close

Join Never Apart

close

Whispering Stills: Interviews

Written by

Michael Venus
May 16th, 2016

Our current exhibition in Gallery A, “Whispering Stills” is an extremely powerful exhibit featuring four international photographers all under the age of twenty-five who found community on-line. From solitude to finding like -minded friends who share common interests, these artists expose their visions in this epic group show. We ask our four artists eight questions about their work and the common artistic ideas they share.

How and why did you start taking photographs?

Brian Oldham: I started seriously taking photos when I was in high school, taking self-portraits at 17. I needed a creative outlet.. I had always liked art, but before then I hadn’t really found a medium that fit.

Kyle Thompson: After high school, I started driving an hour into rural Illinois each weekend to pick up my brother, and I started to notice strings of abandoned houses on the way. I started to explore them, and eventually take photos. I would use a tripod and self timer and take photos of myself inside, and expanded from there.

Brendon Burton: I began taking photos at the age of 16, I got a camera with money I saved and just started taking photos of my life every single day until eventually the images grew into more thought out concepts. I always loved stories told with images and I think I was just naturally drawn to it.

David Uzochukwu: I started during a family holiday – I loved collecting things, and this camera that was lying around offered a whole new way of categorizing everything around me.

How would you describe your work?
 
Brian Oldham: More recently, I’ve been working from a more experimental approach. I have difficulty pinning down which styles my work exists within. Sometimes, defining it feels like building walls around what I can and cannot create, you know?

Kyle Thompson: I think my work is very lonely and eerie. I describe it sometimes as organic surrealism, since it isn’t surreal in a traditional sense, but uses real elements to create something unnatural or unusual.

Brendon Burton: My work really is a study of isolation. A lot of my images appear melancholy at first but I believe they document my view of my surroundings as I age. These photos are my memories, both good, bad and at times disorienting.

David Uzochukwu: Hopeful, dark, vibrant.

How did you connect with the other artists in the show?

Brian Oldham: We met in person at some photographer meet-ups a couple years ago, after connecting online. We were lucky in a lot of ways to find the little internet artist community that we did. It’s nice to talk to and meet up with like-minded people.

Kyle Thompson: I’ve been friends with the other artists for years. We all found each other’s work online, and had similar aesthetics and got along. Doing a show together has been amazing.

Brendon Burton: The other artists showing are all peers of mine who inspire me greatly. This is the first time I’ve ever had my work shared along side artists that are also my friends, so it’s really exciting.

David Uzochukwu: Over the internet! I’d been following them online for years before meeting them in real life two years ago.

What are your common links and like mindedness with the other photographers in the show?

Brian Oldham: All of us in the show started out at a young age and shared our work over the years on social media. I think that alone is a big connecting factor, along with each of us shooting self-portraits. We all have different styles and themes within our works, but there are definitely some common threads.

Kyle Thompson: I think all of our work has an unusual conceptual quality. More literally though, we are all young male artists from different backgrounds with work that connects.

Brendon Burton: I believe that the artists featured all share a similar slightly surreal aesthetic. Different pieces and views of a shared universe almost.

David Uzochukwu: Definitely the flickr roots, and today mostly the storytelling aspect to our photography.

What are your photos in the exhibits whispering?

Brian Oldham: I think that they say something different to everyone. I hear a lot from people about what some of my photos mean to them.. A lot of the time, it has little to do with what I see in the work, and I love that.

Kyle Thompson: I feel like each of my images brings out the emotions relating to the time when the image was shot. I use photography as an emotional release, and I feel like my work shows that.

Brendon Burton: Never thought of my photos as the whispering type but I suppose if my images spoke they certainly wouldn’t scream. My photos are just abstract and physical versions of my thoughts.

David Uzochukwu: To stand still, and find out for yourself.

What have been your biggest inspirations or influences?

Brian Oldham: My biggest influences have been my experiences. Looking at what interests me and the direction my works often take, it’s easy for me to see the parts of my life these ideas are originating from.

Kyle Thompson: I’m inspired by empty places, and my emotional state. When I first started photography, I was really into Francesca Woodman. I haven’t looked at her images in a while, but it could have created a projectory in my aesthetic.

Brendon Burton: I am obsessed with desolation and the concept of limbo. I’m the most inspired when I’m lost, physically or spiritually.

David Uzochukwu: I actually discovered the other artists’ works very early on, they profoundly changed my perspective on photography by being out there, making genius self portraits. And once I looked up the masters, Gregory Crewdson.

What attracted you to do the show with Think Outside The Box and Never Apart?

Brian Oldham: It’s a cool opportunity to be able to show your work with people you can call friends!

Kyle Thompson: I thought the group of artists was great, and I was excited to have my work displayed along with friends work. I think as a group, the images have a wonderful flow to them, and I was into that.

Brendon Burton: The artists being featured! I jumped at the chance to share my work with people I admire, both as artists and friends.

David Uzochukwu: I’d come across TOTB beforehand, so their name was familiar to me when I was asked to exhibit in a beautiful space with amazing people. All things that I like in a show!

What can we expect from the near future from you?

Brian Oldham: I’m working on expanding upon some of my existing series right now. I feel like I still have more to say within those realms. Beyond that, I’m not sure. I’d love to make a book of art some day.

Kyle Thompson: I’m working on a new photo book, and I’m creating lots of work outside of that as well

Brendon Burton: Much more film photography and multimedia work. It’s difficult for me to track where I’m headed artistically, but then again the unknown is what I’m attracted to in the first place.

David Uzochukwu: Probably not much until after my high school graduation in July!

Whispering Stills, actuelle présentée dans la Galerie A, est une exposition extrêmement puissante qui met en vedette quatre photographes internationaux, chacun ayant moins de 25 ans et ayant trouvé un véritable sens de communauté en ligne. Allant de la solitude à la rencontre d’amis partageant des intérêts en commun, ces artistes exposent leurs visions dans exposition collective de grande envergure. Nous avons posé à nos quatre artistes huit questions sur leurs oeuvres et les idées artistiques qu’ils partagent.

Comment et pourquoi avez-vous commencé à prendre des photographies?

 Brian Oldham : J’ai commencé à prendre des photographies de façon sérieuse lorsque j’étais à l’école secondaire; je prenais des auto-portraits à 17 ans. J’avais besoin d’un exutoire créatif. J’ai toujours aimé l’art, mais je n’avais pas encore trouvé un média qui provoquait un déclic en moi.

Kyle Thompson: Après l’école secondaire, je conduisais une heure à travers la campagne illinoise chaque fin de semaine pour aller chercher mon frère, et j’ai commencé à remarquer plusieurs séries de maisons abandonnées tout au long du trajet. Je me suis mis à les explorer et finalement à les photographier. Je me servais d’un trépied et d’un minuteur pour m’y prendre en photo et j’ai progressé à partir de là.

Brendon Burton: J’ai commencé à prendre des photos à l’âge de 16 ans, j’avais une caméra achetée avec mes économies et j’ai commencé à prendre des photos de ma vie à chaque jour jusqu’à ce que finalement les images évoluent en concepts plus réfléchis. J’ai toujours aimé les histoires racontées en images et je crois que j’y est naturellement été attiré.

David Uzochukwu: J’ai commencé durant des vacances familiales, j’adorais collectionner des objets, et cette caméra qui trainait là m’a offert une toute nouvelle façon de cataloguer les choses qui m’entourent.

Comment décririez-vous vos oeuvres?

 Brian Oldham: Plus récemment, je travaille à partir d’une approche plus expérimentale. j’ai de la difficulté à définir exactement dans quel style mes oeuvres se classent. Parfois, le définir semble mettre des limites autour de ce que je peux et ne peux créer, vous voyez?

 Kyle Thompson: Je pense que mes oeuvres sont très solitaires et étranges. Je les décris parfois comme du surréalisme organique, puisqu’elles ne sont pas surréalistes dans le sens traditionnel, mais se servent d’éléments réels pour créer quelque chose de surnaturel ou inhabituel.

Brendon Burton: Mes oeuvres sont réellement une étude de l’isolement. Un grand nombre de mes images paraissent mélancoliques à première vue, mais je crois qu’elles documentent ma vision de ce qui m’entoure alors que je vieillis. Ces photos sont mes souvenirs, à la fois bons, mauvais et parfois déstabilisants.

David Uzochukwu: Optimiste, sombre, vibrant.

Comment avez-vous rencontré les autres artistes de l’exposition?

Brian Oldham: Nous nous sommes rencontrés en personne à une réunion de photographes il y a quelques années de cela, après avoir fait connaissance en ligne. Nous avons beaucoup de chance à de nombreux égards d’avoir trouvé cette petite communauté artistique sur internet comme nous l’avons fait. C’est agréable de parler et rencontrer des personnes animées du même esprit.

Kyle Thompson: Je suis ami avec les autres artistes depuis des années. Nous avons découvert les oeuvres de chacun sur internet, nous avions des esthétiques semblables et nous nous sommes bien entendus. Faire cette exposition a été incroyable.

Brendon Burton: Les autres artistes prenant part à l’exposition sont tous mes pairs et m’inspirent énormément. C’est la première fois que mes oeuvres sont exposées aux côtés de celles d’artistes qui sont aussi des amis, alors c’est très excitant.

David Uzochukwu: Sur internet! Je les suivais en ligne depuis des années avant de les rencontrer dans la vraie vie il y a deux ans.

Quels sont vos liens communs et vos affinités avec les autres photographes de l’exposition?

Brian Oldham: Chacun de nous, faisant partie de l’exposition, avons commencé à un jeune âge et avons partagé nos oeuvres au fil du temps sur les réseaux sociaux. Je pense que ce simple fait est un grand facteur de rattachement, en plus du fait que nous fassions tous des auto-portraits. Nous avons tous des styles et des thèmes différents au sein de nos oeuvres, mais il y a définitivement des traits communs.

Kyle Thompson: Je pense que toutes nos oeuvres ont une qualité conceptuelle inhabituelle. De façon plus littérale, nous sommes tous des jeunes hommes artistes dont le travail se rejoint.

Brendon Burton: Je crois que les artistes présentés partagent tous une esthétique quelque peu surréaliste semblable. Pratiquement des différentes parties et visions d’un même univers.

David Uzochukwu: Définitivement les racines flickr et, à présent, l’aspect mise en récit de notre photographie.

Que murmurent les photos des expositions?

Brian Oldham: Je pense qu’elles disent quelque chose de différent à chacun. Les gens me parlent souvent de ce que certaines de mes photos représentent pour eux… Très souvent, ça a très peu à voir avec ce que je vois dans l’œuvre et j’adore ça.

Kyle Thompson: Je crois que chacune de mes images éveillent les émotions relatives au moment où l’image a été saisie. J’utilise la photographie comme un soulagement émotif et je pense que cela se ressent dans mes oeuvres.

Brendon Burton: Je n’ai jamais considéré mes images comme étant du genre à murmurer, mais je suppose que si elles parlaient, elles ne crieraient certainement pas. Mes photos sont simples des versions abstraites et physiques de mes pensées.

David Uzochukwu: De rester immobile et de le découvrir par vous-mêmes.

Quelles ont été vos plus grandes inspirations ou influences?

Brian Oldham: Mes influences les plus marquantes ont été mes expériences. En regardant ce qui m’intéresse et la direction fréquente que mes oeuvres prennent, c’est facile pour moi de voir de quelles parties de ma vie mes idées proviennent.

Kyle Thompson: Je suis inspiré par des espaces vides et par mon état émotif. Lorsque j’ai commencé la photographie, j’étais très intéressé par Francesca Woodman. Je n’ai pas regardé ses images depuis un moment, mais ça aurait pu créer une trajectoire dans mon esthétique.

Brendon Burton: Je suis obsédé par la désolation et la notions des limbes. Je suis le plus inspiré quand je suis perdu, physiquement ou spirituellement.

David Uzochukwu: J’ai en fait découvert les oeuvres des autres artistes il y a un bon moment, ils ont profondément changé ma perception de la photographie en étant accessible de cette façon, en créant des auto-portaits géniaux. Une fois que je me suis familiarisé avec les maîtres, Gregory Crewdson.

Qu’est-ce qui vous attiré à faire l’exposition avec Think Outside The Box et Never Apart?

Brian Oldham: C’est une opportunité géniale de pouvoir présenter ses oeuvres avec des personnes qu’on considère ses amis!

Kyle Thompson: J’ai trouvé que le groupe d’artistes était fantastique et j’étais enthousiasmé à l’idée de voir mes oeuvres exposées aux côtés de celles de mes amis. Je pense qu’en tant qu’ensemble, les images se complémentent très bien, et j’ai beaucoup aimé.

Brendon Burton: Les artistes exposés! J’ai sauté sur l’opportunité de partager mon travail avec des gens que j’admire, autant en tant qu’artistes qu’amis.

David Uzochukwu: J’avais déjà eu vent de TOTB auparavant, alors le nom m’était familier lorsqu’on m’a demandé d’exposer dans un espace magnifique avec des gens sensationnels. Tout ce que j’adore d’une expo!!

Que pouvons-nous attendre de vous dans un futur proche?

Brian Oldham: En ce moment, je travaille à élargir ma série actuelle. J’ai l’impression que qu’il me reste beaucoup à dire sur ces sujets. Au-delà de ça, je n’en suis pas certain. J’aimerais bien un jour faire un livre d’art.

Kyle Thompson: Je travaille sur un livre de photographies et je crée aussi beaucoup d’autres oeuvres hors de ce contexte.

Brendon Burton: Beaucoup plus de photographie argentique et d’oeuvres multi-média. C’est difficile pour moi de prédire ma future direction artistique, mais encore là, c’est l’inconnu qui m’a attiré dès le départ.

David Uzochukwu: Probablement pas grand chose avant ma graduation de l’école secondaire en juillet!

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.