sexuelle. Ces gens qui arrivent d’un pays d’outre-mer sont dans bien des cas sévèrement traumatisés, la source même de leur traumatisme ayant à voir avec l’emprisonnement et la torture, et se retrouvent jetés en prison dès leur arrivée au Canada dans des circonstances qui se veulent punitives. En Colombie-Britannique, vous allez directement dans une prison provinciale. » La ligne est mince entre la discrimination et la persécution.

La conférence WorldPride sur les droits de la personne de 2014 à Toronto a réuni des activistes et des décideurs de la communauté LGBTIQ de partout à travers le monde. Au premier orde du jour, les réfugiés au Canada. Cimbaljevic y a assisté et a rencontré d’autres personnes avec des expériences similaires à la sienne dans leurs pays d’origine respectifs. Malheureusement, tout le monde n’a pas eu la même chance que lui. Il dit, « C’était très bien d’entendre des discussions sur ce à quoi les réfugiés font face au Canada. J’ai une opinion et une perspective plus critique sur la manière dont le Canada traite les réfugiés ». Le Canada a un programme de réinstallation où le gouvernement sélectionne des individus dans des camps de réfugiés ou permet à des groupes communautaires d’ici de nominer des réclamants qui requièrent une protection. Il est évident que bien d’autres portes d’ouvrent aux gens comme Sonko une fois qu’ils sont capables de se créer une nouvelle vie. C’est avec émotion qu’il dit « qu’avoir le statut au Canada est d’un tel soulagement que je peux enfin dormir la nuit. Ça a changé ma vie ».

Récemment au château Loma de Toronto, 150 couples du même sexe se sont mariés dans une cérémonie de groupe, supervisée par douze représentants religieux réunis pour les féliciter de leurs unions. Cimbaljevic raconte qu’il était incroyable pour lui d’être témoin d’une telle chose, puisque c’est à l’opposé de ce qui se passe dans son pays et que, dans bien d’autres pays c’est pour s’opposer aux gens LGBT que les chefs religieux se réunissent. Il espère un jour se marier et avoir des enfants. « En tant qu’homosexuel, j’ai toujours rêvé de mener une vie qui ne serait pas tabou et que je n’aurais pas à cacher de tous. Je veux me servir de cette opportunité en tant que réfugié homosexuel pour soutenir d’autres réfugiés au Canada et partout dans le monde. » Il ajoute, « devenir réfugié n’est pas simple. On doit prendre la décision de trouver un moyen de quitter le pays, et ensuite trouver le moyen de chercher refuge. Ce n’est même pas possible dans certains pays. »

Comme le dit Edelmann, « la capacité de s’intégrer dans un climat d’hostilité rend la chose encore plus ardue lorsqu’ils sont les indésirables, les importuns, les autres. On espère ne pas se mettre dans une situation où il n’y a pas assez de bateaux de sauvetage, mais la réalité est que nous n’avons pas assez de bateaux de sauvetage. Alors, qui se fait jeter par-dessus bord? »

En réponse aux questions vis-à-vis l’état actuel des trois réfugiés du film, Easton dit, « Si vous suivez les nouvelles, le Canada a levé les exigences relatives aux visas pour les Mexicains voulant entrer au Canada. Nous attendons encore de voir la façon dont ça affecte Zdravko et son partenaire Hiram, mais je présume Hiram pourra de nouveau venir en visite. Zdravko est maintenant un résident permanent et s’emploie au parrainage de son conjoint pour qu’Hiram puisse éventuellement revenir vivre ici. Moe va bien et adore sa vie dans le belle ville de Vancouver. Aux dernières nouvelles, il planifiait d’aller bientôt rendre visite à sa famille en Grande-Bretagne ».

En ce qui a trait à la réaction au film jusqu’à maintenant, Easton déclare « qu’elle a été très bonne. À la fin du film, on peut voir un sous-titre disant que nous avions invité le Ministre des Affaires Civiques et de l’Immigration de l’époque Chris Alexander à s’entretenir avec nous pour le film, mais qu’on nous a répondu qu’il n’était pas disponible. Quoique déçu sur le moment, je n’avais pas été surpris et nous l’avons invité à une récente projection à Toronto et il m’a dit par la suite que « j’avais laissé un impressionnant éventail d’impressions venant de personnes très convaincantes: nous devons repenser notre politique de refuge pour la rendre plus rapide, plus exempte d’erreurs et apte à gérer un nombre plus élevé des gens les plus vulnérables de la planète. » Même si nous ne nous entendons certainement pas sur certaines décisions prises par l’ancien gouvernement conservateur sur la question des réfugiés, je suis très heureux qu’il nous ait engagés et je me félicite de sa réaction. »

Lorsque questionné sur les changements qu’il a observé par rapport aux réfugiés LGBT, La réponse d’Easton est claire. « Sur le plan des politiques, ça demeure un mastodonte. Nous parlons d’une grande disparité dans les taux d’acceptations selon de différents membres de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, l’organisme quasi judiciaire qui révise, approuve ou refuse les demandes d’asile de ceux vivant déjà au Canada. On retrouve des membres qui approuvent soixante-dix pour cent des cas qu’ils examinent alors que d’autres en rejettent soixante-dix pour cent. c’est injuste pour les gens faisant ces demandes et est de bien des façons totalement arbitraire. Ces systèmes doivent être uniformisés. Outre ceci, la question du « pays d’origine sûr désigné » doit être adressée. Avec cette question, vous pouvez probablement deviner d’où nous est venu le titre du documentaire. Vous verrez aussi dans ce film comment la politique du gouvernement canadien de désigner un pays tel que « sûr » peut être particulièrement arbitraire: alors qu’une partie d’un  pays peut être déclaré « sûre » pour un individu, mais d’autres parties ne peuvent pas l’être. En fait, avec ton taux d’homicide incroyablement élevé, le Mexique est loin d’être sûr pour un bon nombre de gens. Pour les personnes queer, l’idée fausse qu’un pays dans lequel certains états permettent les mariages de même sexe rend ce pays entier sûr pour les gens queer met des vies encore plus en danger lorsqu’elles y sont renvoyées. Des déclarations générales sur des pays entiers frôlent le racisme et mettent en danger des vies individuelles.”

Le réalisateur Rob Easton sera présent le 5 mars pour la diffusion de son documentaire et participera à une séance de questions après le film.

View Comments

Comments (1) (Hide)

  1. Look forward to wide distribution of this excellent documentary.

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.