close

Join Never Apart

close

CC: MTL: Interview with Keesha Chung and Nènè Myriam Konaté

Written by

Stephanie Braun
August 16th, 2016

Categories


Dynamic conversations about race and gender in a Concordia University classroom were  responsible for bringing together Keesha Chung and Nènè Myriam Konaté, the founders of Geodesic Media and the creative minds behind Never Apart’s August event, CC: MTL. When the two realized they had mutual interests in biopolitics, they joined forces to create NVA’s upcoming two-day event that will hopefully open minds and spark new conversations.

Chung (originally from Toronto) and Konaté (born in Montreal) were attracted to Concordia’s Simone de Beauvoir Institute for similar reasons, namely, how race affects one’s gender subjectivity and how one is viewed by society. “We met in a class called Queer and Trans Migrations and I always thought Keesha had the most insightful comments in our group discussion,” remarks Konaté. Chungs adds, “I told my friends about this girl in my class, Nènè, and how I wanted to get to know her. Neither of us really had the guts to introduce ourselves till the end of that semester! We had admiration for each other but were too shy to introduce ourselves. Needless to say, we clicked right away once we did.”

The new friends developed their relationship over frequent coffee dates, and pondered about how they could share their type of experience during their gender studies discussions with the public. “We decided to put together small events that were spaces where people could have intimate conversations about gender, identity politics, pop culture, and the list goes on,” explains Chung. Konaté spearheaded an event series called The Clap Back, where small groups would meet in coffee shops or parks. The events consisted of moderated discussions that would always begin with one talking point, i.e a pop culture phenomenon, and would encourage all participants to share their opinions and personal experiences.

“We organized all these little events that started off as one-day occasions but would end up snowballing into two-day and three-day events. It was growing organically, which is why we decided to plan something bigger,” says Chung. 

While planning their first CC: MTL event, Chung and Konaté realized they couldn’t contain all of their ideas, projects, and collaborations in one weekend, and so they formed Geodesic as the umbrella organization that would encompass many events. Geodesic Media is an official non-profit organisation and media house that aims to facilitate unconventional collaborations between arts, academia and pop culture. Events will make up a large part of Geodesic’s activities, but they will also produce workshops and written and visual content that bridges gaps between communities.

“Once we put our intentions out into the universe to produce CC: MTL, all the right people came forward. This inspired us to create Geodesic Media and lay the groundwork for future collaborations that channel the spirit of CC: MTL,”  says Konaté.

Collective Culture Montreal (or CC: MTL) aims to increase visibility amongst BIPOC (Black, Indigenous and People of Colour) creatives while fostering a collective culture. It’s an all-access weekend that celebrates the voices of Canadians, particularly those of the Black, Indigenous, and other minority communities. The festival is a chance for people to relax, inspire and be inspired by panels, presentations, entertainment, and of course open dialogue amongst each other.

So what can attendees expect from the first CC: MTL at Never Apart? “I want people to unwind and engage in stimulating and possibly enlightening discussions. There isn’t always a space for people to discuss their experience as someone of colour. It’s sometimes an uncomfortable topic, and we want people of all kinds to join in on the conversation. That’s really my hope for this event – that people can share their personal stories and form friendships,” explains Chung.

“I don’t have any specific expectations about what kind of conversations people will have,” says Konaté. “I hope people can learn from the plurality of experiences of BIPOC Canadians. A lot of people don’t always feel like they’re heard or that their voices are respected, so this is a time where people can feel free to vocalize their truth.”

The issues being addressed at CC: MTL will vary. Chung and Konaté are now experienced in  sparking debates and exchanges with different talking points ranging from seemingly superficial pop culture trends to important current events. “At one Clap Back event I organized, the topic of discussion was Beyonce’s Lemonade film. It’s a popular music video, but there are some pretty important underlying issues, and everyone brought an interesting point of view to the table. Look out for more of the same at CC: MTL!” says Konaté.

The event will kick off with a conversation with a theme of (in)visibility – where conversations will center around notions of identity and marginalization. Don’t expect stuffy, academic panels, however. “We moderate and facilitate exchanges, but it’s not necessarily with an academic style. It’s supposed to be fun and free, definitely not intimidating,” remarks Chung. Guests can look forward to performances, lectures, and of course (in true Never Apart form) an after party.

“We hope people to start discussions at the event that continue on after the weekend is over,” says Chung. When asked about the seemingly ubiquitous talk about race relations proceeding the recent police shootings in America, both are keen to note that most of the conversations will (ideally) focus on the Canadian experience. “I’m sure there will be opportunities to address things like the recent U.S. police shootings, but the primary goal of CC: MTL is discussing issues specific to the Canadian context,” Konaté maintains. “This is part of how American Imperialism works – events and discourses are made to feel homogenous. American experiences have global reach, but Canada’s racial dynamics are rooted in a specific context that can’t be seen through American lenses. There are issues that transcend borders but land differently in each space.”

While intimate discussions can occur anywhere, Chung and Konaté agree that Never Apart’s unique design naturally facilitates conversations and mingling no matter what the occasion. “We love watching how people gather in different rooms and then migrate to other areas and to other groups. All these little gatherings going on at the same time are cool to watch and exactly what we want to facilitate at the festival,” says Chung.

 When it came to choosing a venue for CC: MTL, Never Apart was the number one choice. “We knew after our first visit to NVA that it would be the ultimate place to hold our first event. Everything from the mission statement to the positive energy that everyone seems to convey really spoke to us.

So what does the future hold for Geodesic? Chung’s strong ties to her native Toronto suggests that events will start to pop up in Canada’s biggest city. “Watch out for CC: TO!” exclaims Chung. Konaté adds “The events we organize as part of Geodesic are already bigger than we had ever imagined. Our goal is not only to take these events to other Canadian cities, but to attract artists, academics and experts from all over the country to our events.”

Des conversations dynamiques dans une salle de classe de l’Université Concordia, portant sur le sujet des races et des genres, sont responsables de l’association de Keesha Chung et Nènè Myriam Konaté, les fondatrices de Geodesic Media et les esprits créatifs derrière CC: MTL, un événement qui aura lieu à Never Apart au mois d’août. Lorsque ces dernières ont réalisé qu’elles partageaient des intérêts pour la biopolitique, elles ont unit leurs forces pour créer l’événement de deux jours de NVA qui, elles l’espèrent, suscitera des conversations et permettra à chacun de s’ouvrir à de nouvelles idées.

Chung, originaire de Toronto et Konaté, née à Montréal, ont été attirées par l’Institut Simone de Beauvoir de Concordia pour des raisons similaires, à savoir la manière dont la race affecte la subjectivité de genre et comment chacun est vu par la société. « Nous nous sommes rencontrées à l’occasion d’un cours intitulé Queer and Trans Migrations; je trouvais toujours que Keesha avait les commentaires les plus perspicaces dans nos discussions de groupe, » remarque Konaté. Chung ajoute, « Je parlais à mes amis d’une fille de mon cours, Nènè, et je disais combien je souhaitais faire sa connaissance. Aucune de nous n’a osé se présenter avant la fin du semestre! Nous avions de l’admiration l’une pour l’autre, mais étions trop timides pour se présenter. Il va sans dire qu’une fois que nous l’avons fait, le courant a passé. »

Les nouvelles amies ont développé leur relation au cours de fréquents rendez-vous café, et ont réfléchi sur la façon dont elles pouvaient partager leurs expériences vécues durant leurs débats d’études de genre avec le public. « Nous avons décidé d’organiser de petits événements qui serviraient d’espaces où les participants pourraient avoir des conversations intimistes à propos de genre, de politiques identitaires, de culture populaire et plus encore, » explique Chung. Konaté a été l’instigatrice d’une série d’événements intitulée The Clap Back, où de petits groupes se rencontraient dans des cafés ou des parcs. Les événements étaient constitués de débats modérés qui avaient toujours pour point de départ un sujet de conversation, par exemple un phénomène de culture populaire, et encourageaient tous les participants à faire part de leurs opinions et leurs expériences personnelles.

« Nous organisions ces petites rencontres qui débutaient comme l’affaire d’une journée, mais qui se retrouvaient durer pendant deux ou trois jours. Elles ont crû de manière organique, voilà donc pourquoi nous avons décidé d’organiser quelque chose de plus grande envergure, » raconte Chung.

En planifiant leur premier événement CC: MTL, Chung et Konaté ont réalisé qu’elles ne pouvaient contenir toutes leurs idées, leurs projets et leurs collaborations dans une seule fin de semaine. Elles ont donc fondé Geodesic en tant qu’organisation cadre qui engloberait plusieurs événements. Geodesic Media est une organisation à but non lucratif et une société de presse qui vise à faciliter des collaborations non-habituelles entre les arts, les études académiques et la culture populaire. Les événements constituent la majeure partie des activités de Geodesic, mais l’organisation produit aussi des ateliers et du contenu écrit ainsi que visuel qui comblent les fossés entre les communautés.

« Une fois nos intentions pour mettre sur pied CC: MTL lancées dans l’univers, toutes les bonnes personnes se sont manifestées. Ça nous a inspiré à créer Geodesic Media et à poser les jalons pour de futures collaborations qui canalisent l’esprit de CC: MTL » explique Konaté.

Collective Culture Montreal (ou CC: MTL) vise à accroître la visibilité pour les PINC (Personnes Noires, Indigènes et de couleur) créatives tout en encourageant une culture collective. C’est une fin de semaine à accès illimité qui célèbre les voix des canadiens, particulièrement celles des Noirs, Indigènes et autres communautés minoritaires. Le festival offre aux gens la chance de relaxer, d’inspirer et d’être inspirés par des panels, des présentations, du divertissement et, bien sûr, par un dialogue ouvert entre chacun.

À quoi peuvent donc s’attendre les participants au premier CC: MTL à Never Apart? « Je veux que les gens se détendent et participent à des conversations stimulantes et possiblement enrichissantes. Il n’y a pas toujours d’espace pour que les gens discutent de leur expérience en tant que personne de couleur. C’est parfois un sujet dérangeant et nous voulons que des gens de toutes sortes participent à la conversation. C’est vraiment ce que je souhaite de cet événement, que les participants partagent leurs histoires personnelles et nouent de nouvelles amitiés, » explique Chung.

« Je n’ai pas d’attentes précises à propos du type de conversations que les gens auront, » dit Konaté. « J’espère que tous pourront apprendre de la pluralité des expériences de canadiens PINC. Un grand nombre de personnes n’ont pas toujours l’impression qu’elles sont écoutées ou que leur voix est respectée, alors voilà un moment où les gens peuvent se sentir libre de dire leur vérité. »

Les questions adressées à CC: MTL varieront. Chung and Konaté ont maintenant l’habitude de susciter des débats et des échanges avec des points de discussion allant de tendances de culture populaire apparemment superficielles à des événements actuels importants. « Limonade, le film de Beyoncé, a été le sujet de conversation lors d’un événement Clap Back que j’ai organisé. Il a beau être un vidéoclip populaire, reste qu’y sont présents des motifs sous-jacents très importants et tous les participants ont soulevé des points intéressants. Des expériences similaires vous attendent à CC: MTL! » ajoute Konaté.

L’événement débutera avec une discussion sur le thème de la visibilité/invisibilité, où les conversations seront centrées autour d’idées d’identité et de marginalisation. Ne vous attendez surtout pas à des panels universitaires rigides, « Nous animons et facilitons les échanges, mais ce n’est pas nécessairement avec un style académique C’est censé être agréable et libre, certainement pas intimidant, » remarque Chung. Les invités peuvent s’attendre à des performances, des lectures, et bien sûr, de manière fidèle à Never Apart, un after party.

« Nous espérons que les gens entameront des conversations durant l’événement qu’ils continueront une fois la fin de semaine terminée, » ajoute Chung. Lorsque questionnées au sujet de la discussion omniprésente sur les relations raciales suite aux récentes fusillades policières aux États-Unis, toutes deux sont désireuses de noter que l’accent de la majorité des conversations sera idéalement mis sur l’expérience canadienne. « Je suis certaine que des occasions se présenteront pour aborder des sujets tels que les récentes fusillades policières américaines, mais le but premier de CC: MTL est de débattre de questions spécifiques au contexte canadien, » soutient Konaté. « Voici en partie comment l’impérialisme américain fonctionne; les événements et les discours sont regroupés en un bloc homogène. Les expériences américaines ont une portée mondiale, mais les dynamiques raciales canadiennes sont ancrées dans un contexte précis qui ne peut être vu à travers un objectif américain. Il y a des questions qui transcendent les frontières, mais qui sont abordées de manière différente dans chaque espace. »

Bien que des discussions intimistes puissent survenir n’importe où, Chung et Konaté s’entendent pour dire que le design unique de Never Apart facilite naturellement les échanges peut importe l’occasion. « Nous adorons regarder la manière dont les gens se réunissent dans différentes salles, pour ensuite se déplacer vers d’autres salles et se joindre à d’autres groupes. Il est excitant de voir tous ces petits attroupements; c’est précisément ce que nous souhaitons faciliter au festival, » explique Chung.

Lorsqu’est venu le temps de choisir un emplacement pour CC: MTL, Never Apart était le choix numéro un. « Nous savions dès notre première visite à NVA que le centre serait l’ultime endroit pour tenir notre premier événement. Tout de Never Apart, en allant de la déclaration de mission à l’énergie positive que tout le monde semble démontrer, nous a vraiment rejoint.

Que réserve l’avenir à Geodesic? Les liens étroits entre Chung et la ville de Toronto laissent entendre que des événements auront lieu dans la plus grande ville canadienne. « Gardez l’oeil ouvert pour CC: TO! » s’exclame Chung. Konaté ajoute « Les événements que nous organisons par le biais de Geodesic ont déjà pris plus d’envergure que ce que nous avions imaginé. Notre but est non seulement d’exporter ces événements dans d’autres villes canadiennes, mais aussi d’attirer à nos événements des artistes, des universitaires et des experts venus de partout au pays. »

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.