close

Join Never Apart

close

Interview: Andrew Tay

Andrew Tay is a Montreal-based dancer and choreographer who has also participated in many of Never Apart’s artistic endeavours over the past few months. We sit down and talk about his involvement with us and his creative pursuits.

What are you currently working on?

I’m working in Toronto at Toronto Dance Theatre  (TDT) on a new project they’ve initiated called Emerging Voices. It’s centred around thinking about choreographic process and working methods. There’s 9 other choreographers here from all across Canada, and we’re working alongside each other sharing ideas, tools, etc. It’s really cool to work on the dancers of the company and rehearse at TDT’s studios as they are one of the largest and oldest contemporary dance companies in Canada.

You were involved in colouring in Willie Ninja for The Colour By Icons exhibit. Tell us why you picked him and why he was such an important Icon?

It made sense for me to do Willie Ninja because I think he was the only pure dance artist in the series! I mean, watching him in « Paris is Burning » and hearing him talk about his work and the codes of the vogue ballroom scene was really inspiring to me when I was a teenager in my home town of Windsor, Ontario. Actually, some of the work I’m doing in Toronto right now involves a practice I’m calling “Unintentional Vogueing” where I’m having 3 nude dancers work in a really unconventional way with weird angles, graphic shapes, and distorted poses, all of which I feel were elements of the House of Ninja style.

You also helped our with The Invite exhibit. Tell us about what your submissions were and how that era of parties effected you. What were some of your fondest memories from that time?

Yeah that was so fun! My friend Erin Whittaker (who also helped you with the exhibit) and I were having a late night and decided to go through all of my collection of Party and Rave flyers, so for the exhibit I contributed examples from Toronto (late 90’s) and a lot from the Detroit/Chicago area (early 90’s) where I grew up partying.  I love some of the old Detroit ones and their DIY attitude, even the photocopied ones are amazing! And I think these flyers were coming out at a time when people were really figuring out the codes and conceptual side of graphic design and marketing.  I love the Detour flyer for the party “Busted”, which is basically a realistic Detroit police ticket -commenting on the fact that parties were getting busted and everyone was being arrested who attended them. You literally had to run from the cops, I remember one party at 1515 Broadway where they busted down these huge garage doors and everyone just scattered – It was crazy!.  And the “‘Don’t fuck with Detroit!” flyer with Pinhead from Hellraiser on it is also one of my favorites.  Fondest memories from back then – the 2 outdoor Plastikman parties – the first free party in some gigantic barn outside of Windsor where people were driving from as far as Florida to attend, and the Sickness and Recovery party with Richie Hawtin , Jeff Mills and John Aquaviva in the morning. I remember dancing and getting lost in the cornfields with friends! Also the Metroplex Anniversary at the Warehouse in Detroit. I  recall that almost every Dj played “The Bomb” by the Bucketheads. And they had a special booty room with Dj funk and others from the DanceMania label that was killing it.  But probably one of my favorite memories is watching the sun rise in the morning with friends from the roof of the abandoned train station (30 stories high) in Detroit, which we did often coming back from parties at the Packard building and other party spots.

Your images appeared in The Manifesto Exhibition as well. How did that come to be and tell us your take on that exhibition?

I’ve know Qarim, the photographer for the Manifesto Exhibition, for a long time from the fashion and club scene here.  It was fun to take the photos! One of me was actually taken at NeverApart a week before the exhibition opening. I was running around the building during the day dancing around in my underwear (haha). I think the exhibition was a great first exhibition for NeverApart because it featured a lot of iconic characters and talented artists from Montreal.

How would you describe NeverApart and why do you feel it is important?

Never Apart is special because I feel it is really trying to build a real culture around exhibitions, artists talks, parties, hang outs, and community outreach ….And doesn’t seem to privilege one more than the other!  In that way it feels more complete and well rounded than some of the other institutions or artist run centres in the city.  I also have to say that the NeverApart events are great because they are smart and cool but not overly intellectualized or stuffy and I feel like this is so rare in Montreal right now. It’s a model that feels really fresh and vibrant. You guys are also bringing in icons like Amanda Lepore, Bruce LaBruce, Mink Stole etc.. in a way that is accessible for the community here which is really amazing.

We will be bringing “Wiggle” ( annual wearable art wig and performance festival) to Montreal this spring. You were involved in the very first 3 instalments of this show back in Windsor and Detroit. Tell us what Wiggle is to you and what folks can expect to see?

Wow, so many fun memories of Wiggle!! I think it will be cool to see how Montreal artists interpret the wigs.  The event brings together artists from all different types of communities and artistic disciplines together in room. Expect to see wigs transformed into art objects and some really fierce runway (haha)!

You have lived in Montreal for many years. What makes Montreal so unique compared to other Canadian cities and what are you favourite things about residing here?

I love Montreal for the quality of life and the attitude of the people here.  It’s probably the best city for dance in North America and I really appreciate the community of dance artists here.  It’s also amazing that you can see all kinds of dance work from the really underground to the major International companies.  I like that the general public really supports art and culture, which I feel much less when I’m in other cities in Canada . And the mix of french and english is important for me about what makes Montreal so special… travelling to cities that are unilingual now feels weird.

What have been some of your career highlights as a dancer?

I’m really proud of my last 2 works: Summoning Aesthetics (created with visual artist François Lalumière who also contributed to the Colour by Numbers exhibit) and You can’t buy it (but I’ll sell it to you anyways) SUCKA which I premiered in August at the Dance Made in Canada Festival in Toronto.  These are really experimental works which question spirituality and magic from a queer perspective. I’ve also been dancing for  a project called More than Naked created by Austrian choreographer Doris Ulhich. The project brings together more than 20 dance artists from all over the world in a work that contemplates nudity in contemporary dance today. It’s been touring all over Europe and hopefully will come to Canada at some point!  And in terms of my more commercial work, I have to say the semi- permanent installation I did (with choreographer Sasha Kleinplatz) and Moment Factory for LAX airport…. it’s a Busby Berkley inspired 3d LED clock tower (7stories high) which plays every hour on the hour . Also The Chemins Invisibles show we choreographed in Quebec city for Cirque du Soleil in 2012 and Spectra’s Cabaret which is a crazy multimedia experiential show I choreographed with a talented team which is playing for the next 5 years on Royal Caribbean’s new ship the Anthem of the Seas are projects that I definitely feel are highlights.

What wonderful things can we expect from you in the new year (Other than a smashing performance at Wiggle)?

Lots of things!  But I’m participating in a really cool group exhibition called Do it! Montreal at the Gallery UQAM which starts in January.  This is a specially curated event which will cross over the disciplines with visual art / theatre / performance / dance artists involved. There’s also a performance night February 3rd as part of the exhibition where Sasha Kleinplatz and I will present something that I have a feeling is going to resemble a kind of Kama Sutra flashmob…  And we’re also doing one of ourShort & Sweet events at Sala Rosa on January 22nd 2016. It’s going to be a fun party performance event to start the new year and dance season!

Andre Tay est un danseur et chorégraphe basé à Montréal qui a participé à un bon nombre de productions artistiques de Never Apart dans les derniers mois.
Nous avons eu l’occasion de nous assoir avec lui et de parler de ses contributions avec NA et de ses projets créatifs.Sur quel projet travaillez-vous présentement?

En ce moment, je travaille à Toronto au Toronto Dance Theatre (TDT) sur un nouveau projet intitulé Emerging Voices. Il s’agit d’une réflexion basée sur le processus chorégraphique et les méthodes de travail. Neuf autres chorégraphes venant de partout au Canada et moi-même travaillons tous côte à côte et partageons nos idées, nos outils, etc. C’est vraiment génial de travailler avec les danseurs de la compagnie et de répéter aux studios du TDT, celle-ci étant une des plus anciennes et importantes compagnies de danse contemporaine au Canada.

Vous avez coloré l’image de Willie Ninja pour l’exposition Colour By Icons. Pourquoi l’avoir choisi et pour quelles raisons était-il une icône importante pour vous?

Ça avait du sens pour moi de faire Willie Ninja parce que je pense qu’il était le seul danseur pur et dur de la série! Honnêtement, de le regarder danser dans Paris is Burning et de l’écouter parler de son art et des codes de conduite pour les balls de voguing fut franchement inspirant pour moi, petit adolescent de Windsor que j’étais. En fait, certains des projets sur lesquels je travaille en ce moment  à Toronto intègrent une pratique que je qualifie de “voguing involontaire” où j’ai trois danseurs travaillant nus d’une manière non conventionnelle avec des angles étranges, des formes graphiques et des poses déformées qui représentent pour moi des éléments propres au style de House of Ninja.

Vous avez aussi contribué à notre exposition The Invite. Parlez-nous de vos soumissions et de la façon dont cette époque vous a affecté. Quels sont vos souvenirs les plus chers de cette période?

Oui ça a été vraiment amusant! Mon amie Erin Whittaker, qui vous a aussi aidé pour l’exposition, et moi étions debout tard un soir et avons décidé de passer au peigne fin ma collection de flyers de soirées et de raves. J’ai ainsi pu contribuer à l’exposition en fournissant des flyers du Toronto de la fin des années 90 ainsi qu’un grand nombre provenant de la région de Détroit et de Chicago où j’ai fait la fête durant la même époque.

J’aime quelques-uns des plus vieux venant de Detroit du style système D, même ceux photocopiés sont géniaux! Je pense que tous ces flyers sont apparus à une période où les gens découvraient les règles et tout le côté conceptuel du graphisme et du marketing. J’adore le flyer de Detour flyer pour la soirée « Busted » qui ressemble à une vraie contravention de la police de Détroit, un clin d’oeil au fait que les soirées étaient marquées de descentes policières où les fêtards présents se faisaient arrêter.

On devait littéralement se sauver des policiers; je me rappelle d’une soirée au 1515 Broadway où la police a défoncé les énormes portes de garage à l’entrée et tout le monde s’est dispersé dans tous les sens…c’était fou!

Le flyer “‘Don’t fuck with Detroit!” avec l’effigie de Pinhead de Hellraiser est aussi un de mes préférés.

Meilleurs souvenirs de l’époque, dans le désordre:

Les deux soirées Plastikman en plein air – la première soirée gratuite donnée dans une gigantesque grange juste en dehors de Windsor avec des gens ayant conduit d’aussi loin que de la Floride pour y être! La fête Sickness & Recovery avec Richie Hawtin , Jeff Mills and John Aquaviva en matinée.

Je me souviens avoir dansé et m’être perdu dans un champs de maïs avec des amis! Il y a eu aussi l’anniversaire du Metroplex au Warehouse de Détroit. Je me souviens que presque tout les DJ faisaient jouer “The Bomb” par The Bucketheads et qu’ils avaient une pièce spéciale avec Dj funk et ainsi que d’autres de la maison de disques DanceMania qui faisait vraiment fureur.

Mais pour finir, un de mes meilleurs souvenirs est de regarder le lever du soleil avec des amis, à trente étages de haut sur le toit d’une station de train abandonnée à Detroit, ce qu’on faisait souvent en rentrant de soirées données à l’immeuble Packward ou ailleurs.

Vos images sont aussi apparues dans l’exposition Manifesto. Comment la chose s’est-elle présentée et parlez-nous de votre impression de l’exposition?

Je connais Qarim, le photographe de Manifesto, depuis longtemps dans les milieux montréalais de la mode et des clubs. Quel plaisir que de prendre ces photos! Une dans laquelle j’apparais a en fait été prise à NeverApart juste une semaine avant le lancement de l’exposition. Je courais à travers l’immeuble en plein jour en dansant en sous-vêtements (haha). Je pense que l’exposition était parfaite pour lancer la galerie de NeverApart parce qu’elle mettait en avant un bon nombre de personnages emblématiques et d’artistes de talent de Montréal.

Comment décririez-vous NeverApart et pourquoi est-il pertinent?

NeverApart est spécial parce que j’ai réellement l’impression que NA essaie de bâtir une véritable culture autour des expositions, des discussions d’artistes, des soirées, des événements, de la sensibilisation communautaire. Et sans en privilégier un plus qu’un autre!  Dans cette veine, il me semble plus complet et cohérent que plusieurs autres organisations ou centres d’artistes autogérés d’ici. Je dois aussi dire que les événements de NeverApart sont très intéressants parce qu’ils sont à la fois intelligents et cool sans être intellectualisés à l’extrême ou coincés, ce que je trouve assez rare à Montréal en ce moment. C’est une façon de faire nouvelle et dynamique. Vous amenez en ville des icônes telles qu’Amanda Lepore, Bruce LaBruce et Mink Stole d’une manière accessible à la communauté d’ici et c’est véritablement remarquable.

Nous apporterons “Wiggle” (le festival annuel de design de perruques et d’art de la scène) à Montréal ce printemps. Vous avez été impliqué dans les trois premières éditions de ce spectacle à Windsor et Detroit. Que représente Wiggle pour vous et à quoi les invités peuvent-ils s’attendre?

Wow, j’ai tant de bons souvenirs de Wiggle!! Je pense que ça sera très cool de voir comment les artistes de Montréal interpréteront les perruques.  Cet événement regroupe sous un même toit des artistes de différentes disciplines et venant de communautés variées. Attendez-vous à voir des perruques transformées en objets d’art et un défilé haut en couleur (haha)!

Vous habitez Montréal depuis plusieurs années; qu’est-ce qui fait de Montréal une ville si unique comparée à ses homologues canadiennes et quels sont vos aspects préférés à y vivre?

J’aime Montréal pour la qualité de vie qu’on y trouve et l’attitude des gens d’ici. C’est probablement la meilleure ville d’Amérique du Nord en ce qui a trait à la danse et j’apprécie grandement la communauté de danseurs d’ici.  C’est merveilleux qu’il soit possible de voir ici toutes sortes de danse, en allant du très underground jusqu’aux compagnies internationales majeures. J’apprécie que le grand public supporte vraiment les arts et la culture; c’est quelque chose que je ne ressens jamais autant dans les autres villes canadiennes. Le mélange de français et d’anglais est un autre facteur important qui rend Montréal si spécial pour moi… à un point tel que maintenant je trouve cela étrange de me retrouver dans des villes unilingues lorsque je voyage.

Quels sont les faits saillants de votre carrière de danseur?

Je suis vraiment fier de mes derniers projets: Summoning Aestheticscréé en collaboration avec François Lalumière,artiste visuel qui a aussi contribué à l’exposition Colour by Numbers, et You can’t buy it (but I’ll sell it to you anyways) SUCKA, présentée en première au mois d’août au festival Dance Made in Canada à Toronto.

Ce sont des oeuvres vraiment expérimentales qui remettent en question la  spiritualité et la magie d’un point de vue queer. Je danse aussi présentement pour un projet qui s’appelle More than Naked et qui fut créé par la chorégraphe autrichienne Doris Ulhich. Le projet regroupe plus d’une vingtaine de danseurs de partout à travers le monde dans une oeuvre qui contemple la nudité dans la danse contemporaine d’aujourd’hui. More than Naked est en tournée dans toute l’Europe et on croise les doigts pour être présentés bientôt au Canada!  Pour ce qui est de mon travail plus commercial, je dois mentionnerl’installation semi-permanente que j’ai faite avec la chorégraphe Sasha Kleinplatz et Moment Factory pour l’aéroport de Los Angeles…c’est une tour de l’horloge LED haute de sept étages et en trois dimensions inspirée par Busby Berkley qui joue à chaque heure tapante. Il y a aussi le spectacle Chemins Invisibles que nous avons chorégraphié à Québec pour le Cirque du Soleil en 2012 et Spectra’s Cabaret qui se trouve à être un spectacle multimédia expérimental totalement fou que j’ai chorégraphié avec une équipe vraiment douée et qui sera présenté durant les cinq prochaines années sur le Anthem of the Seas, soit le nouveau navire de Royal Caribbean. Je les considère tous comme des faits saillants.

Quelles merveilleuses choses peut-on attendre de vous durant la nouvelle année, mis à part une prestation du tonnerre à Wiggle bien entendu!

Plein de choses!  Je participe à une exposition de groupe vraiment cool intitulée Do it! Montreal à la Galerie de l’UQAM qui débutera en janvier.  C’est un événement soigneusement élaboré

multidisciplinaire avec la présence d’artistes de la danse, du théâtre, du spectacle et de l’art visuel.

Le 3 février, il y aura aussi une soirée de spectacles faisant partie de l’exposition où Sasha Kleinplatz et moi présenterons quelque chose qui, selon moi, ressemblera à une sorte de flashmob Kama Sutra…  Nous ferons aussi un de nos événements Short & Sweet à la Sala Rosa le 22 janvier 2016. Ça sera un événement-spectacle du tonnerre pour souligner le début de l’année et de la saison de danse!

wantsandneeds.ca

View Comments

No Comments (Hide)

Leave a Comment

Required fields are marked with a *.
Your email address will not be published.